Chapitre 62. Examen Final (4)

 

L’évènement s’est terminé avec l’arrivée de Kim Suho mais je passe une autre heure à examiner les environs avant de descendre de l’Arbre Monde.

« Agh, c’est pénible. »

Je ne peux m’empêcher de grogner en atterrissant sur le sol. Même avec le parkour, l’arbre est juste trop anormalement grand.

Je secoue mes mains et mes jambes pour me débarrasser de mon engourdissement et vérifie mes points :

[22 Points]

22 points. Ça doit être un peu en-dessous de la moyenne. Comme j’en ai pratiquement pris 12 à Chae Nayun, je n’ai gagné que 10 points par les monstres.

Dans l’histoire de base, le cadet à la première place avait un score de 130 points alors je dois en obtenir 50 de plus pour être en sécurité.

Ça doit être possible tant que je travaille dur demain et après-demain.

Je me retourne avec des pensées optimistes.

« … »

Mais dès que je me suis retourné, mon corps se raidit et mes cheveux se dressent sur ma tête. Je suis tellement choqué et stupéfait que je ne peux penser à rien.

Devant moi se trouve la boss de la Troupe Caméléon, déguisée en Seo Ijin. Elle s’est approchée de moi sans faire de bruit et me regarde de ses yeux noirs.

Pourquoi est-elle ici ?

Une sueur froide coule sur mon dos et mes instincts de survie commencent à rugir.

Je me force à me calmer. Elle doit être ici pour observer, pas pour se battre.

« Il y a un problème ? »

Mais contrairement à mes attentes, elle sort son épée et la pointe vers moi.

« … »

Elle se tient devant moi, silencieuse et les yeux stables. Une lumière froide se reflète sur la lame de son épée.

Mes pensées s’arrêtent. J’ignore pourquoi, mais elle est indubitablement en train de me provoquer. Mais que ce soit en combat rapproché ou à distance, je n’ai aucune chance de battre cette femme. Je serais mort instantanément ou battu douloureusement jusqu’à ce que je meure.

« Tu sais pourquoi. »

Dit-elle d’une voix tranquille. Comme elle l’a dit, les cadets sont actuellement des ennemis.

Cependant, elle est juste trop puissante pour être une ennemie. C’est la même raison pour laquelle les insectes ne peuvent pas appeler les humains leurs ennemis. Pour eux, ce sont des prédateurs.

Mais dans cette situation de vie ou de mort, j’aperçois une lueur d’espoir.

Dans cet examen, les cadets ne s’entretuent pas. Ce qui est important c’est de prendre la montre d’examen de l’adversaire. Même en battant quelqu’un, si vous ne prenez pas sa montre ce n’est pas une victoire. De plus, si vous éliminez quelqu’un mais vous vous faites prendre votre montre, c’est une défaite.

En ce moment, la montre à son poignet gauche est détendue.

Il se peut qu’elle l’ait relâchée dès le départ, ou qu’elle s’est avérée incapable de supporter la libération de sa puissance magique et s’est détendue, ou je suis simplement chanceux.

Quelle que soit la raison, c’est ma seule chance d’éviter cette situation.

Je commence à tisser Aether dans ma manche pour qu’il soit fin, plus fin qu’un fil d’araignée. Je contrôle ensuite le fil de manière à ce qu’elle ne puisse pas le voir, comme un ver essayant d’éviter les yeux d’un oiseau de proie. Il se tortille lentement vers son poignet gauche.

Pour le moment, son attention est entièrement tournée vers moi. Juste la regarder au fond des yeux semble m’étouffer mais je continue à la regarder, c’est comme ça que je gagne du temps.

Finalement, le fil d’Aether atteint son poignet et s’empare de sa montre sans qu’elle ne le remarque.

Elle ouvre la bouche à ce moment :

« Ton arme. Sors-là.

« …Arme ? »

Elle me répond avec un simple acquiescement. Pendant ce temps, le fil voyage de son poignet, flottant à un centimètre à peine du sol car la proximité de boss signifie que le sol est dans son angle mort.

Une fois la montre suffisamment proche, je la tire jusqu’à ma main.

« Whew. »

Est-ce grâce à ma chance ? Ou est-ce la maladresse de Boss ? Dans les deux cas, j’ai réussi. Je lâche un soupir de soulagement.

Ensuite, je mets la main dans ma poche, prétendant sortir mon arme, mais la ressort en tenant sa montre.

« …Tu te rends ? »

Elle me lance un regard déçu en voyant la montre. Comme je le pensais, elle ne l’a vraiment pas remarqué.

Comme sa peau est une couche ajoutée par le Don de Jain, elle n’a pas le même niveau de sensibilité que son corps normal. Sans mentionner le fait qu’elle na encore brisé aucun sceau.

« Est-ce qu’elle a l’air d’être la mienne ? »

« …Eh ? »

Ses yeux s’écarquillent. Elle retourne son poignet, confirmant la disparition de sa montre.

« Tu sais que tu es finie au moment où je l’écrase, n’est-ce pas ? »

Je parle aussi calmement que possible. Boss semble être toujours sous le choc de n’avoir rien remarqué car elle est bouche bée. Elle regarde son poignet comme si elle avait perdu son pays.

« Ça… ça ne peut pas être… »

Est- ce que cette réaction me fera gagner à peu près 50 SP ?

Je feins un sourire insouciant avant de gentiment lui attraper le poignet et de lui remettre la montre.

« Q-Que, qu’est-ce que tu es ?»

Elle est encore plus troublée que lorsque je la lui ai volée mais je continue de l’accrocher autour de son poignet.

Je bluffe en maintenant mon sourire :

« Je vais te laisser partir cette fois-ci, ok ? »

« …Me laisser partir ? »

Pendant ce temps, son épée est toujours orientée vers ma nuque. Mais comme je peux sentir qu’elle a perdue de son tranchant, je l’ignore et me retourne.

« O-Où vas-tu ? »

Boss essaie de me retenir. Bien sûr, je l’ignore et continue de marcher. Je me concentre sur mes jambes plus que jamais auparavant dans ma vie entière. Mon corps entier s’est engourdi juste en croisant son regard pendant un petit moment.

 

**

 

Après le départ de Kim Hajin, Boss regarde la montre à son poignet gauche. Même maintenant, elle ne parvient pas à comprendre comment il est parvenu à la lui voler.

Son plan était de confirmer son habilité mais elle s’est juste retrouvée sous le choc.

Bien que la moitié de son sens du toucher ait disparu à cause du Don de Jain, elle ne s’était jamais attendue à une telle humiliation de la part d’un cadet de 17 ans.

Elle se demande : ‘Quand l’a-t-il arrachée ? Lorsqu’on s’est rencontré ? Lorsqu’on se fixait du regard ? Non, ça ne peut pas être correct. Au minimum, Kim Hajin n’a jamais bougé son corps. Sa magie n’a montré aucun signe de mouvement non plus.’

Boss tourne son regard vers son poignet droit ou est tatoué un trèfle à quatre feuilles. C’est un sort de rupture de sceau. Chacune des quatre feuilles du trèfle scelle une portion de sa vraie force.

En voyant les feuilles complètement scellées, elle se demande si elle devrait en rompre un.

« Haa. »

Au final, elle demande de l’aide à un témoin.

« Jain, tu as vu ? »

-…Hm ? Vu quoi ?

Mais la réponse qu’elle obtient après une courte attente n’est pas celle qu’elle attendait. Jain donne l’impression de ne pas être au courant de la situation.

Le visage de Boss se contorsionne immédiatement.

-Ah, ah, ah, désolée. J’ai été distraite pendant un moment. Mais ce n’est pas ma faute ! Droon continue à essayer de me convaincre de lui acheter des legos. Alors, qu’est-ce qu’il y a ?

« … »

Boss continue immédiatement son train de pensée : ‘Kim Hajin a volé ma montre en ce court laps de temps ? Même si ma puissance est scellée, sa dextérité et son astuce dépassent le niveau d’un cadet.’

-Raconte-moi, qu’est-ce qui s’est passé ?

« …Je te dirais plus tard. »

-Non, dis-moi maintenant, tu me rends curieuse. Argh, c’est entièrement à cause de ce gamin, Droon. Boss ? Boss ?

Boss termine froidement leur appel. Avec le précédent accident, elle est maintenant certaine du potentiel de Kim Hajin. Maintenant, elle doit juste confirmer celui de Kim Suho et de Shin Jonghak…

Sa montre sonne à ce moment.

[Ijin-ssi, où es-tu ? Dépêche-toi. Ne t’ai-je pas dis de revenir avant la demi-heure ?]

« … »

Boss regarde le message avec des yeux sans émotions.

Elle se dit : ‘Yoo Yeonha. Pourquoi cette fille continue de me donner des ordres ?’

 

**

 

Après avoir échappé à Boss avec succès, je trouve un terrain où camper.

Il est tout aussi bon que l’autre.

…Mais en vérité, je me suis arrêté à la première zone près d’une rivière parce que je n’ai plus de force dans mes jambes. Je remercie ma chance une fois de plus.

Après avoir ouvert ma tente ainsi que la table et chaise pliante, je m’assois et pose mes balles sur la table.

14 balles pour le fusil de précision et 20 pour le fusil à pompe.

Elles ont toutes été modifiées en utilisant des SP. Bien qu’elles boostent grandement mes forces, chacune coûte environ 7 SP alors je ne peux pas facilement les gâcher.

« …Je devrais en avoir au moins 20 de chaque type. »

Si je tombe à court de balles durant un combat, ce serait un désastre.

J’ouvre mon ordinateur.

[SP actuels – 1214]

J’ai actuellement 1214 SP. Pour créer un Don décent, il m’en faut environ 2000 mais comme je continue de les utiliser, la distance me séparant de mon but continue de s’agrandir.

Mais ça reste mieux que de laisser quelqu’un mourir.

Je restocke mes balles de sniper et sort mon grill portable.

Avoir autant utiliser Parkour m’a donné faim.

Le repas du jour est… du poulet braisé. Il fait aussi trop sombre pour un repas. Sans mes Yeux des Milles Lieues, je pourrais à peine voir devant moi.

Je sors un poulet givré de ma sacoche magique.

[Si vous pouvez utiliser de la magie, ajoutez-en pour améliorer la saveur du poulet.]

Après l’avoir placé sur ma poêle à frire, je l’infuse de magie en suivant les instructions. Je ne connais pas les spécifiques, mais le poulet est immédiatement frais.

Alors que je pense pouvoir le manger maintenant…

Pssss Pssss-

Un léger son se fait entendre venant des hautes herbes à proximité.

Je sors rapidement mon arme et vise la provenance du bruit. En même temps, je vois au travers de l’herbe avec mes yeux et, en découvrant de qui il s’agit, je dépose mon arme et souris.

Bientôt, le bruissement se transforme en bruit de pas.

La personne qui sort des hautes herbes… est Rachel.

« Rachel-ssi ? »

Je fais semblant d’être surpris. Une feuille est accrochée à ses cheveux. Elle a dû tomber sur elle pendant qu’elle marchait dans la forêt mais elle ne semble pas l’avoir remarquée.

« … »

Elle observe silencieusement les alentours. Elle semble choquée par la tente high-tech et le grill car sa bouche est béante.

Le silence à part, sa réaction est la même que celle de Chae Nayun.

« Ah, j’aime me préparer rigoureusement. »

Lorsque je dis ça avec un sourire cool, elle sort finalement de sa stupéfaction. Elle regarde ensuite le grill où se trouve un poulet émettant une odeur alléchante.

« Voudrais-tu te joindre à moi pour le repas ? »

« …Je, Je peux ? »

« Ça coutera 4 points pour être honnête. »

J’ouvre une autre chaise pliante. Elle prend place avec une légère hésitation.

Je sors une assiette sur laquelle je place la moitié du poulet.

Le repas commence ensuite. Elle doit être affamée car elle termine silencieusement son poulet en seulement 10 minutes. Même suivre son rythme est difficile.

Le poulet semble disparaître en un clin d’œil et je commence à faire la vaisselle quand elle me demande :

« Um, qu’est-ce que tu as fait jusqu’à présent ?

« …Hein ? »

J’incline la tête.

Considérant qu’elle a fait tout le chemin jusqu’ici, elle a dû réaliser que je l’ai aidée.

Est-ce qu’elle essaie de m’évaluer ?

« Et bien, j’étais juste en train de courir à gauche à droite, à essayer de gagner des points. »

Je feins l’ignorance, principalement parce que ce serait trop embarrassant de dire ‘Je suis celui qui t’a sauvée.’.

« Hmm… »

Elle me fixe avec une étrange expression mais ne pose pas plus de questions. Cependant, elle semble penser à quelque chose car elle commence à regarder mon feu de camp.

…Je pensais qu’elle allait continuer à m’interroger. Je pensais le lui dire quand elle me l’aurait demandé pour la troisième fois…

« Oh, est-ce que tu es blessée ? »

Je découvre une blessure assez profonde près de sa clavicule. IL semble qu’elle l’a eue dans son dernier combat avec les Djinns.

« Ah, oui. Il y a eu quelque chose… »

À ce moment…

La graine d’Evandel que j’ai placée dans ma poche surgit subitement.

« Ah ? »

La graine bondit vers Rachel jusqu’à sa clavicule. Rachel pousse un cri à cause de l’embuscade inattendue.

« Ah ! Q-Que !? »

« Ah, um, tu vois… »

Je me relève, tout aussi surpris qu’elle.

« Ah, ça, qu’est-ce que c’est !? »

Elle essaie de retirer la graine, mais elle bondit intelligemment dans ses vêtements, plus précisément vers son aisselle. Je me fige car je ne peux plus rien y faire.

« Tu vois, c’est um… mon amande de compagnie… er, pas amande, graine de compagnie. Um… »

Alors que je cherche une excuse, elle met sa main dans ses vêtements. Je me retourne rapidement et le bruit reprend.

Après un peu de lutte féroce, la situation semble être sous contrôle car j’entends un profond soupir de Rachel.

Je me retourne lentement.

Rachel réarrange ses vêtement, le visage rouge. Je commence par incliner la tête. Je ne pensais pas que la graine ferait ça.

« Um, je suis désolé. »

Son regard alterne entre la graine et moi.

« …Une graine de compagnie ? »

« Ah, oui. Oui. »

Ça sonne probablement tout aussi stupide dans ma tête que dans la sienne, mais comme ce monde est rempli de choses mystérieuses, j’espère qu’elle va le croire. En vrai, je n’ai pas de meilleure excuse à donner.

Rachel lâche un nouveau soupir avant de me rendre la graine.

« Je pense qu’elle sera plus calme… si tu l’élèves en la plantant dans le sol. »

« O-Oui. »

Je prends la graine et la piège dans une boîte.

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant