Chapitre 34. Période d’Examens

 

Yoo Yeonha appelle Chae Nayun et lui demande si ce qu’a dit Kim Hajin est vrai. Elle lui explique ce qui est arrivé le dernier jour et c’est exactement comme il l’avait dit. En fait, elle va même jusqu’à faire une proclamation définitive:

« Il n’y a aucune chance que Kim Hajin soit un Djinn. » Dit-elle.

La réunion s’est terminée par la suite. Kim Hajin est parti en tapant du pied alors que Kim Suho et Yi Yeonghan courent après lui.

Une fois la courte mais néanmoins intense perturbation passée, la chambre 303 devient silencieuse. Les trois personnes restantes ne parlent pas. Au milieu de ce silence, Yoo Yeonha voit Kim Horak se masser l’épaule droite.

« Ça fait mal ? »

« N-Non, je vais bien. »

« C’était ton Don, n’est-ce pas ? »

De nombreux cadets connaissent déjà le don de Kim Horak. C’est aussi simple que ça. Un Don simple et brutal qui amplifie instantanément la puissance explosive et destructrice de son corps.

Ce Don facile à comprendre est l’un des plus forts pour les arts martiaux.

Mais Kim Hajin a facilement esquivé cette attaque. Son mouvement n’était en rien impressionnant ou agile. Comme s’il avait simplement trébuché, il a utilisé un mouvement concis pour esquiver Kim Horak, dont le Don est spécialisé pour les arts martiaux.

« … »

Kim Horak évite le regard de Yoo Yeonha. Il ne se sent pas désolé d’avoir faussement accusé Kim Hajin, il est seulement embarrassé que son attaque ait été esquivée si facilement.

« Ehew. »

Yoo Yeonha soupire et lance un regard vers Shin Jonghak. Depuis un moment, il ne fait que regarder sa smart Watch. Envoie-t ’il un message à Chae Nayun ? C’est ce qui l’inquiète.

« Jonghak, qu’est-ce que tu fais ? »

Yoo Yeonha l’approche avec un sourire affectueux. Shin Jonghak lui répond sans se préoccuper de lui lancer un regard.

« Je cherche pour voir s’il y a plus en stock d’un objet que j’ai acheté. »

« Objet ? »

« Ouais, j’ai acheté quelque chose. »

« Qu’est-ce que c’est~ ? »

Yoo Yeonha tire sur le bras de Shin Jonghak en étant mignonne à sa façon.

« Tu n’as pas besoin de savoir. »

Mais il la repousse. Le visage de Yoo Yeonha se fige à sa réaction froide.

« …Tsk. Si on a fini, je m’en vais. »

Il claque sa langue et se lève. Dans son esprit, ses actions sont justifiées. Le site web qu’il parcourt est le fameux Banquet Violet. Cependant, il est interdit aux cadets d’être un membre de ce site. Ce n’est pas juste limité au Banquet. Posséder une id dans n’importe quel marché noir est suffisant pour renvoyer un élève.

Et pourtant, son attitude indifférente blesse Yoo Yeonha.

« Kim Horak, tu ne viens pas ? »

« Huh ? Ah, ouais. »

Kim Horak, qui regardait discrètement le visage de Yoo Yeonha, suit Shin Jonghak comme un chiot.

Juste comme ça, Yoo Yeonha se retrouve seule. Elle balaye du regard la pièce vide. Soudainement, une colère surgit de son cœur. Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose arrive.

Maintenant, elle commence à s’énerver.

‘Shin Jonghak, espèce de bâtard, Quelle partie de Chae Nayun est meilleure que moi au juste ? Ehew. Mais qu’est-ce que je peux y faire ? Je dois juste faire plus d’efforts.’

Alors qu’elle est sur le point de courir après Shin Jonghak, elle sent vibrer sa smart Watch. C’est un message de Yun Hyun.

-Il va y avoir un examen préparatoire lundi prochain. Tu viendras n’est-ce pas ?

Les activités de club s’arrêtent durant la période des examens mais les clubs académiques offrent des études en groupe à ce moment.

Elle commence à répondre mais elle se rappelle soudainement de ce que disait Kim Hajin. Que le coupable de l’affaire est Yun Hyun…

« Stupide. »

Yoo Yeonha rejette l’idée encore une fois et envoie sa réponse.

 

**

 

9 P.M…. Je suis assis sur un banc. J’ai déjà chassé Kim Suho et Yi Yeonghan qui m’ont suivi pour me réconforter.

Dans un parc vide, je regarde tout seul le ciel nocturne. Je libère l’amertume dans mon cœur.

« …Haa. »

Je réfléchis à ce qui s’est passé. Non seulement j’ai été jeté dans mon propre novel, je me suis même disputé avec des personnages que j’ai créé avec amour. Toutes sortes d’émotions que j’avais réprimées dans mon cœur explose aujourd’hui.

Je veux arrêter. Je veux retourner dans mon vieux une-pièce. Je veux voir mes parents. Je les ai évités, disant que j’étais trop occupé mais, maintenant, je suis rempli de regrets.

Comment s’écoule le temps dans mon vieux monde ? Si c’est comme ici, je dois être porté disparu à présent. Je serais peut-être même considéré comme mort le temps que je revienne. Après tout, je vais devoir passer près de 10 ans dans ce monde.

À ce point, je suis content d’avoir élevé ma stat de persévérance. Dans ce monde, je n’ai rien. Les souvenirs que j’ai accumulés, les relations, les sentiments… Aucun ne sont ici.

Mon ancien moi n’aurait pas été capable de l’endurer. Même si je n’aurai pas eu le courage de me suicider, j’aurais abandonné tout espoir de rentrer à la maison. J’aurais peut-être laissé tomber l’idée de faire partie de la trame principale pour vivre une vie normale.

« Ah, je veux te revoir, maman. »

Ça n’a pas l’air correct de dire ça en tant qu’homme de 26 ans, mais ma voix tremble de la profonde sincérité de mon cœur.

J’espère qu’elle se porte bien. J’espère qu’elle s’entend bien avec papa.

Si le temps s’écoule normalement dans l’autre monde, j’espère qu’ils découvriront ma disparition le plus tard possible. Je ne veux même pas les imaginer être triste à cause de moi.

Une fois que je commence à penser comme ça, ça ne semble juste pas pouvoir s’arrêter.

Je me rappelle mes amis. Je les ai maudits de temps en temps pour m’avoir appelé quand j’étais occupé mais ils me manquent, en particulier aujourd’hui. Même les seniors de mon collège et de l’armée, qui aimait se jouer de moi me viennent à l’esprit.

Les bonnes comme les mauvaises connections que j’ai faites dans ma vie illumine mon cœur comme des étoiles.

Mais le monde extérieur est toujours sombre et pas même une légère lumière stellaire n’existe dans le ciel.

Rêver d’étoile dans un monde sans étoile ne fait que me remplir d’angoisse.

« …Huu. »

Je frotte mes yeux rougis et me lève. Le pistolet dans ma main est toujours froid et lourd.

Cette sensation est comme une odeur familière.

 

**

 

Ma haute stat de persévérance me donne en effet un impressionnant pouvoir de récupération. Une journée a suffit pour rétablir ma mentalité brisée et après avoir fait mes exercices, chassé et acheté des actions comme d’habitude, le weekend est passé en un clin d’œil.

« Les examens sont pour la semaine prochaine, à commencer par les examens écrits. Les examens de combats seront la semaine d’après. Mais rappelez-vous ce que j’ai toujours dit, les examens écrits sont tout aussi important que les examens de combat. »

On est lundi aujourd’hui. Le professeur utilise volontairement un ton sérieux. Comme il l’a dit, les examens de moitié d’année commenceront dans juste une semaine.

Je suis aussi un peu appréhensif.

Bien sûr, je n’ai pas à m’inquiéter des examens écrits mais le problème vient des examens de combat.

Lors des duels, les cadets se combattent l’un l’autre en un contre un. Dans les guerres de monstres, les cadets combattent des monstres illusoires invoqués par des magiciens plutôt que des marionnettes de mana.

Les cadets n’ont aucune pitié lors des duels pour maximiser leur gain de points et les monstres invoqués lors des guerres sont à un niveau complètement différent que les marionnettes. D’une certaine manière, ils ne sont pas différents des ‘vrais’ monstres.

Alors je dois me préparer à la douleur d’avoir ma chair tranchée ou mes os brisés.

« … »

Mais mettant de côté les inquiétudes d’examens, je ne parviens pas à me concentrer sur la classe du jour à cause de la personne assise à côté de moi.

Rachel.

Elle est d’habitude toujours assise seule à l’arrière de la classe mais depuis l’annonce des résultats pour l’exam d’analyse du domaine des phénomènes, elle a commencé à se rapprocher de moi siège par siège et est maintenant assise à côté de moi.

Pour être exact, elle est encore à un siège d’écart puisqu’il y a encore un siège vide entre nous. Dans tous les cas, Rachel continue à glisser des regards vers mon carnet de notes. Elle n’est pas juste en train de jeter un œil, elle semble aussi écrire quelque chose.

Juste pour être sûr, j’écris une suite de mots au hasard.

[Yoo Kim Ok Jun Ja Hyuk]

Yoo Okja. Kim Junhyuk. Ce sont les noms de ma mère et de mon père. Je tourne mes yeux vers le côté et observe Rachel.

Sans surprise, elle jette un œil avant de rapidement écrire quelque chose sur son carnet. Avec mes yeux, je peux clairement voir les mots « Yoo Kim Ok Jun Ja Hyuk ???? ».

Ensuite, j’écris une série de chiffres à côté du nom de mes parents.

[19680529. 19660912]

Ce sont les dates de naissance de mon père et de ma mère. Rachel écrit également ces nombres. Ensuite, je gribouille le nom du chien que j’avais autrefois, ensuite ‘Jputseidsuesi’ qui est une anagramme de ‘je suis stupide’…

Ainsi la classe se termine alors que je suis encore en train de me jouer de Rachel.

« Bonne chance pour vos examens de la semaine prochaine. Les résultats seront exposés à la vue de tous, alors ne vous causez pas d’embarras. »

Le professeur s’en va après ce rappel aux cadets. Immédiatement, ça s’agite autour du siège de Chae Nayun.

Elle est rentrée de l’hôpital aujourd’hui. Il semble qu’elle ait toujours du mal à bouger car elle a toutes sortes d’équipements de soutien avec elle. Tout comme dans l’histoire originale, Kim Suho et Shin Jonghak accourent vers elle.

« C’est quoi votre problème les gars. Je peux très bien bouger toute seule. »

Ils reculent légèrement face aux plaintes de Chae Nayun mais continuent à tourner autour d’elle.

« Kim Suho, tu devrais partir. »

« …Pourquoi ? »

« Tu ne vois pas que Chae Nayun est mal à l’aise avec toi autour ? »

Shin Jonghak provoque Kim Suho comme à son habitude et une fille les regarde à côté. Elle sourit comme si elle allait bien mais je sais qu’elle se sent rejetée. Évidemment, il s’agit de Yoo Yeonha.

Elle s’approche de Chae Nayun et des autres et dit :

« Jonghak, Nayun, je pars en première. »

« Ouais. »

« Hm ? Oh, salut Yeonha. Bonne chance pour les révisions. »

Shin Jonghak et Chae Nayun ne la salue que par politesse. Yoo Yeonha quitte la classe en se mordant les lèvres. Je fourre mon ordinateur et matériel d’écriture dans mon sac et sort par la porte arrière.

Immédiatement, je croise Yoo Yeonha. Elle aurait dû aller à gauche si elle voulait aller aux dortoirs mais pour une quelconque raison, elle a choisi la direction opposée.

« … »

Nos regards se croisent maladroitement.

Je lui demande : « Tu vas où ? »

« …Aux dortoirs. »

Comme je l’ai dit, ce n’est pas le chemin vers les dortoirs.

Mais je ne veux pas continuer à lui parler.

« Je vois. »

Yoo Yeonha ne dit rien de plus non plus.

Elle fait simplement un petit salut et me dépasse.

 

**

 

Yoo Yeonha ouvre la porte de la salle de club. Elle n’a pas l’air différente par rapport à d’habitude mais la pièce vide provoque un léger frisson. La seule personne à l’intérieur est Yun Hyun, en train de lire sur l’estrade du professeur.

Yoo Yeonha incline la tête. Où sont tous les autres ?

À ce moment, Yun Hyun la remarque et s’avance vers elle.

« Tu es venues ? »

« …Oui. »

« Viens, prend un siège. »

Elle s’assoit pour l’instant. N’avoir personne autour la met un peu mal à l’aise mais elle se calme bientôt. C’est probablement grâce à Yun Hyun. Pour une quelconque raison, l’odeur émanée par Yun Hyun est relaxante et confortable alors Yoo Yeonha peut toujours se détendre en face de lui.

« Où sont partis tous les autres ? »

« Ils arrivent bientôt. Ah, oui, Yeonha, j’ai entendu dire que tu as rejoint l’équipe. »

« L’équipe ? »

« Tu sais, l’équipe d’investigation du Djinn. J’en fais également partie en tant que représentant des deuxièmes années. »

Sa voix est claire et ferme. En tout c’et comme ça que l’entend Yoo Yeonha.

« Oh, vraiment ? »

Sans surprise, la suspicion de Kim Hajin ne fait aucun sens.

« Mais nous n’avons fait aucun progrès. Est-ce que vous avez une piste ? Des suspects ? »

« Non, pas encore. »

« Vraiment ? Alors vous n’avez pas fait de progrès non plus ? »

Demande doucement Yun Hyun. Yoo Yeonha réfléchit pendant un moment à son discours courtois. Du progrès. Aucun n’a été fait. La réunion s’est terminée avant que quoi que ce soit n’arrive.

« Mm… Une a personne a bien dit quelque chose mais c’était stupide. »

« Stupide ? J’ai envie de savoir maintenant. »

Yun Hyun s’appuie contre le bureau où s’est assise Yoo Yeonha et dépose une chandelle parfumée.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Une bougie aromatisée. Ça va nous aider à étudier plus tard. Quoi qu’il en soit, qu’a dit cette personne ? »

Il demande avec un gentil sourire sur son visage. Yoo Yeonha sent l’odeur de la bougie. Elle est aromatique et douce. Son corps se relaxe et l’épuisement de la journée semble disparaître.

« Dis-moi. »

« Ce n’est rien, vraiment. »

Yoo Yeonha sourit.

« Un type a dit que tu es un Djinn. Que tu peux utiliser une sorte de magie mentale. Absurde n’est-ce pas ? »

Après avoir répondu, elle renifle une fois de plus le parfum de la bougie. Cette fabuleuse fragrance est presque addictive.

Comme elle est concentrée sur la bougie, elle ne voit pas le visage de Yun Hyun.

« …Est-ce qu’il a des preuves ? »

« Non… ? »

À ce moment, Yoo Yeonha reprend soudainement ses esprits. La tension monte une fois de plus dans son corps. Elle tourne la tête vers Yun Hyun et le fusille du regard.

Lorsqu’ils sont suspectés, la plupart des innocents ne demandent pas s’il y a des preuves. En tout cas, ce ne serait pas la première question.

Après tout, il n’est pas possible de trouver des preuves contre quelqu’un qui n’a pas commis de crime.

« Oh, oups, je me suis mal exprimé. Quel gamin intéressant. Sur base de quoi m’appelle-t ’il un Djinn ? »

Yun Hyun a réalisé son erreur et s’est rapidement corrigé. Mais il est trop tard. Yoo Yeonha recule, sortant son fouet de sa poche arrière  et le pointant vers Yun Hyun.

« Qui êtes-vous ? »

« …Qu’est-ce qui ne vas pas, Yeonha ? »

Yun Hyun sourit.

Les gentilles courbes de ses yeux et lèvres se tordent rapidement et vicieusement.

« Ce n’est pas encore ton tour. »

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant