Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Quentin S. (20€)

Arthur L. (5€)

_________________

 


Condition anormale [Ivrogne]

Je me retrouve dans une impasse assez extraordinaire.

« Juste un peu, juste le bout ! »

Devant moi est mon pire ennemi.
Ariel-san et Merazofis ont déjà perdu connaissance.

« Je te soignerai aussitôt ! Ok ? Donc ce n’est pas grave, pas vrai ? »

Pour être franche, c’est la plus grande crise de ma vie.

« Laisse moi manger ! »

A ce rythme, je vais être mangée toute crue ?!

*

Revenons un peu en arrière.
Une fois que nous avons atteint l’auberge nous nous sommes divisés en deux groupes.
Merazofis et moi sommes le groupe sur le banc de touche.
Ariel-san et Shiraori le groupe chargé des courses.

Après être entrées une fois dans la chambre, elles sont ressorties immédiatement.
Pour l’occasion, Shiraori a invoqué trois araignées blanches et les a laissées là.
Elles font la taille d’une main adulte, de grosses araignées comme les tarentules sur Terre.
Puisqu’elles ont l’air d’être des monstres araignées et que dans ce monde il y a aussi des monstres humanoïdes qui dépassent à peine la taille d’un humain normal, je pense que la taille est encore a peu près normale.
Même si je me rassure comme ça, je ne suis pas du genre à apprécier les araignées et donc du genre à me sentir à l’aise dans une pièce avec de telles araignées.
Pour être franche, c’est déplaisant et je déteste ma situation.

Même si c’est probablement pour nous protéger, je n’arrive pas à me calmer.
Quand je l’analyse, l’effrayant et inquiétant « Analyse impossible » est affiché.

Pour être franche, Analyse est une compétence inutile, mais étrangement j’ai pris l’habitude d’analyser les choses qui attirent mon attention.
Même si j’analyse, la plupart du temps je n’ai pas plus de réponse.
Après tout le temps qui a passé depuis que j’ai obtenu la compétence, le niveau n’augmente pas.
Ce serait probablement une bonne chose si le niveau augmente, mais c’est tellement long que je n’arrive pas à être motivée pour m’en servir.

J’évite les araignées qui se promènent lentement à leur façon et montent sur le lit.
La chambre qu’Ariel-san a prise est une grande pièce faite en utilisant le dernier étage de l’auberge.
Il y a six lits et c’est conçu de façon à les séparer avec des paroies.
Étonnamment il y a une salle de bain.

Ce monde n’a pas de système de pression hydraulique comme au Japon.
Les gens normaux utilisent généralement l’eau des puits et des rivières, tandis que les nobles et les riches utilisent des outils magiques capables de générer de l’eau dans la maison.
La maison de mes parents utilisait un outil magique de basse qualité.

Utiliser un outil de ce genre signifie que l’auberge est un endroit dont le statut est important n’est ce pas ?
Il y a un bain ce qui signifie qu’il y a un outil magique qui permet de prendre des bains chauds. Juste avec ça cela représente une fortune pour les roturiers.

Ce que j’appelle un outil magique est un objet raffiné en utilisant la compétence spéciale Don de Capacité et Don de Magie.
Il semble qu’obtenir ces deux compétences nécessite un temps considérable et il y a peu de gens qui les ont.
De plus, même s’ils les ont, il semble que les personnes qui font des outils magiques parmi eux sont encore moins nombreux.
Apparemment, le don semble demander une quantité affreuse de temps et de travail.
A cause de cela et même pour les moins bons, les outils magiques coûtent très cher.

Cette pièce a peut être demandé plus d’argent que certaines maisons de nobles.

Dans une pièce aussi belle, alors que je profite du lit après si longtemps, je finis par m’endormir sans même m’en rendre compte.
Il y a la fatigue causée par la route jusqu’ici, mais surtout la fatigue mentale d’avoir perdu ma ville natale est apparue alors que j’étais fatiguée déjà.

A partir de maintenant qu’est ce qu’il va se passer ?

Un malaise tellement vague.
Je vais suivre Ariel-san jusqu’à la frontière entre le territoire des Humains et des Démons.
Je peux très bien continuer comme je l’ai fait jusque là.
Mais je dois prendre une décision à partir de maintenant.
Continuer ma vie en cavale tout en restant sur le territoire des humains avec Merazofis sans avoir d’aide de quiconque, ou suivre Ariel-san et m’aventurer dans le territoire inconnu des Démons.

Sans trouver de réponse, ma conscience s’efface alors que je m’endors.

Je me réveille alors qu’une odeur me chatouille le nez.
Quand je me réveille, la grande table est couverte de plats.

« Ah, tu es réveillée ? Je comptais te réveiller dans pas longtemps. Passons à table. »

Tous le monde s’assoit sous les ordres d’Ariel-san.
Pour l’occasion, je peux voir que Shiraori fait passer une nouvelle bouteille de liquide rouge à Merazofis.

« Dans ce cas, itadakimasu »
« « « Itadakimasu » » »
« Les plats aujourd’hui ne sont pas empoisonnés, donc détendez vous. Puisque Sophia-chan est un bébé ne te force pas à manger. »

Même si le conseil d’Ariel-san est apprécié, ne pas manger serait cruel.
Manger des plats sans poison après autant de temps.
De plus c’est fait avec des vrais ingrédients et j’ai le sentiment très fort que les plats ont été cuisinés par un chef de premier ordre.
Mes joues se relâchent instinctivement après la première bouchée.
Puisque je ne manger que de la nourriture pour bébé quand j’étais chez moi, c’est le premier vrai plat que je mange depuis que je me suis réincarnée.

Délicieux !
Pourquoi est ce que Shiraori pleure ?
C’est vraiment délicieux, mais est ce que c’est au point de pleurer ?
De plus, elle mange en pleurant.
Aaaah, cette belle femme est tordue.

La grande quantité de plats est finie en un claquement de doigt.
Même si la plupart des plats disparaissent dans l’estomac de Shiraori, son apparence et son estomac ne gonflent pas.
Quel genre d’estomac dimensionnel a t-elle ?
C’est normal que l’estomac grandisse après avoir mangé d’après les lois de la physique.
Il n’y a pas besoin d’avoir un effet protégeant la beauté dans un tel monde.

Mon estomac de son côté crie après avoir autant gonflé.
C’est douloureux.
Mais c’est aussi le bonheur.
Puisque je l’ai mangé après l’avoir goûter, le niveau de la compétence Amélioration des Sens augmente aussi.

Je pense que l’état de Merazofis s’est aussi légèrement amélioré.
Cela me soulage.

Enfin c’est jusque là que je peux le penser.

« Ah. Le bonheur. »

Je ne savais pas qui avait parlé au début.
Puisque la voix toute douce est impossible à connecter avec l’image habituelle de la personne.
Si je regarde dans la direction d’où vient la voix, Le visage de Shiraori ressemble à celui de nihera.
( yeux plissées, sourire satisfait, visage de chibi, sinon sur google : 二ヘラ )
Ses yeux s’ouvrent.
Elle a des yeux dégoutants dans lesquels des pupilles sont concentrées dans une seule.
De plus, elles sont toujours en mouvement et les pupilles tournent en rond encore et encore.

Shiraori boit le contenu du verre qu’elle tient.
Et ensuite un souffle.
Ah, ça sent l’alcool.
Eh ? L’alcool ?
Ce qu’elle a bu pendant le repas n’était pas du jus de fruit, mais bien de l’alcool ?

Pas besoin d’y réfléchir, elle est ivre.
L’écart avec la version habituelle est tellement grand que c’est forcement le cas.
Boire quelque chose comme de l’alcool même si elle est mineure…

« Maoo, encore »
« Shiro-chan, pourquoi tu ne t’arrêterais pas là ? »
« Noooon ! J’ai encore envie de boire ! »
« Même si tu dis ça, nous avons fini l’alcool que nous avions acheté. »
« Quoi ? »

Giro.
Plusieurs pupilles regardent en direction d’Ariel-san d’un coup.
Effrayant.
On dirait un cauchemar.

« Achètes-en »
« Eh ? Partir en acheter est vraiment fatiguant. Ça suffira pour aujourd’hui. Ok ? »

Un coup de poing s’enfonce dans le visage d’Ariel-san qui essaye de la calmer et de la persuader.
Ce n’est pas une métaphore… la moitié de la main de Shiraori est enfoncée dans son visage.
Ariel-san bascule et tombe avec la chaise.
Shiraori se met étrangement à rire en la regardant.
Eh ? Est ce qu’Ariel-san va bien ?

« Pas d’inquiétude, pas d’inquiétude. Je ne vais pas mourir, je ne vais pas mourir. Désolée si je meurs. »

Est ce que ça va vraiment ?!
Pourtant tu es en train de trembler ?!

« Pas d’inquiétude puisque avec sa Récupération Automatique de HP est au niveau maximum. Quel genre de monstre de classe mondiale est tu avec juste ça ? »

Shiaori se met à parler contrairement à d’habitude.

« Je veux dire, combien de compétences as tu amélioré ? »
« Eh ? »
« Compétences, Com-pé-tences ! C’est vraiment problématique de ne pas pouvoir utiliser Analyse en tout cas ! Ah, est ce que tu as Analyse ? C’est Analyse-sama, d’accord ? Tu dois la respecter, d’accord ? Si tu ne l’a pas prend la tout de suite. Si tu as analyse, analyse tout, tout de suite et tout le temps. Tu l’as ? »
« J-Je lai. »
« Yay ! Dans ce cas, fais en sorte de tout le temps analyser puisque c’est une compétence super utile quand le niveau augmente. »
« O-oui. »

Qui est cette personne qui me met la pression ?
Ce n’est pas la Shiraori que je connais.

« Ensuite tu as les compétences qui améliorent le statut. Elles sont incroyables. Magnifique idaten. Tu dois développer ces compétences dès que possible. C’est la loi de la jungle dans ce monde. La force est tout ce qu’il te faut, quelle ère interessante dans ce monde. C’est pour ça que pour repousser les pervers « Hyahha » il te faut de la force. Tu comprends ? »
« Ah, oui. »
« Si tu es faible, tu mourras. Même si tu es forte tu seras tuée par quelqu’un de plus fort. Dans ce cas tu n’as pas d’autres choix que de devenir fort sous tous les aspects, pas vrai ? »

Étrangement, il n’y a que ses mots qui n’ont pas l’air d’être jetés comme le discours d’une ivrogne.

« Sérieusement, tu seras mangée si tu es faible. Sérieusement. Nai wa. Quelque chose comme comme me faire manger, je vais te manger. Ah, je me souviens. Les bébés n’ont-ils pas l’air délicieux parce qu’ils ont l’air mou ? »

Et c’est comme ça que l’enfer à commencer.

Merazofis a vaillamment affronté Shiarori qui s’approche dangereusement.
Il a facilement été repoussé d’une pichenette sur le front par contre.
Je m’enfuis.
Je m’enfuis du mieux que je peux.
Mais elle me rattrape facilement.
Donc c’est ça d’être faible !

« Et bien, itadakimasu »

Noooon !?

Ha !?
Mon bras ?
Je l’ai encore.
Un rêve, huh ?
Ah, c’était effrayant.
Un cauchemar dans lequel je me fais manger le bras.
Étrangement, je n’ai pas l’impression d’avoir dormi donc dormons encore.
Bonne nuit.

(Correction Kasaya)


 

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :

Tipeee