Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Quentin S. (20€)

_________________

 


Nina 6

Sang noir 2

L’air continue d’être aspiré en tourbillonnant dans la pièce. Nina recule en continuant de se protéger le visage tandis que la sphère continue de se fissurer en créant un son bien plus fort que le tourbillonnant de l’air dans la pièce.
Soudainement un craquement plus important que les précédents se fait entendre et tout s’arrête l’espace d’une seconde. Le vent, le bruit, il ne reste plus rien dans la pièce comme s’il ne s’était jamais rien produit. Puis une onde de choc la propulse contre un mur et renverse à la fois la table et la chaise qui étaient jusque là figés sur le sol. Nina ferme les yeux à cause du choc, elle manque de s’assommer, mais son dos amorti le choc douloureusement. Elle se redresse lentement et rouvre les yeux pour regarder le centre de la pièce. La lumière blanche venant de l’espèce de lampe au plafond scintille étrangement et semble diriger une sorte de faisceau lumineux vers le sol.
Nina baisse petit à petit les yeux et regarde la ligne noire et sombre qui vient d’y apparaître.

Là, plantée dans le sol se trouve une arme d’un style très japonais. Une arme immense et étrange que Nina aurait considéré comme étant un simple bout de métal s’il n’y avait pas un manche au bout de celle ci. De ses vagues connaissances sur les sabres japonais, celui ci est bien trop grand pour qu’on l’appelle un katana avec une lame qui mesure entre 1 mètre 80 et 2 mètres. Là sous ses yeux planté dans le sol alors que la lumière continue de fébrilement répandre sa lumière se trouve un Odachi. Une arme gigantesque qu’elle n’avait jamais vue et dont elle ne connaît pas le nom. Une arme entièrement noire comme du charbon qui semble avoir aspiré toute la noirceur contenue dans la sphère. Même le manche est recouvert d’un écrin noir qui complète la noirceur de l’arme.

Pour Nina cette situation est ridicule. Elle ne s’attendait pas à voir une arme pareille apparaître devant elle comme par magie, si l’on considère ce qui a précédé l’apparition de l’arme comme tel. En vérité elle ne savait pas à quoi s’attendre de tout ça, mais une chose est sûre, cette arme est bien trop grande pour elle et même plus grande qu’elle d’au moins vingt à trente centimètres sans même compter le manche. C’est à peine si elle ne touche pas le plafond. Qui de suffisamment stupide pourrait utiliser ce genre d’arme qui rend difficile de passer une simple porte ? Il faudrait au moins une sorte de géant, pour pouvoir la manipuler aussi bien qu’une épée longue.
L’épée devant elle dégage une aura étrange et incontestablement présente dans toute la pièce qui semble s’accorder avec ce qu’elle voit : quelque chose de froid, d’étrange, tranchant et mortel. Impossible de savoir pour elle d’où viennent ses sensations, mais la simple vision de l’épée lui fait ressentir une sensation de familiarité, comme si l’épée devant elle n’était pas qu’une épée ni un sabre ni quoi que ce soit, mais bien une partie d’elle, familière et pourtant différente, unique.

Au début elle rejette ce sentiment, c’est impossible pour elle d’avoir en quelque sorte donné la vie à une chose pareille avec ce que la sphère a aspiré. Un bout de métal, c’est tout ce que c’est. Et même si ce n’est pas le cas, c’est juste le choc qui lui fait penser de pareilles stupidités… Peut être le manque de sang ou la fatigue ? Impossible qu’elle puisse ressentir quelque chose pour un objet qu’elle croise pour la première fois de sa vie, impossible que…

~~ Hey. ~~

Dans sa tête résonne une voix étrange. Une voix calme d’homme à priori qui, elle en est certaine, provient de l’épée, mais ne peut pas être entendue par ses propres oreilles. C’est une sorte de son qu’elle pense bien être la seule à pouvoir entendre et à mesure qu’elle y réfléchit, elle n’attends qu’une chose, que la voix reparle pour qu’elle puisse s’assurer de ne pas l’avoir rêvée. Sa curiosité pour l’épée l’emportant sur ses sentiments négatifs. Elle souhaite juste s’assurer qu’elle n’est pas folle, que toute cette scène n’est pas juste issue de son imagination et qu’elle n’est pas juste en train de devenir folle à cause du stress ou de ses blessures.

Elle sourit, c’est bien le moment pour elle de remettre en question sa santé mentale. Comme si elle n’avait pas la tête sur les épaules. Même si c’était le cas et qu’elle était vraiment devenue folle, quelle importance ? Entendre des voix serait juste une nouvelle part de sa normalité. Elle devrait simplement vivre avec sans que ce ne soit un frein à ses objectifs, devenir plus forte et grimper la tour.

~~ Je vais me rendormir.~~

~~Je suis fatigué.~~

~~Appelle moi Judas. ~~

Il y a vraiment quelqu’un qui lui parle et la seule chose dans la pièce est cette épée.
Le nom de la classe lui revient en tête : « Lamelié ». Une « lame liée ». Il y a une épée devant elle, qui est apparue à cause d’elle et qui vient de lui parler. Si elle prend ça littéralement, elle est probablement liée à elle. Mystère résolu. Cette classe permet donc d’obtenir une épée géante qui parle et qui s’appelle Judas. Le nom est un détail pour l’instant, mais il n’annonce rien de bon. Quand une épée décide de prendre le nom du plus grand traître connu de l’humanité, c’est difficile d’en penser quelque chose de positif.

Nina se frotte le visage et les cheveux, mais ne fait qu’ y étaler un peu plus de sang. Elle se met à rire de plus en plus fort et son rire résonne étrangement sur les murs de la pièce. Jusqu’à ce que son visage se fige et qu’elle serre les dents.

C’est ridicule. La situation est ridicule, mais plutôt que de chercher un sens à tout ça elle s’avance et pousse un peu l’épée qui bascule aussitôt sur elle. Elle la rattrape et se coupe la paume de la main dans le processus. Elle manque de basculer sous le poids plus important qu’elle ne le pensait de l’arme, mais c’est sans doute à cause de la fatigue. Son sang coule lentement le long de la gigantesque lame alors qu’elle réfléchit à comment la transporter.

Pendant un instant elle sent qu’elle perd connaissance mais se reprend aussitôt en appuyant sa main sur la lame pour que la douleur la réveille. Tout va bien.
La fatigue ne fait que s’accumuler mais ce n’est pas si grave que ça.

Elle s’approche du mur où devrait être la porte et frappe sur celui ci. Si Abram est bien de l’autre côté il a intérêt à ouvrir. Patience et fatigue ne vont pas bien ensemble pour elle, mais peu de choses le font pour Nina.
Avec le recul elle a l’impression d’avoir passé une éternité enfermée dans cette pièce et tout ce blanc commence à la rendre malade. Après une dizaine de secondes à frapper, la porte finit par s’ouvrir lentement sur Abram qui au début était en train de sourire, mais qui se ravisa presque aussitôt quand il vit l’état de Nina. Du sang sur le visage et dans les cheveux, une grande plaie au front ainsi que plusieurs bosses qui commencent à apparaître, mais même s’il s’inquiète pour elle, inconsciemment son regard se fixe sur l’arme qu’elle tient.
Alors qu’elle comprend ce qu’il est en train de regarder Nina décide de le pousser pour sortir de là en traînant la pointe de l’arme par terre. Dans le hall la lame fait une large rayure sur le parquet en bois, mais Nina apprécie le son et ne compte pas se gêner pour continuer surtout vu la première réaction d’Abram.
Elle traverse le hall et finit par s’asseoir sur une sorte de banquette et jette le manche de son arme par terre devant le regard effaré d’Abram qui regarde l’épée comme la chose la plus précieuse que son existence et ce regard dégoûte Nina.

– Est ce que je peux avoir de l’eau et une serviette, ou je dois attendre que tu finisses de faire connaissance avec mon épée ? Ironise Nina à la limite de perdre patience.
– C’est…Je… , commence t-il en balbutiant. Maintenant je sais ce qu’implique cette arme. Dès que je l’ai vu, j’ai compris… C’était comme une sorte de flash et tout est devenu clair..
– De l’eau, une serviette ?!! Tout de suite ?!! ordonne t-elle finalement.

Abram la regarde sans comprendre avec un air ahuri alors qu’il semble en pleine réflexion. Il finit par reculer et part chercher ce qu’elle lui demande après quelques dizaines de secondes où ses lèvres s’agitent comme s’il se parlait tout seul.
Faut-il vraiment qu’elle soit la seule à avoir la tête sur les épaules ? Même si elle s’est cru folle pendant quelques instants quand « Judas » lui a parlé pour la première fois, elle n’est pas restée les bras croisés à réfléchir pendant plusieurs minutes avant de se décider à sortir de là.

Elle s’enfonce dans le fauteuil et soupire, un mal de crâne commence à poindre. Ses yeux bleus passent le long de la pièce à la recherche d’un détail intéressant tandis que du sang coule lentement de son visage et de l’entaille sur sa main, mais il n’y a que l’épée qui attire son regard posée là devant elle.

Son épée a dit qu’il avait besoin de dormir, mais quand il sera réveillé elle aura plusieurs choses à lui demander. Avant cela c’est Abram qui va lui dire ce qu’il sait.

Chapitre Précédent – Sommaire – Chapitre Suivant


 

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :

Tipeee