Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (20€)

Quentin S. (20€)

_________________

 

Héros de Lishnul

Je demande à Adelina de me suivre en ordonnant aux gens de reculer et en les menaçant avec mon stylet. A chaque seconde qui passe ils s’approchent de plus en plus de moi et je commence à m’inquiéter. Je garde un bras en arrière pour m’assurer de la présence d’Adelina derrière moi tandis que Micha se place sur ma tête et augmente mon champ de vision. Yuu me dit que ça va mal finir et je le crois. Les gens hurlent, font de grand gestes avec leurs bras et s’approchent de plus en plus malgré mon arme. En fond sonore je peux également entendre des gens qui crient à mesure que les manges-mot s’avancent en tuant des gens. Jusqu’à ce que finalement quelqu’un attrape Adelina par le bras.
Elle pousse un petit cri et sans même réfléchir je retourne le stylet dans la paume de ma main et le plante dans l’avant bras de l’homme en le transperçant au point d’éclabousser Adelina avec son sang. Elle se met aussitôt à crier et comme si c’était un signal les autres habitants et habitantes de Lishnul semblent sur le point de se jeter sur moi. Je menace ceux devant moi avec Juliette que je fais sortir de ma manche tandis que je libère mon stylet d’un geste sec en me servant du boost d’agilité . L’homme crie et tombe par terre en tenant son bras blessé qui saigne. Bien sûr dans peu de temps il perdra connaissance à cause du somnifère sur la lame, mais il reste la foule.
Pendant quelques instants elle se calme après m’avoir vu faire, mais le silence semble plus menaçant qu’avant. Un mur dans mon dos et des habitants sur trois côtés, c’est mauvais.

Ils se jettent des regards entre eux et je sais que ce n’est pas bon signe. Certains commencent à me faire des feintes en faisant semblant d’avancer. Même Juliette me fait comprendre qu’ils sont un peu trop nombreux pour elle. Plusieurs d’entre eux commencent à faire semblant d’avancer pour voir ma réaction et à chaque fois je brandis Juliette ou mon stylet, mais je sais que ça ne suffira pas. A mesure que les secondes passent j’ai de plus en plus peur de ce qu’il va se passer. Adelina m’attrape l’épaule et me dit qu’il faut partir, mais ce sera difficile tant qu’ils seront là. Celui qui avait attrapé Adelina finit par perdre connaissance et tombe en avant. Aussitôt une femme crie en hurlant qu’il est mort et la foule s’énerve à nouveau comme si c’était un signe que ce qu’ils font est juste. Sans perdre de temps je jette un somnifère par terre. Un nuage épais de fumée se répand dans les airs avant qu’ils ne chargent. J’attrape la main d’Adelina et la tire avec moi. La foule fonce dans le nuage de fumée en hurlant, mais en profitant du boost d’agilité et en poussant les gens en dehors de mon passage j’arrive à m’écarter du centre. Suffisamment pour que la plupart me perdent de vue.

Nous nous approchons d’un autre mur. Je lui dit de monter sur mes épaules et après avoir hésité quelques instants elle accepte. En profitant de la fumée nous avons une chance, mais je surveille quand même les alentours.
Adelina se trouve nez à nez avec Micha redescendue au niveau de ma nuque et pendant quelques instants elle s’apprête à crier. Elle se retient en se souvenant qu’elle est avec moi. Je lui dis de bien s’accrocher et commence à escalader le mur en me servant à la fois des griffes du gantelet et de mon stylet que je plante dans le mur pour monter plus facilement. Avec Adelina dans le dos c’est beaucoup plus difficile, mais pas impossible. Dans ce genre de moment j’aimerais bien avoir un boost de force et pas d’agilité, mais ce n’est pas le moment de se plaindre.
Bientôt nous sortons du nuage de fumée et dans la rue les gens me regardent faire en criant à l’aide. Certains m’accusent de les abandonner et hurlent comme si j’étais responsable, mais pour être honnête j’ai déjà du mal à m’en sortir avec Adelina alors avec une cinquantaine ou centaine de personnes en plus ? Je ne vais certainement pas affronter les manges-mot frontalement tout seul. …Désolé, mais je n’écoute plus.

Yuu, dis quelque chose pour me distraire s’il te plait ?
[Aha, tu fais une croix sur eux ?]
Je ne sais pas, mais je ne prendrai pas le risque de me battre à découvert dans la rue en tout cas. On peut parler d’autre chose ?
[Tu n’as pas répondu à ma question d’ailleurs. Alors entre les trois filles laquelle tu préfères ? Retire Micha de l’équation pendant quelques minutes.]
Tu n’as vraiment que ça en tête ?
[ Ce n’est pas comme si j’avais eu droit à beaucoup d’explications sur la psychée humaine dans tes souvenirs et je suis curieux. Même si je comprends de plus en plus comment tu fonctionnes, j’aimerais bien savoir comme tu évalues ces trois là.]
Tch. Tu profites que je te demande de me distraire pour parler de ça ? Est ce que tu te rends compte que je risque ma vie ?
[Raison de plus ! Si tu meurs j’aurai au moins une réponse à ma question. Les humains me fascinent, tu ne vas quand même pas me laisser sur ma faim ?]
Ok.. Ok. Je vais jouer le jeu, ça m’évitera de penser aux gens en bas… Je ne sais pas. Je n’ai pas vraiment réfléchit à ce genre de choses depuis un moment.
[Commence par le plus simple. Physiquement ?]
Je ne sais pas. Emy est une brute, mais elle reste jolie… je ne suis pas sûr que ce soit mon style par contre. Un peu trop « rude » ? Je la vois plus comme une grande sœur catcheuse qu’autre chose.
[Rien de nouveau. Pourtant parmi les trois je m’attendais à ce que ce soit elle qui te plaise le plus.]
Mouais. Mais tu n’es pas capable de comprendre que je préfère Micha alors je dirais que tes capacités de réflexions sur le sujet semblent limitées.
[Pas la peine d’être désobligeant. Du coup passons à la suivante. Adelina ?]
Elle est accrochée à mon dos et la seule chose qui me vient en tête c’est qu’elle est vraiment lourde.
[Ce n’est pas vraiment une réponse.]
… elle est mignonne, mais elle ne m’intéresse pas vraiment. Elle me donne l’impression d’être une sorte de princesse et ça m’irrite un peu, trop candide malgré son caractère. On a pas du tout les mêmes façons de penser.
[Est ce que c’est un critère important pour les humains le mental ? Je pensais que c’était principalement biologique après avoir vu tes souvenirs d’émissions télévisées… et ta documentation personnelle sur le sujet..]
Hey…Je..!
[La plupart du temps les humains se choisissent physiquement et pas mentalement, non ?]
J’imagine que je suis un peu différent dans ce cas. C’est un tout, je n’avais pas choisi Micha parce qu’elle était la plus belle.
[Pourquoi tu l’avais choisi dans ce cas ?]
Temps écoulé ! Je suis arrivé.
[Réponds à cette question au moins, et Maliel !]
Faudra attendre une autre opportunité.

Yuu commence à se plaindre, mais je ne l’écoute déjà plus. Il est dans une des rues en bas même si j’ai du mal à savoir laquelle exactement. Je me hisse sur le toit alors qu’Adelina semble ne plus pouvoir tenir. Normalement ça devrait être à moi de me plaindre non ? Même si Yuu me posait des questions ça ne veut pas dire qu’escalader une dizaine de mètres avec quelqu’un sur le dos est quelque chose de facile.
Dans la rue en bas les gens continuent de crier en me demandant de l’aide, mais j’essaye de ne pas y penser. Pour commencer je dois m ‘assurer que nous sommes en sécurité sur les toits. Je regarde à droite et à gauche, mais je ne vois personne. Au final je ne sais pas si j’avais vraiment à m’inquiéter des toits. J’aurais pu faire ça depuis le départ mais sauter de toit en toit sera probablement difficile avec Adelina.

Je lui demande d’aller se cacher sur une terrasse.

– Qu’est ce que tu vas faire ?
– Même s’ils nous ont attaqués je ne peux pas les laisser comme ça.

Je n’ai pas oublié mon humanité et je dois faire quelque chose eux, je l’aurais fait de toute façon même s’ils ne me l’avaient pas « demandé ». Ils pourraient s’en sortir en fonçant tous ensemble sur un barrage, mais je ne suis pas sûr qu’ils en aient envie.
Je vais devoir leur faciliter les choses. Je saute sur un autre toit et continue d’avancer en cherchant le meilleur endroit. Je ne pourrai pas tuer tous les manges-mot, mais je peux ouvrir une sortie. Je me déplace lentement sur les toits tout en vérifiant qu’il n’y ait vraiment personne pour m’attaquer. Je n’aimerais pas me faire surprendre. Heureusement pour moi les toits entre les ruelles sont suffisamment proches pour que je puisse sauter d’un côté ou de l’autre sans problème.
Cela aurait été bien différent dans les quartiers riches où chaque pâté de maison est une propriété séparée par une rue de plusieurs mètres de large.

Je continue d’avancer discrètement, mais il n’y a toujours personne sur les toits à part moi. Je ne vais pas m’en plaindre.
Je m’avance sur le bord d’un toit et pointe mon arbalète en direction du dos d’un des deux manges-mot qui gardent une ruelle où un groupe de gens devant eux n’osent pas avancer. Comparé aux groupes dans la rue principale, ces deux là n’avancent pas et semblent attendre que le gros des forces fassent le travail. Il y a quand même quelques corps à leurs pieds ce qui intimide suffisamment les gens pour les empêcher d’avancer
Je tire avec mon arbalète et le carreau fonce à tout allure, mais comme s’il l’avait senti le mange-mot que je vise se sert du plat de sa hache pour arrêter le carreau et le dévier. Le carreau frappe le sol avant de se casser net, tandis que les deux manges-mot tournent leur regard vers moi.
Pour l’instant ils n’ont pas l’air de vouloir me prendre en chasse et je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou non. La voie n’est toujours pas ouverte pour les gens et j’imagine que je vais devoir changer de tactique. Changer de stratégie veut dire que je vais devoir me mettre un peu plus en danger, mais je n’ai pas l’impression d’avoir le choix.

Un des manges-mot continue de me fixer pendant que le deuxième se retourne et brandit ses haches en direction de la foule pour leur faire comprendre que rien n’a changé et qu’ils ne pourront pas passer.

Les murs sont de bonne qualité ici ce qui joue en ma faveur, mais je n’aime pas agir de façon aussi risquée… Bon. Si je calcule mal mon coup ça pourrait très bien se retourner contre moi, mais si je veux ouvrir le chemin, je ne pense pas avoir le choix. Je pourrais me contenter de tirer des carreaux d’arbalète, ça me coûterait moins cher… mais ça serait sans doute aussi inefficace que la première fois.

Je suis sur le toit d’une maison à deux étages ce qui me ferait faire une sacrée chute. Cependant je m’en sors bien dans ce genre de situation. La dernière fois que j’ai tenté quelque chose de ce genre c’était contre Emy qui est bien plus effrayante que deux manges-mot avec de gros bras et des haches.
J’imagine que c’est parti. Je m’avance vers le bord du toit et me penche pour accrocher ma griffe en haut du mur dans ce qui a l’air d’être du crépis.
Je recule et laisse le fil se dérouler suffisamment. L’un des deux manges-mot continue de me regarder, mais je ne suis pas sûr qu’il comprenne ce que j’ai en tête.
J’attrape un stylet et demande à Juliette de se préparer et à Micha de s’accrocher. Si je calcule bien le mouvement je devrais m’en sortir.
Je me jette dans le vide un peu plus loin pour faire un mouvement de balancier et commence à tomber en flèche en direction du sol en priant pour que la corde tienne.
… Apparemment le mur n’a pas supporté. J’imagine que j’étais trop confiant sur sa qualité.
Ah.
Et merd…

Le sol se rapproche rapidement et j’utilise le boost d’agilité pour essayer de ne pas finir par me briser les jambes et me sers de mon gantelet de félin pour réduire la vitesse de chute en plantant les griffes dans le mur. Bien la peine de vouloir de faire les choses avec style si c’est pour échouer lamentablement comme ça.
Je tombe au sol dans la rue, mais j’ai réussi à plus ou moins bien amortir ma chute. Mes jambes me font un peu mal, mais je m’en sortirai.
Le mange-mot devant moi s’avance dans ma direction en marchant et j’imagine que s’il en était capable il se moquerait de moi. Je viens de tomber d’un toit et je suis encore vivant, mais c’est loin d’être ma meilleure entrée en scène. Pendant un instant je pense que j’ai paniqué. Pas très longtemps, personne n’a rien vu de toute façon.

Je jette un bocal sur le mange-mot qui se contente de le briser avec sa hache sans même y réfléchir. Je peux passer pour un idiot en tombant d’un toit, mais je n’arrive pas à comprendre que la plupart des gens tombent dans le piège aussi facilement.
La plante à l’intérieur se met à grandir aussitôt et malgré les coups de haches, les ronces font leur travail et obstruent ses mouvements drastiquement. Pendant ce temps j’attrape mon arbalète et tire dans le dos du deuxième. Enfin c’était l’idée, mais il se retourne en déviant le carreau de la même façon que le premier. Il jette rapidement un coup d’œil en direction de son coéquipier, mais les ronces font bien le travail.

Je me contente de lui faire signe de s’approcher pour le provoquer. J’ai un peu mal aux jambes et j’ai failli me tordre la cheville au point de me faire une entorse. Je n’ai pas spécialement envie de marcher jusqu’à lui. Il ne sait pas que je suis rapide et c’est donc possible de le tuer rapidement. Tant qu’il est seul je devrais m’en sortir. Il avance dans ma direction sans même attendre que son coéquipier ne se soit libéré des ronces, mais c’était déjà compliqué pour le Duelliste de s’en défaire alors je n’imagine pas pour quelqu’un qui n’a pas de compétence.
Et comment dire… Pendant un instant je m’attendais à en venir aux mains, mais j’imagine que je me suis trompé.

Derrière les deux manges-mot la foule qui est de plus en plus dense a vu mon attaque comme une ouverture et s’est jetée en avant sans même réfléchir. Le mange-mot couvert de ronces se fait juste renverser puis piétiner. Le deuxième est déjà en train de les frapper à coups de hache, mais finit assez vite débordé et se fait renverser à son tour en quelques secondes. Le prochain sur la liste c’est moi si je ne bouge pas. La ruelle est bien trop petite pour qu’une foule m’ignore et passe gentiment.
Je me sers du boost et commence à grimper le mur. C’est tellement plus simple sans Adelina que j’ai presque l’impression de voler, même si mes jambes me font mal.

Après être monté de quelques mètres les gens se contentent de passer sans même me regarder.
Je me contente d’escalader le mur sans vraiment y faire attention et en pensant à ce qui vient d’arriver, aux deux manges-mot et à ce qui m’arrivera aussi si jamais je tombe.
Tout ça pour comprendre que le vrai danger c’est peut être le peuple de Lishnul et pas les manges-mot.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :