Malin.

Je regarde à l’extérieur, mais j’ai l’impression qu’il ne reste qu’une seule personne là dehors. Les autres ombres ont disparus et maintenant que j’y fais attention, il n’y a plus de cris.
J’ai l’impression qu’ils ont décidé de faire disparaître tous les témoins possible de l’attaque…

Est ce que c’est de ma faute ? Cette après midi le mange-mot à eu une réaction étrange quand j’ai refusé de m’entraîner avec lui… Est ce qu’il a senti quelque chose  dans ce que j’ai dis ?
De ce que j’ai compris ils sont du genre à faire des attaques chirurgical et je ne pense pas que tuer tout le monde dans la maison d’une des personnes les plus riches et les plus influentes de la ville soit une bonne idée pour rester discret…. Pas vraiment le temps d’y réfléchir, je dois d’abord m’occuper de Yuu et Adelina.

Hey, tout va bien de votre côté ?
[Pas vraiment. Nous sommes dans la chambre d’Adelina et je ne crois pas que la petite tienne très longtemps. Tu ferais bien de venir avant qu’ils ne la tuent.]

Je récupère Micha, puis fonce à l’étage en direction de la chambre d’Adelina. Je ne peux pas être sûr de ce qui se passe, mais je dois agir avant qu’il ne soit trop tard. Je peux voir le cadavre des serviteurs qui jonche le sol à certains endroits à mesure que je traverse les couloirs. Depuis que je suis sortie du coma, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de discuter avec eux, mais ce sont des gens que je voyais tous les jours, des gens qui m’ont toujours traité avec le plus grand respect comme si j’étais le fils de quelqu’un dans ce monde et pas juste un voyageur, ou un grimpeur. Ce qui Je ferme les yeux en reconnaissant certains d’entre eux… mais pas de manges-mot..
Il n’y a déjà plus personne de vivant ? Je ne sais pas combien de temps vient de passé, mais c’est beaucoup trop rapide pour une simple attaque.

Je traverse un grand couloir vide et j’arrive finalement devant la porte de sa chambre. La porte n’est pas fermé et je l’ouvre en grand. A l’intérieur de la pièce je peux voir trois manges-mot qui essaye d’ouvrir une porte. Ils se tournent tous les trois dans ma direction. Il me fixe silencieusement et sans même un signe avance vers moi. Cette fois ci ils ne sont plus armée de lances, mais de dagues dans chaque main.
Ils approchent et je sais presque aussitôt que je n’aurai pas l’avantage cette fois ci. S’ils sont aussi bon à main nue qu’avec des dagues, je vais avoir du soucis à me faire d’après mon expérience personnel.
Plutôt que d’espérer que ça se passe bien à l’intérieur de la chambre je décide de reculer et de sortir de la pièce. Aucune raison pour moi de donner l’avantage du terrain comme ça.
J’ai même la courtoisie de fermer la porte à moitié. Peut être qu’avec un peu de chance ils se diront juste que j’ai pris peur, mais pas suffisamment pour oublier mes manières ou quelque chose du genre.
Je recule de quelques pas et réarme mon arbalète rapidement sans paniquer. Franchement dans une telle situation je suis à deux doigts de laisser la nervosité l’emporter, mais je ne peux pas.
Micha est, elle, déjà placé dans mon écharpe au niveau de ma nuque et surveille mes arrières au cas où il y en ait d’autres qui arrivent.

La porte finit par s’ouvrir et aussitôt un mange-mot essaye de foncer dans ma direction. Un carreau d’arbalète le frappe en plein torse et il tombe par terre tandis que derrière lui les deux autres foncent en avant sans même regarder la victime. Le couloir n’est pas spécialement étroit, mais c’est impossible pour l’un d’eux de passer derrière moi ce qui me redonne un certain avantage. J’échange rapidement l’arbalète avec un stylet de mon inventaire alors qu’il se jette sur moi. Cette fois ci il n’est plus question d’esquiver et je vais juste essayer d’être le plus rapide. Avec les lances j’avais l’avantage de bien des façons, mais ici ce sera difficile d’être assez rapide pour esquiver 4 dagues en même temps. Autant foncé sur eux comme il fonce sur moi enfin ce serait trop simple si je me contentais de charger comme un idiot.

Utilisons le gantelet pour pimenter les choses. Avant cela je jette mon stylet en avant mais il est esquivé sans problème. Au moins j’ai la main libre et un stylet couvert de soporifique à ma disposition.

Pendant mes entraînements après mon réveil, j’ai trouver une autre fonction lié à l’index et à la griffe accroché à une corde. En touchant une partie de l’auriculaire et en faisant prendre la forme d’un pistolet à ma main et bien…. Non ce n’est pas un pistolet, mais ça s’en approche un peu je dois dire. Je crois que c’est liée à un ressort à l’intérieur du gantelet, enfin je suppose. Je vise l’un des mange-mot devant moi et baisse mon pouce qui sert de détente. Aussitôt la griffe est propulser vers l’avant suivis par le fil.
Le mange-mot réussi à bloquer avec son avant bras, mais elle y est à fermement planté maintenant. Pour quelqu’un qui n’a probablement vu personne mimer un pistolet avec ses mains sa réaction reste impressionnante, même si elle ne suffira pas.
J’active le boost et me jette entre les jambes du deuxième en glissant sur le parquet. J’esquive une des lames qui me vise la tête tout en faisant reculer l’autre en me servant du stylet.
Je me fais malgré tout égratigner l’épaule et la lame s’enfonce dans ma chair. Je continue d’utiliser le boost et m’éloigne en direction de la chambre. Après tout rien ne m’oblige a me battre contre eux dans ce couloir.

Les manges-mot ne comprennent pas tout de suite et s’apprêtent à me poursuivre en comprenant que je fuis à nouveau, mais je rembobine aussitôt le fil en me servant du mécanisme et celui sur lequel j’ai accroché la griffe se retrouve tirer dans ma direction et donc entre les jambes de son partenaire. Celui ci subit le premier l’effet du fil qui se rembobine et manque de tomber par terre tout d’abord avant de finalement renversé son coéquipier.
J’imagine que c’est le genre de situation qu’il n’ont pas vu pendant leurs entraînements.

Ce qui me fais dire une chose. Clairement ils ne savent pas s’adapter aux situations. Enfin de façon très limité. Me voir entrer dans la chambre puis ressortir à du les laisser perplexes ou quelque chose qui y ressemble pour un mange-mot.
Ils ont l’air calé sur le combat au corps à corps et le maniement des armes qu’ils tiennent, mais dès que la situation change un peu ils mettent du temps à réagir et à s’adapter. Si par exemple j’avais eu deux Emy devant moi et pas deux manges-mot… Bon je serais mort très rapidement bien sûr… mais elle aurait sans doute retiré la griffe de son avant bras sans même y faire attention et lever la jambe pour que le fil se tende sans la faire tomber ou quelque chose comme ça.
Je sais que je serais mort au moins dix fois si ça avait été elle. Vraiment mort, un peu comme si j’avais décidé de foncer dans un mur en béton armé. Heureusement pour moi ce n’est pas Emy, mais deux mange-mot.
Tout ça pour dire que ce qui paraît évident pour Emy ou même moi ne l’est pas du tout pour eux et ça joue énormément sur la façon dont je dois me battre contre eux. Malgré l’entraînement et les préparations, l’inconnu est difficile à maîtriser pour eux.

La griffe finit par relâcher violemment l’avant bras du mange-mot et revient se fixer naturellement sur le gantelet. Je re-rentre dans la chambre et essaye de fermer la porte pendant qu’ils se relèvent.
Malheureusement dans mon merveilleux plan j’avais oublié un détail, Le mange-mot sur lequel j’ai tiré bloque la porte et je ne suis pas sûr de pouvoir la fermer. Du coup je vais encore essayer de faire preuve d’imagination et continuer sur ma lancé.

Je ferme la porte autant que je peux et décide de me cacher derrière celle ci. Encore une technique de gamin, mais c’est le genre de chose qui peut marcher. Je réarme mon arbalète avec les quelques secondes que j’ai à ma disposition en essayant de resté calme malgré la tension.

[Je n’ai pas l’habitude de voir des combats et il n’y avait pas grand chose dans tes souvenirs… mais je pense avoir compris que ce n’est pas comme ça que les terriens se battent non ? ]
Tant que ça marche et que je survis, je ne pense pas que la méthode soit si importante que ça.

Les deux manges-mot rentre dans la chambre en ouvrant la porte en grand et en passant par dessus le corps de leur camarade et l’un deux se prend un carreau dans le dos. Avant que l’autre n’est le temps de réagir je frappe la porte du pied et il se prend l’angle dans le visage et tombe en arrière. Puis je saute sur lui et plante mon stylet dans son cœur en me servant des deux mains. Je fonce ensuite sur le deuxième qui se redresse et tout en esquivant un révère de la main je le bloque au sol et retire le carreau d’arbalète pour le replanter à nouveau et ainsi de suite jusqu’à ce que je sois certain qu’il ne se relèvera plus.

Je laisse le carreau planté là et retourne chercher mon stylet dans le couloir en reprenant mon souffle. Même si les combats sont courts, à cause du boost ils sont bien plus fatiguant qu’ils ne devraient l’être. C’est dans ce genre de moment que je sais que j’ai perdu beaucoup d’endurance. Je vais sans doute devoir à nouveau m’entraîner avec Nerys pour retrouver tout ça. Je pensais que l’entraînement avec le mange-mot serait suffisant, mais maintenant j’ai l’impression d’avoir était trop gentil avec moi même vu mon état.

J’essaye de retrouver mon souffle et retourne dans la chambre. Au moins Adelina n’a rien. Je demande à Yuu si tout va bien et il me dit que oui. Il est dans une sorte de salle de bain avec elle juste derrière la porte dans la chambre et pour l’instant je lui dis d’attendre à l’intérieur. Elle est plus en sécurité là dedans. Je ne sais pas combien ils sont encore, mais après un assaut pareil il ne devrait plus rester beaucoup d’entre eux dans la résidence. Il ne reste peut être que l’ombre que j’avais vu dehors.
Et puis je n’ai pas vu le mange-mot d’Adelina. Il est sans doute dans les parages et soit il a était tué par les autres manges-mots soit il est avec eux.
Je ne sais tellement rien de la situation que ça en devient irritant. Est ce que tout les manges-mot sont dans le coup ? Est ce que c’est seulement dans la résidence qu’il y a un problème ?

La deuxième réponse est plus facile à obtenir que la première. Je m’approche de la fenêtre la plus proche et l’ouvre en grand pour voir ce qui se passe. La vue de ma chambre dans la résidence donne sur la cour, mais celle d’Adelina donne sur la ville et je peux voir tout ce qui m’intéresse d’ici.

Il n’y a pas d’incendie, mais je peux entendre des cris ici et là, prêt et loin de moi. Des torches s’agitent dans les rues de la ville et je peux également entendre une cloche retentir comme si une alarme était donnée. De la fumée s’élève par endroits ce qui n’annonce rien de bon.

C’est arrivé bien plus vite que ce que je pensais. D’après ce que m’a dit Madeleine il reste deux cent grimpeurs ce qui est loin d’être suffisant pour s’occuper d’une ville aussi grande et les gardes n’ont aucune chance contre les manges-mot d’après mes connaissances.
En tout cas ce soir Lishnul est réveillé et je n’ai plus à me poser de question sur le fait de partir ou de rester. Tant qu’Adelina ne sera pas en sécurité, je ne partirai pas et la seule personne capable de la mettre en sécurité c’est Madeleine.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant