Sur Terre pas de raison d’être.

Nina dévisage l’inconnue qui prétend être sa « guide ». Elle semble être quelqu’un de simple et sans histoire. Pas de traits physiques particuliers et sa voix est calme et posée. Une femme dans la trentaine, des cheveux châtains presque blond qui entoure son visage où est posé un vague sourire mélancolique. Elle semble fatiguée, mais pas épuisée. Pas de bijou en tout cas et à part son long manteau, il n’y a rien de notable.
Nina soupire et fixe l’océan. C’est difficile de lui laisser du temps pour elle ? Il ne manquerait plus qu’on la force à aller à l’école maintenant. En tout cas ça ne fait même pas dix minutes depuis qu’elle est arrivée et cette femme souhaite déjà lui parler. Elle est à la base venue à l’intérieur de la tour pour être tranquille. Quoi qu’il pouvait y avoir à l’intérieur de la tour, ça ne pouvait pas être pire qu’à l’extérieur et les tests ont presque faillit lui faire regretter sa décision… presque.

« Nuit difficile j’ai l’impression. »

La femme reprend la parole et Nina se contente de soupirer. Pourquoi est ce qu’elle veut lui parler à ce point ? Nina a presque envie de frapper l’inconnue qui a décidé de lui parler, mais comme si elle comprenait ce qu’elle avait dans la tête elle s’écarte un peu d’elle et fixe l’océan.

Je ne suis pas là pour te nuire, mais juste faire en sorte que tu comprennes ce qui se passe ici et t’aider autant que je le peux, continua la Guide.
Dans ce cas je veux qu’on me laisse tranquille…. Nan, avant c’est quoi ce bordel avec les tests ? C’est qui le taré qui à inventé ces trucs ? Demanda Nina en s’indignant.
Ça arrive parfois selon les gens, expliqua la Guide comme si cette réponse justifiait tout. Mais c’est fini à présent, tu es dans la tour et rien ne te fera retourner sur Terre. Pour répondre à ta question c’est la tour, ou plutôt la conscience de la tour. Les tests sont principalement faits pour que les humains qui ont le plus à perdre en quittant la Terre et pour que les plus faibles mentalement n’entrent pas. La difficulté varie pour chacun.
Dans ce cas ce système est vraiment pourri. Je n’ai rien qui m’attend là bas et cette foutue tour a juste décidé de me torturer gratuitement… expliqua t-elle alors qu’un mélange de dégoût et de colère reste coincé en travers de sa gorge.
Je ne peux pas juger des actions de la tour, mais je sais que tu es là et c’est tout ce qui m’importe. Certains pensent cependant que ce sont les grimpeurs qui créent leurs épreuves. Une chose est sûre en tout cas, une épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions. Aujourd’hui ce fut le cas pour toi, mais ne laisse pas les épreuves que tu as subies t’atteindre et te définir… ?!

Sans même réfléchir et par colère Nina gifle violemment la guide. Ce n’était pas un geste raisonné ni même réfléchit, mais ce n’est pas le genre de geste qu’elle regrettera. La guide est en train d’essayer de relativiser ce qui s’est produit cette nuit. Quand elle était à l’intérieur et qu’elle avait ces consignes à suivre, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle même et sur sa décision d’entrer dans la tour, mais entendre une inconnue lui expliquer que c’est juste « pas de chance » pour elle et qu’il faut vivre avec n’est pas quelque chose qu’elle a besoin d’entendre. Comme si l’excuse « c’est la vie » avait déjà réussi à aider quelqu’un.
Nina n’a pas envie d’être raisonnable alors qu’elle cherche simplement le silence et le calme.
La guide à côté d’elle reste silencieuse alors qu’un peu de sang coule de son nez et qu’elle continue de fixer l’horizon comme si de rien n’était.

«  Je veux qu’on me laisse tranquille. »

La guide se lève alors sans plus attendre en entendant Nina. Elle explique rapidement qu’elle reviendra plus tard et s’en va sans que Nina ne jette un coup d’œil dans sa direction. Même si il n’y a aucune marque dans sa chair, certaines choses qui se sont produites pendant les épreuves ne disparaîtront pas et certaines actions qui se sont passées avant non plus.
Elle a fait le choix d’entrer dans la Tour et maintenant qu’elle est là, elle ne jouera plus le jeu de l’humanité. Trop d’éducation, trop de codes, de règles et trop de monstres qui se cachent derrière. Elle en a fini avec les gens qui faisaient partie de sa vie et elle n’aurait pas résisté à cette nuit si elle n’avait pas voulu s’en tenir à son choix. A aucun moment elle n’a ressenti de plaisir ou de joie ou appris quelque chose sur elle même lors des tests. Bien sûr tout cela passe pour des gamineries aux yeux d’une inconnue… Oser lui dire que c’est parce qu’elle a beaucoup de lien avec la Terre que la tour a fait durer les choses. L’idée est insupportable pour elle. Insupportable, mais pas Insurmontable. Il faut qu’elle fasse le point de son côté sans que la Guide ne l’interrompe avec des paroles faussement bienveillantes alors qu’elle ne l’a connaît ni d’Eve ni d’Adam.

La gifle lui a fait du bien en tout cas. C’était un bon moyen d’échapper à de la démagogie d’adulte. Rien n’est plus irritant pour elle que d’être jugée par des inconnus et c’est aussi une des choses qu’elle a décidé en entrant dans la tour. ”Quoi qu’il arrive là dedans, quoi qu’il se passe, tu le fais pour toi à présent. Plus personne n’aura autorité sur toi, n’aura de lien avec toi et n’aura de pouvoir sur toi”.
La race humaine est un fléau dont elle fait partie, mais elle a fait un choix, celui de détester son prochain.

*

Elle regarde l’océan en ressassant les événements passés. Avec le recul tout ça passe pour une belle connerie. Partir de la terre, subir les épreuves sans même hésiter, signer un contrat et finir ici à regarder l’océan après avoir frappé quelqu’un. Elle assume ses actes, mais c’est tellement stupide.
La seule chose qui l’a motivée à signer ce contrat ce n’est pas l’homme qui était devant elle où même les termes qu’elle a accepté. C’est la réponse à une questions qu’elle a posé que l’homme a choisi de lui donner après qu’elle l’ait menacé. Qu’est ce qu’il y a en haut de cette foutue tour ? Qu’est ce qu’elle peut gagner en jouant le jeu ? La réponse était simple bien sûr, tellement simple qu’elle en rirait presque tellement c’était stupide de ne pas y avoir pensé. Cette réponse était suffisante pour lui faire comprendre une chose, si cet homme ne lui a pas menti, alors elle va gravir cette tour et pas parce qu’elle a signé un contrat, mais parce qu’elle l’a choisi. Qu’importe le nombre d’années et d’obstacles, peu importe le nombre de personnes qu’elle devra tuer ou faire souffrir pour ça. Vis ta vie comme tu l’entends c’est ça le contrat qu’il y a de marqué sur son existence pas les conneries qu’elle a du accepter en rentrant comme un règlement parental, ne fais pas ci et ne fais pas ça. Soit gentil avec les autres. Regarde à droite et à gauche avant de traverser. Dis merci et bonjour. Tout ça est tellement niais.

Après le chaos de sa vie terrestre et dans le chaos de la tour, il y a là haut quelque chose qui l’intéresse et elle l’aura.

Si elle doit mourir en essayant, elle mourra.
Si elle doit perdre son humanité en route, elle s’en séparera en riant.
Si elle se perd en chemin, alors les cicatrices sur son corps et dans son esprit lui rappelleront ce qu’elle doit faire et ce qui compte vraiment.

Ce qu’il y a en haut de la tour lui donne une raison d’avancer, une raison de vivre. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle se pliera à des règles.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant