La bataille pour le village des Elfes 5

[Firimes]

J’étais seul sur le champ de bataille.
Shun-kun et Katia-chan sont à l’arrière.
Shun-kun est trop gentil.
Je pourrais même dire qu’il est trop naïf.
Clairement, même s’il est capable de tuer un monstre, il n’est pas capable de tuer un humain.
C’est pour cela que j’ai fait de lui l’arrière garde.

Hyrinth-san s’est occupé de le persuader.
Il connait Shun et a accepté.
Je suis reconnaissant envers Shun-kun.
Je ne suis pas capable de retourner au village des Elfes en passant par le Grand Labyrinthe d’Elro avec ma force uniquement.
Mais à partir d’ici, c’est le travail du professeur.
Je ne peux pas me servir de Shun-kun et des autres.

La barrière est brisée.
Pour être honnête, j’ai eu du mal à le croire, mais la barrière est vraiment brisée.
Mais le choc des autres Elfes était bien plus grand que le mien.
Le mur défensif qui était censé être absolu et qui n’a jamais été détruit jusque là est brisé.
Il suffit d’ajouter la menace des monstres à l’extérieur de la barrière, le choc reçu de perdre tout support de protection est incommensurable.
Même si je l’avais imaginé de mon côté, ils ne devaient sans doute pas penser que c’était possible.

« Tout le monde, du calme. »

Je parle aux Elfes paniqués.

« La barrière est brisée. Cependant ce qui génère la barrière ne l’est pas. Nous devons tenir bon jusqu’à ce qu’elle se répare. »

Je suis la fille du Patriarche.
De plus, je suis une réincarnée avec de grande capacité et j’ai une certaine importance parmi les Elfes.
Pour les Elfes qui vivent longtemps, je ne suis qu’une gamine, même en ajoutant mon âge de ma vie précédente. Mais quoi qu’ils puissent penser ils m’écouteront quand même.
De plus, ils m’écoutent et semblent retrouver leur calme petit à petit.

« Ici c’est la forêt, notre forêt c’est notre jardin à nous, Elfes. L’armée des Hommes ne peut pas nous battre. Apprenons leur qu’il est idiot de s’en prendre aux elfes dans cette forêt. »

J’utilise des mots forts pour enflammer l’esprit combatif.
A dire vrai, la situation n’est pas si bonne.
Même s’il y a l’avantage du terrain grâce à la forêt, pour ce qui est du nombre, ils ont un avantage certain.
De plus, l’adversaire est l’empire Rengzant et son armée de vétérans qui a continuellement affronté les Démons pendant de nombreuses années.
Bien entendu que le combat va être difficile.

Même si les Elfes les plus prudents le comprennent, l’atmosphère est importante.
Les Elfes acquiescent avec puissance tout en restant silencieux, ils commencent ensuite à marcher.
Nous qui avançons silencieusement à travers la forêt sommes plus des assassins que des guerriers.
Mais ce n’est pas forcement une mauvaise chose.

Nous sautons d’arbre en arbre et finalement nous trouvons l’armée qui avance dans la forêt.
Grâce au terrain qui ne facilite pas la marche, l’armée ennemi est déformée.
La première ligne est nerveuse à cause de sa propre lenteur et c’est encore pire quand ils essayent de contourner un obstacle.

J’ordonne le début de l’attaque par télépathie.
Des flèches et des sorts foncent en direction de la partie de l’armée la plus vulnérable à cause du terrain.

Ils se font marteler d’en haut sans avoir la possibilité de répliquer.
Probablement une unité qui n’est pas préparée pour se battre en forêt.
Même si les chevaliers avec bouclier réussissent à se défendre, l’unité de combat à distance et l’unité d’assaut tombent sans pouvoir faire quoi que ce soit.

Ce n’est pas une bonne chose d’être nombreux au point de s’entraver.
Même s’ils avaient une meilleur formation, la forêt ne permettrait pas le mouvement.
Si c’était une plaine le résultat serait totalement différent.
Ils pourraient se défendre avec les boucliers à l’avant, amincir nos rangs avec l’unité de combat à distance, puis charger avec l’unité d’assaut pour nous achever.

Mais uniquement dans une plaine.
La forêt est notre terrain à nous les Elfes.
Un terrain où ils ne peuvent pas bouger librement et où ils se font attaquer d’en haut sans en avoir l’habitude.
La contre attaque ne nous atteint pas depuis les arbres.

Il y a aussi des soldats qui essayent de monter aux arbres, mais ils sont abattus avant d’y arriver.
Même s’ils arrivaient en haut, tous les soldats Elfes ont « Manœuvre Tri-dimensionnelle ».
Parmi les Elfes certains ont même « Manœuvre Spatiale » ce qui est largement suffisant pour se déplacer librement dans la forêt.
Dans les arbres qui ne sont pas un environnement stable, il n’y a aucune chance que des humains puissent battre des Elfes.

Cependant, l’adversaire est une armée puissante et expérimentée.
Ils ne resterons pas sur la défensive pour toujours.
Ils abandonnent l’idée de maintenir une telle formation. L’unité défensive et l’unité d’attaque à distance se reforme en tandem.
Il retourne le feu tout en se cachant derrière les boucliers.

Les autres soldats qui n’ont pas de bouclier se dirigent vers les arbres tout en esquivant les attaques.
Le nombre des morts est très grand de leur côté, mais nous sommes repoussés par le nombre de soldat.
Les endroits où nous devons nous battre dans les arbres augmentent.

J’observe les évolutions de la bataille et j’ordonne la retraite avant que la situation ne dégénère.
Même si mon but personnel est de tuer un de mes anciens étudiants, le but des Elfes est de gagner du temps jusqu’à ce que la barrière soit réparée.
Vu l’effectif de l’armée ennemi et l’avantage du terrain, je pense que c’est mieux de fatiguer notre adversaire tout en nous repliant lentement.

Cependant, d’après les communications venant d’une unité détaché, ils sont totalement dépassés par un magicien hors normes.
Il y a aussi l’unité avec laquelle j’ai perdu tout contact d’un seul coup.
Mon unité s’en sort bien dans son intégralité, nous nous en sortons bien. Cependant une autre semble dépassée.
Mais j’ai déjà de quoi faire avec mon unité.
Je vais confier ça à Potimas qui se trouve à la base.

Même s’il est mon père, impossible de connaître son caractère.
Il a sûrement préparé un ou deux atouts.

Ainsi j’ai continué à commander et j’ai fini par le trouver.
Yuugo Van Rengzand.
Mon élève dont le nom était Natsume Kengo auparavant.
Un élève qui s’est éloigné du droit chemin, non, mon élève que j’ai laissé s’éloigner du droit chemin.

Je ne peux rien dire à Shun-kun.
Je n’en ai pas la résolution pour le moment.
Si je le tue je serai sûrement disqualifiée en tant que professeur.
Enfin je le suis peut être déjà, mais c’est certain que je le serais encore moins après ça.

Mais je dois le faire.
C’est la dernière chose que Sensei peut faire pour Natsume-kun en tant que professeur.

C’est peut être ma fierté.
Je ne demande pas de pardon pour ça.
Mais je vais le tuer.

 

(Correction Kasaya)