La bataille pour le village des Elfes 4

[Ronant]

La barrière est brisée et l’armée commence à se mettre en marche.
Cependant, la façon dont elle s’est brisée est un peu étrange.

« Professeur, qu’est ce qu’il y a ? »
« Umu. Que penses tu de la façon dont s’est brisée la barrière ? »
« Comme on peut l’attendre. Vous aussi avez ressenti quelque chose d’étrange ? »
« Aucune chance que je ne m’en rende pas compte si tu t’en es rendu compte. »

Même mon apprenti s’est rendu compte que c’était étrange donc impossible de se tromper.
La barrière n’a pas été brisée par le sort préparé ici.
Même si le sort était d’un niveau très élevé et d’une structure inconnue pour moi, les magiciens qui s’en sont occupés sont d’un niveau très bas.
Les magiciens sont censés être issus de l’église et je peux simplement voir qu’ils s’en sortent à peu près avec la magie.

Du coup, qu’est ce qui a causé la destruction de la barrière ?
Au moment où le sort a touché la barrière, un choc différent semble avoir été ajouté.
Si c’est le cas, il y a quelqu’un d’autre qui agit en plus de nous ?
Dans quel but ?
Est ce que c’est une feinte des Elfes ?
Si c’est le cas c’est dangereux de continuer à avancer, mais, fumu.

« Nous allons agir différemment du reste de l’armée, venez. »
« Eh !? Qu.. Professeur ?! »
« Pas d’inquiétude. Cet idiot de Yuugo ne voit jamais toute l’image. Si nous agissons de notre côté, il ne le remarquera pas. »
« Que se passe t-il ? »
« Je pense que je vais au moins envoyer un messager. »
« Ici ? »

Mon intuition me parle.
Je dois découvrir qui a détruit la barrière.
C’est ici, pas la peine d’hésiter.
Vu comment la barrière s’est brisée, je peux calculer la position d’où cela vient.
Nous commençons à marcher dans cette direction.

Cependant, nous commençons à être attaqués de partout dans la forêt et finissons par devoir nous retrancher.
Les Elfes jettent des sorts et des flèches. Depuis les arbres.

« Je vois. Puisque le terrain est mauvais nous ne pouvons pas avancer et ils ont l’avantage depuis les arbres. Ce qui veut dire que la forêt est un gigantesque piège. »
« Professeur, ne restez pas là en admiration et faites quelque chose ! »

Les apprentis essayent de se battre contre les Elfes désespérément.
Ils ont l’air d’être à égalité.
Aucun de mes idiots d’apprentis ne meure.
Je suis presque déçu.

« Les Elfes ne sont capables que de ça, huh ? »
« Professeur ? Est ce que vous entendez ce que je dis ? »

Si on exclut les Elfes, je suis le magicien le plus puissant de ce monde.
C’est comme ça que je le juge, mais je me rends compte que je me suis trompé maintenant que je vois ça.
Il suffit de regarder mes idiots d’apprentis pour le comprendre puisqu’ils arrivent à se battre à armes égales.
Les Elfes ne sont pas mes ennemis.

« Hmph. »

Je construis un sort.
Activé.
Le sort transperce un Elfe qui meurt aussitôt.

« Est ce que tu es satisfait ? »
« O-Oui. »

Je tue tous les Elfes et recommence à marcher dans la forêt qui est redevenue silencieuse.

« Quelle vitesse de construction magique. »
« Oui, c’est vrai, mais est ce vraiment possible de créer autant de sorts instantanément ? »
« Non, dans un premier temps, cette magie n’est pas censée poursuivre sa cible. Pour appliquer un tel effet sur les sorts cette personne est un génie. »

C’est triste de voir qu’ils sont excité par une magie de ce niveau
Mu ?

J’annule le flot magique.
Je vois.
Un pouvoir impressionnant.
C’est d’un tout autre niveau que les Elfes que je viens d’annihiler.
Des renforts, huh ?
Je le confirme avec « Vision d’aigle ».
Comme pour les Elfes que nous avons croisés jusque là, la stratégie reste d’utiliser les arbres comme bouclier et d’attaquer à distance.

C’est un adversaire plutôt puissant pour mes apprentis.
Bon.
C’est le moment de devenir un peu plus sérieux.

Je construit un sort.
Dix fois le nombre précédent.
Je double la puissance.
A cause de la distance, j’augmente la fonction poursuite.
Même si je comprends parfaitement que les Elfes retiennent leur respiration, pas besoin de faire preuve de pitié.

Le sort que je lance transperce le corps des Elfes.
Même si certains d’entre eux déploient des barrières magiques, ils sont transpercés aussi.
Même si certains essayent de lancer des sorts pour changer la direction des miens ça ne fonctionne pas.
Même si certains essayent de fuir et de l’esquiver, la fonction poursuite fait le travail.

J’utilise Transfert.
Devant moi se trouve le dernier Elfes encore en vie qui a réussi à arrêter mon sort.
Cependant, il n’a pas réussi totalement et son corps est recouvert de sang.

« Même Transfert est à un tel niveau, espèce de monstre. »
« Je ne suis pas un monstre. Tu es faible. »
« Connerie. »

L’Elfe essaye d’utiliser ce qu’il lui reste de force et tente de construire un sort.
Lent.
L’activation de mon sort que j’ai construit après lui est bien plus rapide et l’Elfe meurt facilement.

« Incroyable. »
« Ridicule. Battre quelqu’un de ce niveau… Il n’y a pas de quoi être fier. »
« Ce sont les Elfes, tu sais ? Il est dit qu’ils surpassent les humains de loin pour ce qui est des compétences magiques.  Il n’y a que le professeur pour réussir quelque chose comme ça. »
« Si c’est du niveau de celui là, ils mourront facilement. A ce niveau même le nouveau Héros est plus fort. »
« Professeur, pourquoi avoir battu en retraite cette fois là ? »

Je réfléchis un peu à la question de mon apprenti.
Comme le pense mon apprenti je pourrais gagner si je me bats sérieusement.
Même si je l’affronte seul, j’ai une chance sur deux de gagner, si j’ai de l’aide de mes apprentis nous pourrions bien gagner.
Cependant je ne compte pas faire ce pari.

Je suis aussi quelqu’un de naïf.
Je n’ai pas envie de voir mes apprentis mourir.
Et aussi, celle de la mort du héros.

J’ai un apprenti.
L’apprenti dont je n’ai pas eu le temps de finir l’entraînement à cause de problèmes politiques et autres.
Nous sommes restés treize jours ensemble.
Le propriétaire d’un talent capable de se développer bien plus si je l’avais gardé près de moi.
Même si il se battait principalement à l’épée, je dois dire qu’il avait du talent avec la magie.
C’est pour cela que si je l’entraîne vraiment, il ne sera pas battu par les démons.

Tout cela n’est pas juste une supposition.
Il y a peu de choses qui peuvent être apprises en 13 jours.
Cependant, l’ancien Héros Julius était mon meilleur apprenti et il n’y a aucun doute là dessus.

C’est un fait que cette personne m’a demandé de lui enseigner.
Cependant, quand j’ai commencé à enseigner, j’ai eu la sensation de trouver quelque chose d’important.
Est ce que cette personne l’avait prévu ?
Je ne sais pas.
Je ne suis pas sûr de comprendre les intentions de cette personne.

J’ai pu confirmer que le petit frère de mon ancien apprentis à bien grandi.
Et quelqu’un pourrait croire que c’est à cause d’un sentiment de culpabilité que je pourrais avoir en pensant que je n’ai pas enseigné à Julius correctement. C’est différent, mais c’est tout aussi sentimental.
C’est pour cela que je n’ai pas choisi de me battre quand j’ai croisé son chemin.

« Un coup de tête. »
« Haa. »

J’évince l’idée pour ne pas donner mes vraies raisons.
Bon, si je rencontre à nouveau le Héros la prochaine fois, ce sera peut être une bonne chose de l’entraîner sérieusement.
Même si une défaite est certaine en terme de puissance pure. Si mon but n’est pas de gagner, j’ai beaucoup de façon d’y arriver.
Je pourrais aussi lui apprendre qu’il est possible de se battre sans perdre.
Enfin je ne sais pas si je le rencontrerai à nouveau.
Pour le moment, la première chose sera de survivre à ce champ de bataille.

(Correction Kasaya)