Premiers jours

J’esquive une attaque puis une autre. Je crois que ce qui est le plus gênant c’est de m’essouffler aussi vite. Je me trouve dans la cour et j’affronte un mange-mot pour m’entraîner. C’est encore le plus simple pour m’assurer d’être apte au combat.
Cela fait déjà une semaine que je m’entraîne et petit à petit je sens mes forces revenir. Je n’aime pas spécialement abuser de potions de vitalité, mais en fin de journée il me suffit d’en boire un peu pour être sûr de rester en forme. A travers une des fenêtres de la résidence je peux apercevoir Adelina qui m’observe. Les discussions avec elle sont devenues un peu étranges depuis sa demande, mais j’essaye de ne pas trop y faire attention. J’ai d’ailleurs l’impression qu’elle ne s’avoue pas vaincue depuis ma réponse et c’est parfois gênant de voir toutes les petites attentions qu’elle peut avoir à mon égard. Dès que je finis de m’entraîner elle arrive avec une serviette et de l’eau. Pendant les repas elle s’assoit de temps à autre à côté de moi et s’assure que je ne manque de rien. C’est gênant.

A part Adelina il y a aussi son père qui m’a demandé de le suivre dans son bureau pour connaître mes intentions après mon réveil. Je suis resté clair et j’ai répondu sans mentir, même si ça aurait été inutile avec la présence du Mange-mot dans la pièce. J’ai aussi du lui expliquer que j’avais déjà une compagne sur terre et que je devais partir si je voulais un jour la retrouver. C’est une excuse puisque je sais que je ne pourrai pas revenir sur Terre, mais au moins il sait que j’ai une compagne et pourra le dire à sa fille et ensuite cela me donne une bonne excuse pour partir en plus de vouloir retrouver Emy.
Il n’a pas insisté, mais en entendant ma réponse j’ai pu voir une sorte de moue de mécontentement sur son visage sans réussir à comprendre pourquoi. Il m’a ensuite congédié en me disant que je restais le bienvenu ici et qu’il espérait au moins que, si cela me convient, je m’occuperai de la protection de sa fille jusqu’à mon départ et cela me va.

Je continue d’attaquer et d’esquiver tout en essayant le plus possible de ne pas me servir de mon boost. Le mange-mot est bien plus fort que moi pour le moment, mais si je souhaite retrouver mon physique d’avant, je dois prendre mon temps quitte à en perdre.
C’est presque frustrant, mais je dois dire qu’il est bien plus capable que moi en combat. Il doit avoir la quarantaine aux traits de son visage, mais il semble naturellement doué pour le combat. Si tout les manges-mot sont aussi forts que lui je peux comprendre pourquoi la ville fait appel à eux pour arrêter les grimpeurs.

Le plus impressionnant reste qu’en fonction de ma force, de ma vitesse ou de mes techniques il s’adapte automatiquement à mes faits et gestes sans problème et son niveau de contrôle est pour le coup bien digne d’un autre monde. Si j’utilise un mouvement qu’il n’a jamais vu il se défend puis se replie. Si je le réutilise il aura déjà pensé à un contre ou une façon plus efficace de bloquer le coup.

De mon côté je me suis mis à ce genre d’entraînement au combat il y a peu, mais lui semble l’avoir fait toute sa vie. J’aurais beaucoup à apprendre de quelqu’un comme lui, mais il ne le fait que parce que le maître de maison le lui a demandé. Je doute fortement qu’il ait une quelconque envie de m’entraîner autrement qu’avec sa méthode actuelle. Pas de technique secrète, pas de mouvement que je pourrais copier, il se contente de s’adapter et j’ai au final l’impression d’être étudié, même s’il ne laisse rien paraître.

Enfin tant que j’ai quelqu’un avec qui je peux m’entraîner j’imagine que je ne vais pas me plaindre. Pour le moment je me concentre sur le combat à mains nues. Puisque je ne souhaite pas le blesser et je ne me sers pas du boost non plus puisque ce serait contre productif puisque le but est de récupérer de l’endurance petit à petit et pas de finir mon entraînement en dix minutes et de devoir utiliser de la potion de vitalité. Je l’ai compris il y a peu, mais la potion est vraiment à utiliser en cas d’urgence ET pendant les entraînements de Nerys. C’est impossible de survivre à ses entraînements sans.

Il y a quelque chose d’autre qui m’a donné à réfléchir depuis mon réveil et la lettre d’Emy en fait partie.

« Bon si tu lis cette lettre c’est que tu es debout ! Félicitations ! De mon côté, j’ai du partir, le vieux n’en pouvait plus d’attendre et il ne pouvait pas se le permettre. Il m’aurait abandonné et je serais restée à m’occuper de toi, mais j’aurais manqué la quête liée à Thif, si je réussi à le mettre au pouvoir même si tu es pas là tu devrais valider la quête avec moi, enfin si je dis pas de conneries.
Si jamais tu veux me retrouver va directement dans le pays de Thif (sans prendre de risque). On se retrouvera là bas.

Si je t’ai laissé c’est juste que je ne sais même pas si tu te réveilleras un jour au moment où j’écris. Bon après je serais allée te chercher une potion chez les prêtres au pied de la tour, mais ça réinitialisera la quête du coup je serais venue direct après. En gros pour aller à la guerre je me serais sentie mal de devoir te traîner et prendre soin de Micha et Juliette. C’est déjà difficile de s’occuper de toi quand t’es conscient. Regarde, je te laisse dans la chambre et je te retrouve dans une ruelle dans le coma.. T’aurais du m’appeler si tu avais un problème ! Bref si tu lis cette lettre c’est que tu es debout, prends soin de toi et ramène tes fesses ici, on a une guerre à gagner je te rappelle. »

Tout paraît tellement simple pour elle… Impossible de ne pas laisser échapper un sourire en lisant cette lettre. Bon elle m’a quand même abandonné, mais j’imagine que j’en reparlerai avec elle quand le moment viendra.

Je décide d’arrêter mon entraînement et de faire une pause rapidement. Au moins, je m’améliore au combat à mains nues. Nos échanges ressemblent de plus en plus à quelque chose, enfin je crois. C’est sans doute à mi-chemin avec des enfants qui joueraient à être des grands maîtres d’arts martiaux, difficile à dire.

Yuu tu en es où ?
[C’est au point mort. Je peux déjà te reconfirmer qu’il y a de moins en moins de grimpeurs dans la ville. Chaque nuit je tombe sur des corps, mais je n’arrive pas assez vite pour connaître les coupables.]
Combien de victimes il y a eu la nuit dernière ?
[Je dirais une dizaine. Mais si c’est toutes les nuits que ça arrive, c’est normal de vouloir fuir Lishnul. A ta place je ferais pareil au lieu de rester à t’entraîner ici. Pour tuer autant de grimpeurs chaque nuit, c’est soit un ou des grimpeurs, soit un groupe très organisé. Si tu veux mon avis tu ferais mieux de partir pour le pied de la tour ce sera moins risqué qu’ici.]
J’en ai déjà parlé, non. Je dois rester dans ce monde, j’ai encore beaucoup de choses à y faire. Dis moi, est ce qu’il y a un endroit où il reste beaucoup de grimpeurs ?
[ Mm. Oui, une taverne dans le centre ville proche des hôtels qu’utilisent la plupart des grimpeurs. Tu risques de mourir tu sais, ce n’est pas une bonne raison pour partir ?]
…On va en parler encore longtemps ? Je ne te force pas à rester et à m’accompagner.
[Ahaha. Comme si j’allais manquer une occasion de changer de monde. Et même si tu meurs je survis quand même. Bon, je devrais quand même me trouver un autre grimpeur pour qu’il me fasse passer dans un autre monde, mais ce n’est pas si grave.]
Tu as peut être oublié quelque chose dans cette histoire… Je suis probablement l’unique dresseur de la Tour.
[Et alors ? Je peux parler par télépathie, je trouverai bien quelqu’un qui pourra me faire passer dans un autre monde.]
Il n’y a que les Dresseurs qui peuvent faire passer les animaux d’un monde à l’autre.
[…. Dans ce cas j’attendrai le prochain Dresseur. Je ne suis pas pressé au point de prendre le risque de mourir pour quelque chose d’aussi futile que ta survie. Essaye de mourir dignement au moins pour me laisser un souvenir marquant.]

Bien, comme ça c’est réglé, Yuu ne souhaite vraiment pas faire partie de mon équipe de combat.
J’imagine qu’il est très bien au renseignement, mais officiellement il ne pense qu’à lui. Ce qui est vraiment différent de Micha et Juliette. Je ne sais pas si je peux lui reprocher de penser à sa vie avant la mienne, mais je ne lui demande pas de mourir pour moi, juste de m’aider et c’est ce qu’il fait. Maintenant… je ne sais pas si c’est pour me rendre service ou si c’est par curiosité. D’après ce qu’il me fait comprendre à travers le lien je dirais les deux, mais surtout de la curiosité.
En attendant, je ne devrais pas oublier que Yuu a pris le risque de perdre la vie en prenant le contrôle de mon corps. Même s’il ne l’admettra pas et le montrera le moins possible, il a un bon fond.
Je lui demande de continuer à faire attention, mais que s’il ne trouve rien d’ici ce soir qu’il revienne. C’est un peu étrange qu’après la création du lien il n’ait pas décidé de rester plus longtemps à côté de moi. Enfin non je dis des bêtises. Il a passé deux mois en ma présence enfermé dans mon corps à éplucher mes souvenirs d’après ce que j’ai compris. Niveau intimité c’est la pire chose qui pouvait m’arriver. En attendant je suis content que Juliette ou Micha ne soient pas capables de faire ça… Enfin je crois ?

Je m’étire devant le Mange-mot en baillant, après avoir été dans le coma aussi longtemps je ne m’attendais pas à avoir envie de dormir pendant quelques temps, mais dès le premier soir j’ai du me me rendre à l’évidence, c’est fatiguant de dormir autant.

Le soleil ne va pas tarder à se coucher en tout cas. Je remercie le mange-mot qui reste immobile à côté de moi. Il ne transpire pas et n’est même pas essoufflé, comme s’il n’avait pas bougé de là depuis le début de l’après midi alors que ça fait déjà quatre ou cinq heures que l’on s’entraîne. Impossible de savoir à quoi il peut penser. Il ne s’énerve jamais et n’a pas l’air d’éprouver de la fatigue ou quoi que ce soit à vrai dire.

Je repense aux meurtres des grimpeurs. Même si je n’ai vu qu’un corps si cela fait plus de deux mois que cela continue, ça veut dire qu’il y au moins des centaines de mort. Et personne n’a une idée de qui ou de pourquoi ? Je dois sortir de la résidence si je veux plus d’informations.
Quelqu’un doit préparer une attaque, ou quelqu’un a vraiment un problème avec les grimpeurs. Dans les deux cas, je dois faire attention à ne pas faire partie des victimes.
Bon, tant que je ne quitte pas la résidence la nuit je ne devrais pas risquer grand chose, mais jusqu’à quand ? Même si je n’ai pas envie de risquer ma vie je peux au moins m’assurer qu’Adelina et son père ne risquent rien et ensuite je partirai. Ce sera ma façon de leur rendre la pareille après avoir veillé sur moi pendant aussi longtemps, je pense au moins pouvoir faire ça, sans me mettre trop en danger. Et puis je suis curieux moi aussi. Qu’est ce qui peut motiver l’assassinat d’autant de personnes ?

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant