Lishnul 2

Nous arrivons sur un quai entouré par des navires marchands. Apparemment le fonctionnaire a décidé que nous devrions être installés avec les navires les plus riches. Je ne m’attendais pas à ce que Thif puisse avoir un tel traitement, mais apparemment un Mange-mot est une preuve suffisante.
Nous accostons et descendons du drakkar qui fait un peu tâche à côté des autres navires beaucoup plus luxueux. Des odeurs d’épices nous parviennent de l’intérieur du port. De là où je suis je peux même voir des terrasses où des gens sont installés et de véritables magasins. Je pense que c’est à cause de la compétence Perception, mais ma vision de loin a l’air de s’être améliorée. Je n’avais pas besoin de lunettes auparavant, mais maintenant c’est sûr que je n’en aurais pas besoin. Les terrasses ont beau être loin je peux voir assez facilement les visages et les gestes. Le port est vraiment très grand en tout cas. Il y a donc les terrasses, des étals, des échoppes, des bazars aussi que je peux voir de loin dans certaines rues. La ville est vivante et ça se voit.
Je me tourne vers Thif qui nous dit de le suivre et le Mange-mot reste à côté de lui comme une sorte de garde du corps. Je finis par lui poser quelques questions.

– Où allons nous ?
– Voir un ami de longue date. De là bas je pourrais organiser un rendez vous avec le roi ou au moins un des princes. Cela fait cinq ans que je ne suis pas venu, mais j’ai toujours fait des voyages réguliers dans ce pays comme ambassadeur.
– Et cet ami, qui est ce ?
– C’est un membre de la noblesse qui dirige une flotte marchande et participe au conseil de la ville. Ici le roi s’occupe des lois et il décide de tout, mais c’est le conseil qui suggère les changements à faire. Personnellement je trouve cela ridicule, mais tant que le roi à son dernier mot, j’imagine que c’est un système qui a aussi ses avantages.
– Tu n’aimerais pas la terre dans ce cas… Nous n’avons plus de « rois » dans la plupart des pays.
– Quoi ? Et vous arrivez à survivre comment sans roi ?! Plus j’en entends et plus le monde d’où vous venez me parait fou… C’est une logique simple et élémentaire pourtant, avoir un roi permet d’avoir quelqu’un d’éduqué dès sa naissance à la gestion d’un pays. Vu qu’il est au dessus des autres, il peut prendre des décisions difficiles sans avoir à être questionné ce qui en fait la personne la mieux placée pour régner.
– La plupart des rois sur terre et de la noblesse ont fini par perdre leur pouvoir et leur autorité. Il y en a aussi certains qui ont finit avec la tête coupée.
– De mieux en mieux. Et vous faites quoi à la place ? Vous discutez entre bons et honnêtes citoyens et vous décidez ensemble ?
– …discuter ensemble oui.
– Je ne dis pas qu’un mauvais roi ne doit pas mourir, s’il ne peut pas remplir son rôle autant qu’il meurt et soit remplacé par quelqu’un de plus compétent. S’il n’est pas capable de survivre alors qu’il est censé être l’homme le plus puissant de son royaume il ne peut s’en prendre qu’à lui-même…. mais, avoir un Roi même corrompu est mieux que d’avoir des centaines de personnes qui discutent et qui ne décident rien.
– Ça n’exclue pas les tyrans, les injustices, les massacres, les exécutions, les emprisonnements sans jugement, ou encore les guerres déclarées pour rien et ainsi de suite.
– Parce que tu vas me dire que dans ton monde il n’y a rien de tout ça ? Tout le monde vit en paix dans le meilleur des mondes ? Pourquoi est ce que tu as quitté un tel endroit ?
– Parce que même des meilleures idées naissent des choses révoltantes. C’est facile de dire que les rois ou que ceux qui décident dans mon monde le font pour la bonne cause, mais c’est plus difficile de comprendre ce que vit un homme en bas de l’échelle quand on est tout en haut. Dans mon monde je ne suis personne et c’est pratiquement impossible de pouvoir s’exprimer et changer les choses sans faire partie du système. Pour changer le système il faut l’embrasser entièrement, mais j’en serais incapable. En tout cas, j’attends de voir comment ça se passe dans ce monde avant de juger.
– Donc au final rien ne marche, aha !

Je passe ensuite une bonne dizaine de minutes à marcher en essayant d’expliquer à Thif ce qu’est une démocratie, mais ça n’a pas l’air de l’intéresser. J’imagine que c’est difficile pour quelqu’un qui a vécu dans la royauté de comprendre le concept et quoi que je dise il trouve toujours un argument pour me dire que c’est impossible ou stupide. La conversation semble inutile en tout cas.
Emy se contente d’écouter sans rien dire et le Mange-mot reste derrière nous comme si la conversation ne l’intéressait pas. Il fixe droit devant lui, le regard vide et se contente de marcher comme un robot. Je ne sais toujours pas quoi penser de lui et je finis par demander à Thif une explication.

« Les Manges-mot sont issus d’une tribu où le mensonge est interdit. A cause de cette interdiction, ils ont fini par devenir experts pour détecter les mensonges des autres et sont donc devenus indispensables en justice et dans le commerce. Ils n’ont cependant pas le droit à la parole car ils connaissent toutes les vérités et les mensonges de la personne à laquelle ils sont associés. Ils ont un vœu de silence éternel à respecter qu’ils prêtent quand ils sont envoyés chez leur maître. Il ne parle qu’en gestes et la muselière est là pour montrer qui ils sont et la tresse pour montrer depuis combien de temps ils sont au service de leur maître. Les dorures et ornements sont des cadeaux de leur maître pour montrer à quelle point il tient à ce qu’il reste à son service.
Il détecte la tromperie, mais à côté de ça se sont aussi des experts en combat à mains nues et ils font d’excellents gardes. Ils ont beaucoup de talent, mais tu peux les voir comme l’un des plus haut niveau de serviteur possible dans cette partie du monde. Dans mon royaume nous en avions un, mais il a fini par mourir de vieillesse… Ou empoisonné, difficile de savoir vu qu’il ne disait rien… »

Je regarde une nouvelle fois le Mange-mot, mais je n’arrive pas à me défaire de la sensation étrange que j’ai ressentie dans le navire. S’il ne peut pas parler, ça va être difficile de savoir d’où ça vient.
Nous traversons les rues de la ville et nous enfonçons dans ce qui ressemble à des quartiers riches. Les rues sont plus larges, il y a plus de végétation et les rues sont propres et entretenues. Pas de marchand, ni de mendiant. En traversant la ville nous avons pu voir quelques grimpeurs, mais ici Emy et moi faisons vraiment tâche.
Thif s’arrête alors devant un grand bâtiment et nous dit de le suivre. Nous traversons une allée qui passe sous le bâtiment et finissons à l’intérieur d’une grande cour qui donne l’impression que le pâté de maison appartient à une seule personne. Un serviteur s’approche alors de Thif qui s’explique rapidement et le serviteur une fois qu’il a fini par comprendre qui il était se contente de baisser la tête par respect. Le serviteur explique alors que son maître n’est pas là et qu’il reviendra plus tard et qu’il faudra attendre.
Je regarde Emy qui se contente de pauser son sac et je fais de même. Thif nous dis de faire ce que nous voulons, mais d’être là avant la tombée du jour et de ne pas causer de problème.
J’imagine qu’il peut dire ce qu’il veut. Depuis que nous sommes arrivés à Lishnul il semble avoir repris du poil de la bête et c’est vraiment déplaisant. Il semble avoir un petit air de suffisance qu’il n’avait pas quand on l’a rencontré lorsqu’il était en guenille sur le Drakkar, mais j’imagine que ça va avec le fait d’être issu de la noblesse et de pouvoir enfin le revendiquer.

Je ne pense pas qu’Emy ou moi lui ayons vraiment manqué de respect depuis que nous l’avons rencontré, mais je ne suis pas sûr qu’il se soit fait à notre présence. Au moins il ne nous insulte pas parce que nous sommes des grimpeurs, maiiiiis ça serait mal venu après l’attaque du village dont il est responsable.
En attendant les autres habitants de la capitale n’ont pas semblé être dérangés par notre présence alors que ça se voit que nous sommes des grimpeurs. Le simple fait que nous ayons la peau claire est suffisant à faire de nous des étrangers et je ne parle pas des cheveux roux d’Emy, mais cela ne semble pas attirer l’attention ce qui m’étonne un peu. J’imagine qu’il y a une différence de façon de penser entre une capitale et un petit village côtier.

Je regarde en direction de la tour et finis par dire que je vais partir me promener dans les rues de la ville. La première remarque de Thif est de me dire de prendre le Mange-mot avec moi et qu’il me servira de guide pour revenir.

«  Les rues de Lishnul sont grandes et tu risques de ne pas retrouver ton chemin jusqu’ici. De plus il pourra te guider à travers la capitale si tu lui dis ce que tu cherches. »

Je me contente d’acquiescer simplement et demande à Emy si elle veut m’accompagner. Elle hésite quelques instants et me dit qu’elle préfère rester ici pour se laver, ce que je peux comprendre. Après la bataille et le voyage en Drakkar ça me parait normal qu’elle ait envie de prendre soin d’elle, mais j’ai vraiment envie de visiter l’endroit, C’est une ville d’un autre monde quand même et c’est moins dangereux qu’un raid ou que d’aller à la fin du monde pour voir les ténèbres.

Je fais signe au Mange-mot en lui demandant de m’accompagner. Micha et Juliette sont avec moi et je pars avec mon nouveau guide en ayant une petite idée de l’endroit que je veux voir.

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant