L’attaque

Je traverse les rues en me faisant toute petite. Des ennemis approchent et je dois voir ce qui se passe et repérer la zone.
Bon, clairement je n’ai pas envie de laisser Nomad seul, surtout vu ce que j’ai pu ressentir à travers le lien, mais je ne suis pas inquiète puisqu’Emy est avec lui.
Et puis ce n’est pas le serpent qui peut faire ce que je fais. Je suis peut-être pas très utile au combat, mais je peux au moins servir d’éclaireuse.
Hmmm… Les rues sont vides de toute façon. Les humains semblent se cacher dans les maisons et je n’ai pas grand-chose à faire à part éviter les quelques gardes qui passent en courant, par moment je peux même voir d’autres souris, mais celles-ci se contentent de me regarder bizarrement avant de passer leur chemin. Je finis par arriver au port après avoir fait un tour du village.
Les gardes semblent préparer des barricades et c’est facile de les compter maintenant puisqu’ils sont tous rassemblés dans le port. 1… 8… 15… 17. Pour les pécheurs je laisse tomber, on dirait que tous les hommes du village sont là donc environ une quarantaine d’entre eux et pour avoir vu pas mal de Grimpeurs au pied de la tour et… après l’assassinat du bourreau des souris… Ne pensons pas à lui, il ne reviendra pas. Enfin bref, ils ne sont pas très impressionnants. Pas d’arme, pas d’armure et ils semblent effrayés.

J’essaye d’expliquer dans le lien ce que je vois à Nomad qui me félicite déjà… Je n’ai pas fait grand-chose pourtant… mais je ne vais pas m’en plaindre…
De toute façon, il peut voir à travers mes yeux et moi à travers les siens, je me demande s’il le sait ? Je ne crois pas qu’il s’en soit rendu compte, mais je trouverai bien un moyen de lui expliquer que ça va dans les deux sens. A travers ses yeux, je peux voir qu’Emy est en train de se préparer au combat et Nomad semble s’échauffer le bras. Je peux sentir de la douleur par moment, mais rien d’insupportable. C’est vrai que c’était plutôt effrayant quand le duelliste lui a coupé son bras. Je ne savais tellement pas quoi faire…
Heureusement qu’Emy était là sans elle, il serait mort.
Mais elle ne me prendra pas Nomad ! Comme si j’allais la laisser l’avoir juste parce qu’elle est humaine, hmph.
Bon concentrons nous…

Je grimpe à un toit pour avoir une meilleure vision sur le port et j’y reste. De temps à autre, Nomad me demande de tourner la tête, mais je ne sais pas ce qu’il veut voir. Il me demande surtout de rester fixée sur les bateaux qui approchent. Petit à petit les gens dessus se dessinent plus facilement et ils n’ont pas l’air très rassurant… Des barbus armés de boucliers, d’épées, de haches, des cottes de mailles pour certains…
L’un d’entre eux sonne un cor et tout le groupe se met alors à hurler alors qu’ils approchent du port. Les gardes se mettent alors à faire feu sur le navire le plus proche… Sans doute parce qu’ils n’ont pas l’air gentil ? A travers le lien je peux sentir que Nomad en voyant ça semble à la fois triste et en colère. Je ne te laisserai pas tomber !
Alors que je partage mes sentiments à travers le lien, un projectile en feu est envoyé depuis un des navires. Il fonce à travers le ciel en laissant une traînée noire derrière lui.
Le projectile ne fonce pas dans ma direction donc je n’ai rien à craindre, mais il explose sur une maison qui sous l’impact s’effondre tandis que les gens à l’intérieur se mettent à crier et à fuir dans tous les sens. Les gardes continuent de faire feu, mais trois autres projectiles sont projetés dans les airs… Le premier navire arrive déjà dans le port et les soldats en descendent en se jetant sur la plage et foncent sur les gardes en hurlant. Les barricades ne tiendront pas longtemps à ce rythme, trop de distance à couvrir, sans parler des pêcheurs.

*

Micha ne semble pas rassurée… Je lui dis de revenir ici.
Ils ont des catapultes et ils ne sont clairement pas là pour négocier ou commercer. Je regarde Emy et lui explique la situation. Thif dans le coin de la pièce ne dit rien et garde la tête baissée, il a fini par se réveiller, mais le bâillon semble l’avoir calmé même s’il à l’air de vouloir nous tuer. J’imagine qu’il a fini par comprendre qu’il n’avait plus la situation en main. Alors que j’explique à Emy ce qui se passe, des cris commencent à retentir à travers le village.

  • … On y va. Emy, tu t’occupes de repousser les forces ennemies et tu essayes d’organiser la défense avec les gardes.
  • Qu’est ce que tu vas faire de ton côté ?
  • Je m’occupe de sortir les civils de là avant que ça ne dégénère pour eux. Ils sont trop nombreux pour qu’on arrive à protéger le village. Je m’occupe des soldats qui s’enfonceront à l’intérieur, occupe toi de ceux dans le port et attire l’attention pour me laisser la voie le plus libre possible.
  • Ça ira sans moi ? Ton épaule commence à aller mieux, mais n’en fais pas trop.
  • J-Je… ça ira, tant qu’il n’y a pas de grimpeur avec eux je m’en sortirai… Emy, lâche-toi, l’objectif est de protéger le village.
  • Tu penses parler à qui là ? J’ai fini deuxième du tournoi des paladins cette année… J’avais besoin de me défouler sur quelque chose de toute façon et le vieux n’est pas assez résistant à mon goût.

Emy me sourit alors pour me rassurer et je peux voir qu’elle a l’air prête à en découdre. Thif de son côté, nous écoute et nous regarde un peu ahuri. Emy décide de retirer son bâillon quelques instants pour écouter ce qu’il veut dire.

  • Vous êtes juste des grimpeurs et vous espérez affronter autant de guerriers à deux !? Avez-vous perdu la tête ?!
  • La ferme. J’en ai marre de t’entendre. Tu as intérêt à être toujours là quand on en aura fini avec ces abrutis.
  • Je..
  • C’est de ta faute pas vrai ? L’attaque du village ? Et c’est aux grimpeurs que tu détestes tant de réparer tes bêtises. Tu vas pas me faire croire que tu sais pas qui se trouve sur ces bateaux. Je laisserai pas un village être rasé devant moi pour fuir parce qu’un vieil homme me l’a demandé.

Emy se tourne vers moi après en avoir fini avec Thif et lui avoir remis le bâillon malgré ses protestations, elle se frotte le visage quelques instants en grimaçant. J’imagine que comme moi elle ne se sent pas à l’aise de devoir se battre comme ça. Si les hommes sur les navires sont à la recherche de Thif et qu’il nous a conduit ici pour qu’il puisse se cacher ça veut dire que nous sommes responsables de l’attaque. Pas de quoi être fier pour commencer dans le monde de Galatia. On en reparlera amplement avec lui quand tout ça sera fini.

… Petit à petit je réveille Juliette sur mon bras, elle a bien compris ce qu’il va se passer et elle sait que je vais avoir besoin d’elle. A travers le lien je peux sentir ses sentiments m’envahir. Mes mains commencent à trembler d’excitation, mais j’essaye de garder le contrôle.

« Ça te dit de faire un autre jeu ? Celui qui en tue le plus devra une faveur à l’autre. Quand on en aura fini de toute façon on boira un coup donc autant changer de récompense. Ça te va ? »

Je regarde Emy alors qu’elle me propose ça, je suis un peu nerveux mais grâce à Juliette je ne me sens pas trop mal et je peux réfléchir normalement. Je me contente d’acquiescer et lui fais de la place devant la grille de la cellule.

« Garde ! Je vais sortir d’ici et aider à protéger le village si tu as quelque chose contre ça, dis le maintenant. »

Pendant quelques instants le garde semble perdu alors que l’on peut entendre des cris et des hurlements retentir à l’extérieur. Il déglutit et fais un bref signe de la tête pour dire qu’il accepte. Emy en le voyant faire se contente d’envoyer un coup de pied dans la porte en fer de la cellule et celle-ci saute sans problème. Le garde qui s’apprêtait à saisir les clés sursaute et lâche le trousseau qui finit par terre en murmurant quelque chose qui ressemble à « impossible.. »

Je me contente de suivre Emy qui sort de la prison du village et je récupère Micha qui retourne aussitôt dans sa poche en cuir. Je lui caresse rapidement la tête pour la féliciter pour son travail et me prépare mentalement.
Mon arbalète est armée, mes stylets sont prêts. Devant moi la ville est en feu et le soleil est encore haut dans le ciel. D’un mouvement Emy attrape un marteau de guerre dans son inventaire et se fait craquer la nuque tout en soupesant son arme. Je n’aimerais vraiment pas en prendre un coup…

Quelques soldats à une dizaine de mètres nous pointent du doigt en hurlant et aussitôt Emy fonce en avant en préparant un grand coup de marteau. Elle s’arrête à peine devant eux et d’un grand mouvement latéral en balaye trois d’un coup. Je suis presque étonné de voir qu’elle a été raisonnable sur ce coup là. Ça ne m’empêche pas d’être impressionné.

Je dis ensuite au garde de me suivre et sors les stylets de mon dos. Il y a sans doute un peu moins d’une centaine d’habitants dans le village et vu ce qui se passe je vais devoir me dépêcher pour sauver le plus de personnes possible.

Un guerrier s’approche de moi et d’un mouvement en me servant du boost d’agilité je lui transperce le cou et il tombe aussitôt par terre.
Je n’ai pas besoin de vérifier pour savoir, il est mort.
Juliette commence à prendre le pas à travers le lien et je me synchronise avec elle pour éviter de réfléchir. C’est le moment de se lancer.
A travers le lien avec Micha, il y a un changement. Elle ne se sent pas mal à l’aise à cause de ce que je ressens comme pendant l’assassinat. Elle aussi m’envoie quelque chose qui m’aide, un mélange de douceur et de force. Quelque chose qui ressemble à du courage.

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant