Départ 1

« Qu’est ce qui c’est passé ? »

Cyrus me rejoint avec une dizaine de gardes alors que je reprends mon souffle au bord d’une des routes. Les gens autour de moi se reculent en voyant la flèche plantée dans mon dos ainsi que le groupe de gardes.

  • Où sont-ils ? Ceux qui t’ont mis dans cet état ?!
  • Dans la forêt… Allez y…
  • Nomad regarde moi, comment tu te sens ?!

Deux gardes restent avec nous probablement pour s’assurer que je ne risque plus rien pendant que les autres s’engagent dans la direction que je désigne. Je ne pense pas qu’ils trouvent quelqu’un. Je me suis assez vite rendu compte qu’ils ne me poursuivaient pas. Probablement pour éviter d’attirer l’attention. Cyrus me regarde et semble complètement paniqué en voyant la flèche dans mon dos. A part ça je n’ai rien. Je regarde rapidement mes bras et mes jambes, mais je ne vois rien d’autre.

  • Ca va, j’aimerais juste que l’on me retire ce truc de là. Cyrus, tu peux t’en occuper ?
  • C’est que… je.. Non, je ne peux pas…
  • C’est la vue du sang ?
  • Je ne veux pas te faire mal.
  • J’aurai plus mal avec, mais tant pis, l’un de vous deux peut s’en occuper ?

Un des gardes se contente de hocher la tête et s’approche de mon dos. Je pense que je suis grillé maintenant, ils ont sans doute compris que j’ai plus de ressources que ce dont je donne l’impression. Maintenant Charade va se lancer à ma poursuite.

Le garde retire la flèche d’un coup sec, et je serre les dents sous la douleur. Il n’y a vraiment rien de pire qu’une blessure dans le dos j’ai l’impression. Je tends un baume à celui-ci qui commence à en appliquer sur la blessure. C’est moins efficace que la méthode de Nerys, mais je n’ai pas spécialement envie de m’évanouir et c’est moins douloureux.
Maintenant que j’y pense.. Ils ont fini dans un pire état que moi, non ? Je m’en sors plutôt bien au final. Même trop bien… Au final c’est moi qu’on pourrait enfermer vu les preuves ? Je regarde le garde en face de moi un peu inquiet, mais celui-ci ne réagit pas. Comment marche le système d’enquête dans ce genre de cas ? J’ai bien compris qu’en cas de meurtre tu perdais automatiquement ta liberté, mais là ce n’est pas clair.

« Tu ne risques rien en tout cas. Ce n’est pas toi qui a commencé tout ça, mais eux. Les gardes ont déjà le témoignage de plusieurs grimpeurs qui n’ont pas pu aller dans la zone où tu te trouvais à cause d’hommes encapuchonnés. Si tu t’es battu c’était pour te défendre rien de plus. Malheureusement nous n’avons pas d’indice sur qui ils sont. »

J’écoute l’explication de Cyrus qui répond à mes interrogations.
Le garde finit de passer le baume et me le rend. Je me redresse en essayant de bouger les bras pour voir à quel point je suis blessé et ce n’est pas super. Même avec le baume je ferais mieux d’aller voir un prêtre pour qu’il me soigne ça.

  • Cyrus, dis moi où se trouve Emy.
  • Elle est, hum, avec son entraîneur dans la tour des Guerriers.
  • Va attendre devant la porte de sa classe. On doit partir aujourd’hui. Les autres ne me laisseront plus tranquille maintenant que j’ai montré que je savais me défendre. Dis lui de me retrouver au Prophétie, on partira aujourd’hui.
  • …D’accord, mais qu’est ce que tu vas faire toi ?
  • Rien, je vais soigner cette blessure et aller voir mes professeurs pour leur dire au revoir j’imagine. C’est ma dernière journée au pied de la tour avant un moment après tout.
  • Mais s’ils reviennent te voir ?
  • Je peux vous demandez de m’accompagner les gars ?

Je regarde tour à tour les deux gardes qui semblent imperturbables. L’un deux acquiesce et l’autre explique simplement qu’il préviendra le plus gros du groupe.
Je regarde Cyrus pour lui faire comprendre que c’est réglé. Je ne connais pas la force d’un garde, mais s’il se passe quelque chose d’autre, même si j’en doute, il sera là.
Je dis à Cyrus d’y aller et je pars en direction de la Tour des Rangers.

*

  • Déjà de retour ? … Qu’est ce qui se passe ?
  • Je pars aujourd’hui, je n’ai plus le choix, dans peu de temps j’aurai toute une guilde sur le dos. Un garde m’attend à l’extérieur pour m’escorter.
  • Je n’ai pas eu le temps de préparer ce que je voulais t’offrir.
  • Alors ce sera prêt à mon retour. Je le prendrai en récompense pour avoir fini mon premier monde.
  • Tch… Tu ne manques pas d’air, mais j’imagine que puisque tu es le dernier Dresseur c’est mieux comme ça.
  • Il y en aura d’autres et sans doute plus doués que moi.
  • J’aimerais te dire que ce sera forcement le cas, mais je n’en ai pas envie. Prends ça en tout cas, c’est le moins que je puisse faire.

Fae me tend une petite pierre qui est juste de couleur verte. Je joue quelques instants à la faire voltiger dans mes mains et lui demande ce que c’est.

« Cette pierre contient une infime fraction de mon pouvoir, Si jamais tu te retrouves dans une situation où tu ne penses pas pouvoir survivre pose là par terre. Si jamais tu t’en sers d’une façon que je n’approuve pas, ne reviens jamais ici. »

J’arrête aussitôt de jouer avec et regarde Fae puis la pierre en me demandant ce dont elle est capable….

« Tu n’en auras qu’une seule, ne t’avise pas de la gâcher pour des broutilles et montre moi que je ne perds pas mon temps avec toi. Maintenant va t’en. Je suis très occupée et je n’ai pas le temps de discuter avec toi. »

Je regarde l’intérieur de la salle de classe. La seule chose que je peux voir c’est un oreiller et une couverture défaite sur le lit, mais ce serait malpoli de lui faire remarquer. Je me contente de sourire et de lui dire que je reviendrai rapidement avant qu’elle ne s’en rende compte. Je sais très bien qu’elle n’a pas envie que je parte et je n’en ai pas spécialement envie non plus et me dire au revoir doit être difficile pour elle puisque je suis la seule personne qui passe encore dans l’aile des dresseurs.
J’aimerais bien, mais je ne peux pas rester plus longtemps.

Je sors de l’aile et referme la porte en regardant la gravure au dessus de celle-ci. Ça me prendra un moment pour revenir ici.

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant