La Clairière et la Statue.

Après avoir passé plusieurs heures à tenter de communiquer avec Micha et Juliette j’ai finalement décidé de la laisser. Fae m’aurait bien fait rester plus longtemps, mais je ne me sentais pas à rester indéfiniment ici, surtout si je dois revenir le reste de la semaine. J’aurais bien aimé passer dans l’aile des survivalistes pour voir Zem, mais je n’ai pas envie d’attendre pour avoir un petit cours qui ne me servira pas tant que ça. Au final je suis reparti en direction du Prophétie en passant à travers la forêt pour changer.
Même si je n’ai rien contre l’océan je suis content qu’il y ait de la végétation au pied de la tour et que ça ne se réduise pas à de la pierre, de l’eau salée et le son des mouettes. Ce serait vite fatiguant que les seuls endroits où je puisse trouver de la verdure soient dans les zones d’entraînement.

Je continue d’avancer entre les arbres et je finis par arriver dans une clairière où se trouve une Statue d’Orion d’un blanc éclatant. Il n’y a personne dans les parages et c’est presque étonnant de voir une statue pareille perdue au milieu de nulle part. Je ne sais pas trop quoi en penser, mais je décide de m’installer à côté. Ce n’est pas comme si j’aurai la chance de revenir ici pour me détendre.
J’observe la statue d’Orion qui d’une main tenant deux flèches bande l’arc en visant une cible inexistante à travers la forêt. Ce qui m’étonne c’est que la statue semble être posée comme ça à même le sol sans piédestal. Je ne sais pas qui a fait cette statue, mais la gardienne est très reconnaissable et il devait avoir du talent. Je regarde en l’air et au dessus des arbres derrière moi je peux voir la pointe de la tour des Rangers.
Maintenant que j’y pense je ne sais toujours rien des coutumes qui ont lieu dans la tour des Rangers. En même temps ce n’est pas Fae, la troisième gardienne, qui entretiendra le culte voué à Orion avec moi, mais ça ne m’empêche pas d’être curieux.
Dans la tour des Voleurs je n’ai rien vu de tel et la classe des Assassins n’a pas de Gardien. Peut-être qu’il y a un culte du sang, mais je m’avance peut-être. En attendant la personne la plus importante que j’ai pu voir là bas est sans doute la Secrétaire et je ne connais même pas son rôle exact.

Je regarde la statue en réfléchissant alors que Juliette me demande avec Micha si elles ont le droit de jouer sur la statue. Je ne sais pas vraiment quoi dire, mais vu que c’est un parc ça ne devrait pas poser de problème, je les laisse descendre en me demandant ce qu’elles ont l’intention de faire toutes les deux.

Je soupire en les regardant partir toutes les deux. La question que je me pose c’est, est ce que je vais trouver des personnages comme Orion dans la Tour? C’est probable mais dangereux. Elle a beaucoup trop de pouvoir au pied de la tour, je n’ai qu’à me rappeler le moment ou elle m’a forcé ainsi qu’une centaine de personnes à s’agenouiller devant elle. Même si elle n’est pas inquiétante, je n’ai pas envie de côtoyer quelqu’un d’aussi puissant. La pire chose qu’a faite Fae pour l’instant est de me jeter un seau d’eau au visage. C’est très loin de donner des ordres à mon corps contre ma volonté, mais passons. Elle n’est pas du genre à se montrer comme ça et ça me convient parfaitement.

Micha est déjà installée sur la tête de la statue tandis que Juliette a un peu de mal à monter et n’est encore qu’au niveau des jambes. Si le but était d’escalader le plus vite possible, alors Micha gagne sans problème. Je vais profiter qu’elles soient occupées pour me détendre, tant qu’elles s’amusent ça me laisse un peu de temps pour souffler.

Derrière moi je peux entendre des bruits de pas dans les feuilles qui se dirigent vers moi.
Je me retourne et vois un jeune homme blond approcher en lisant un livre derrière des lunettes rondes. Il finit par se rendre compte que je l’observe et ferme son livre immédiatement en remettant ses lunettes en place et en exclamant un « Oh » de surprise.
Il me fait alors un signe de la main pour me demander s’il peut venir s’installer à proximité de la statue et je me contente d’acquiescer puisqu’il n’a pas l’air dangereux.
Pour autant ma politesse me perdra puisque j’avais envie d’être tranquille quelques minutes de plus. Je décide de me lever et récupère Micha ainsi que Juliette qui semble faire la tête puisque elle venait d’atteindre le bras de la statue.

« Oh ! T-tu es dresseur ? »

Je jette un coup d’œil en direction du jeune homme qui s’est installé par terre à côté de l’endroit ou j’étais assis.

« Euh… Je veux dire… Tu es « Le » dresseur ? »

Je le fixe du regard sans trop comprendre. Il semble vraiment étonné en me regardant, mais je ne pense pas le connaître et je n’ai rien fait qui mérite d’être reconnaissable. Il se lève et s’approche de moi.

  • C’est que.. j’ai entendu parler de toi…
  • Comment ça ?
  • Bah, euh, ce qu’il s’est produit dans l’arène. Les gens parlent du Dresseur qui est apparu alors que ça faisait plus d’un an qu’il n’y en avait plus eu.

Je le regarde sans arriver à cerner ce qu’il veut vraiment. Après tout je n’ai rien fait pour mériter d’être « connu » au point de me faire aborder comme ça au milieu de la forêt. Quelque chose n’est pas clair.

  • C’est vrai ce qui se raconte ? Que tu as quelque chose à voir avec la disparition d’un chevalier ?
  • Non. Il n’est juste pas venu au duel, c’est tout ce que je sais. Je dois y aller maintenant.

Je commence à m’éloigner en lui tournant le dos, la dernière question n’était pas anodine. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne me sens pas à l’aise. Je ne sais pas si c’est lui ou si c’est ce qu’il raconte. « Le Dresseur » ? Il n’y avait pas tant de gens que ça dans l’arène, du moins pas suffisamment pour qu’il puisse y avoir une rumeur du jour au lendemain et qu’un inconnu m’aborde comme ça en plein milieu de la forêt en me posant des questions. Surtout que je n’ai rien fait d’impressionnant. Que je n’ai pas réussi à duper Charade parce qu’il est inquisiteur je veux bien, mais les autres ne peuvent pas en être certains. Même s’il a prit une semaine d’emprisonnement en m’agressant comme il l’a fait, ce n’est pas suffisant pour me rendre célèbre. Je crois ?

« Une seconde. »

La voix dans mon dos semble différente tout d’un coup et je m’arrête en ordonnant à Micha et Juliette de se tenir prêtes. Il y a clairement quelque chose de louche avec ce gars. Je me retourne et cette fois ci, il me dévisage avec un demi sourire sur le visage. Ses mains sont cachées sous sa cape et j’ai peur qu’il tienne déjà une arme.

  • Je voudrais juste te poser quelques questions. Ça ne te dérange pas, si ? »
  • J’aimerais mieux partir.
  • Je ne crois pas que ce soit possible.

Autour de moi et même s’ils sont à plus de cinquante mètres de là, je peux voir des silhouettes capuchonnées sortir de derrière les arbres. Ils sont au moins une dizaine… non il y en a plus que ça et ils m’encerclent, même si certain se cachent encore.
Pour l’instant aucun arme à distance n’est braqué vers moi, mais si je veux partir d’ici je vais devoir passer au travers du filet.

  • Puisque tu n’as pas envie de parler pourquoi est ce que l’on ne s’entraînerait pas ? Un petit match d’entraînement avec mes amis pour se dérouiller un peu devrait faire du bien non ?
  • C’est comme ça que vous appelez ça toi et tes amis quand vous voulez tabasser quelqu’un ?
  • Tabasser ?! Oh, non, non. Tu n’y es pas du tout. Je suis juste là pour vérifier que tu es bien ce que tu dis être. Un simple Dresseur. Mes amis ne viendront pas nous déranger si tu te contentes de répondre, mais je dois dire que vu ton attitude et ton équipement en tout cas, tu t’approches dangereusement de la réponse qui intéresse mon client.
  • Quelle réponse ?
  • La question est plus intéressante. Est-ce que tu es vraiment celui qui a réussi à tuer Léon ? C’est ça ma question et j’aime bien avoir des réponses.

Je le regarde et me rends compte qu’un petit groupe s’approche lentement.
Je n’ai aucune potion sous la main me permettant de m’enfuir. La potion de brume était trop coûteuse pour en garder en réserve et vu la quantité qu’ils sont un fumigène ne sera pas assez puissant.

« Pour ce genre de demande c’est moi qui décide de comment ça se passe et dans ton cas, pour avoir une réponse qui me convienne je vais te demander de te défendre du mieux que tu peux. Mes amis peuvent être maladroits et seraient capables de te tuer donc ne te retiens pas. »

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant