Jouer le débutant

Je regarde en face de moi le couloir, mais personne ne semble s’y trouver. Je regarde le public aux alentours de la porte et j’y vois les deux compagnons que j’ai affronté en plus des autres que j’avais entraperçus au moment d’accepter le duel contre ma volonté. Aucun d’entre eux ne me regarde avec un intérêt particulier ce qui me rassure. Ils semblent plutôt intéressés de savoir s’il va vraiment se présenter au duel. Probablement que pour l’instant, il semble avoir disparu pour les autres membres de la guilde.

« Et bien, aurait-il décidé que c’est un Duel trop dangereux pour lui ? Que le chevalier entre avant que son destin ne soit scellé ! »

L’annonceur semble vouloir absolument que quelqu’un parie sur moi, mais personne n’a l’air de vouloir changer d’avis. Emy de son côté est déjà sur les gradins les plus proches de moi et me fait signe en m’indiquant qu’elle est confiante. Si elle savait que j’ai déjà gagné je ne sais pas comment elle réagirait.

En face de moi je vois alors une silhouette dans le couloir qui se découpe dans la pénombre et qui s’approche, pendant quelques instants je perds mon sang froid en me disant qu’il a du survivre ou se faire ressusciter ou quelque chose du genre et que je vais devoir me préparer. D’un simple ordre à travers le lien je demande à Micha de descendre et d’aller se mettre en position sur une des colonnes romaines se trouvant dans l’arène. Elle descend rapidement tandis que j’attrape mes stylets et me prépare à la suite.

« OH, OH ! Le Dresseur semble avoir vu quelqu’un, serait-ce notre vétéran qui finit par se montrer ? Peut-être qu’il a trop bu la veille et qu’il vient de se réveiller ?! »

La silhouette s’avance lentement et se découpe de plus en plus nettement à chaque pas en avant. Ce n’est clairement pas Léon, mais je ne vois pas qui pourrait venir. Est-ce qu’il a le droit d’être remplacé ? Si c’est le cas alors je vais demander à Emy de se battre à ma place, d’accord ? Qui que ce soit il n’aura aucune chance de la battre et je me porte garant là dessus depuis nos entraînements.
Je me prépare au cas où il charge, mais il ne semble pas pressé. Il entre à l’intérieur de l’arène et je peux le détailler plus amplement. Un homme à la peau tannée par le soleil et vêtu d’un manteau long en cuir lui arrivant aux genoux. Des cheveux longs tressés qui tombent dans son dos et sur son torse en cascade. Des bottes en cuir brun, un pantalon un peu sale d’un vert délavé, une chemise vaguement blanche, de grandes bagues en argent qui recouvrent ses doigts et un visage en partie masqué par son chapeau dont les bords sont extrêmement larges et droits.

« Oh ! On dirait qu’un participant pense que c’est son tour ?! Allons, allons. Veuillez sortir de l’arène. »

L’homme continue de s’avancer dans ma direction comme si de rien n’était et je ne peux toujours pas voir ses yeux à cause de son chapeau. Il s’arrête à environ cinq mètres de moi et crache par terre. En appuyant ses mains sur sa ceinture il recule un peu son manteau me permettant de voir une grande collection de couteaux apparemment prévus pour le lancer. Je peux aussi voir un Revolver ainsi qu’un fouet ce qui n’a rien de rassurant pour moi. L’arbalète dans mon dos ne gagnera pas contre une arme à feu…

Je le regarde et reste prêt à ce qu’il m’attaque, mais il se contente de soupirer et de redresser la tête en direction de l’annonceur.

  • Désolé de déranger votre combat, mais apparemment notre camarade de guilde qui devait faire ce combat ne pourra pas venir.
  • Vous connaissez les règles, s’il ne peut pas venir, il déclare forfait.
  • Justement, il déclare forfait.
  • Très bien laissez moi regarder. Oh ! Il semblerait qu’il ne soit plus au pied de la tour ! Il aurait donc fuit dans les étages mondes !? Un retournement intéressant !
  • Ou bien il est mort.
  • Je vous demande pard…
  • Rien.

C’est à ce moment là que le nouvel arrivant décide de me regarder dans les yeux. Même si son allure n’était pas rassurante, son regard montre clairement qu’il n’est pas quelqu’un avec qui je peux plaisanter. Il crache par terre une nouvelle fois et s’essuie les coins de la bouche du bout des doigts.

  • Quel est ton nom le mioche ?
  • Je…Qu ?
  • Laisse tomber. Il semblerait que tu aies gagné ton combat aujourd’hui. Je suis le chef de guilde du guignol que tu devais affronter, malheureusement j’ai tendance à prendre assez mal que mes hommes disparaissent comme ça.

Il regarde dans la direction des autres membres de la guilde de Léon et fait un bref signe de main comme pour les saluer auquel personne ne répondra. Les visages restent fermés et figés.

  • Vois-tu petit, je n’ai rien contre toi et je te félicite pour ta victoire, mais reste dans le coin au cas où. Si tu disparais dans la tour je pourrais mal le prendre et croire que tu es responsable de sa disparition. Après tout, tu es resté alors que tu n’as aucune chance de gagner pas vrai ? Et puis tu n’as pas l’air de la chiffe molle de dresseur dont on m’a parlé. Passons, passons. Tu as gagné non ? Messieurs Dames, vous pouvez l’applaudir !!

Il commence à taper dans ses mains et peu à peu il est suivi par les autres membres de la guilde ainsi que par d’autres personnes dans le public qui ne semble pas comprendre ce qu’il se passe. C’est donc lui le boss final de leur guilde ? Non seulement il est là pour vérifier qui je suis, mais il me suspecte d’être responsable de la disparition. C’est bien le cas, mais je dois lui faire croire du contraire.

« J…Je peux y aller? J’ai gagné pas vrai ? »

Il me regarde en haussant les épaules comme s’il n’était pas concerné par la suite, même si sur son visage je peux voir une grimace tandis qu’il me fixe des yeux de façon menaçante.

« J’ai dit ce que j’avais à dire le mioche fais ce que tu veux. »

Je me retourne pour m’éloigner en direction de la porte en bois qui s’ouvre en sachant pertinemment que répondre comme si j’étais un idiot soulagé ne suffira pas à me tirer d’affaire. Je ne sais pas de quoi est capable ce gars. Bien entendu, sortir en marchant n’est pas la meilleure solution et je commence à trotter vers la sortie en regardant Emy. A travers les yeux de Micha, je peux le voir attraper un couteau à sa ceinture et ce que je redoute va être sur le point de se produire. Il va me tester. Il fait un mouvement rapidement pour soupeser la lame et la lance dans ma direction. Mon boost d’agilité est déjà activé, mais je dois me prendre le couteau s’il me vise. Si je ne le fais pas alors ses suspicions à mon égard seront encore plus fortes. Nerys me l’avait dit et j’aurais du me préparer un peu plus pour ça. Soit je tuais Léon de façon discrète et je jouais la carte de l’idiot, soit je devais le tuer de la façon la plus impressionnante possible pour être sûr que ses camarades ne me pourchassent pas.
Continuons avec la carte de l’idiot c’est sans doute le mieux.

Du coin de l’œil je peux déjà voir Emy se jeter du haut des gradins dans ma direction en criant, mais elle n’arrivera pas dans les temps.
A travers les yeux de Micha je peux voir que la lame fonce en direction de ma tête et je commence à perdre mon calme, il est vraiment prêt à me tuer comme ça ? Sur un vague doute ? Je ne peux pas prendre le risque de mourir ici, je ne sais même pas si j’aurais l’argent pour une réanimation et il y a trop d’inconnues dans l’équation. Je décide de me jeter par terre. En utilisant le boost très légèrement pour accélérer le mouvement.

Je tombe dans le sable en me roulant en boule comme si j’avais peur de quelque chose tandis que le couteau passe au dessus de ma tête. Emy se place entre moi et le chef de guilde et je vois très bien qu’elle est à deux doigts de se jeter sur lui. Je me relève après m’être recouvert le visage avec un peu de sable discrètement pour passer encore plus pour un débutant. Esquiver une attaque de ce niveau n’est absolument rien pour moi grâce à Nerys, mais ça signifierait que j’ai subi un entraînement ailleurs et que je ne suis pas juste Dresseur.

« FAUTE ! Une agression de ce genre nous oblige à vous arrêter, Gardes ! »

L’annonceur prend les devants et aussitôt des gardes armés de lances s’approchent et l’encerclent, mais c’était sans compter sur ses propres hommes qui sautent dans l’arène et se placent en cercle autour de lui armes en avant. Lui se contente de cracher par terre en regardant ses bottes et en souriant.

  • Dans ce cas je demanderais à votre « honneur » de vérifier ce que je viens de lancer.
  • Q’un garde aille chercher le couteau ! Que vos hommes baissent leurs armes.

D’un signe de sa main les autres membres de la guilde baissent un par un leurs armes et un garde finit par revenir avec le couteau dans ses mains. L’annonceur est déjà dans l’arène et attrape l’arme. Il la regarde quelques instants et finit par regarder le chef.

  • C’est du bois.
  • Exactement, rien qui ne soit suffisant pour le tuer, une bosse à la rigueur.
  • Vous serez mis en détention pour une semaine. Gardes.

Le chef tends les mains et les gardes le menottent aussitôt avant de l’emmener en direction de la sortie. C’est là qu’il tourne sa tête dans ma direction.

« Le mioche ! Faire ton pitre et la comédie ne marchera pas avec moi ! Dans une semaine je sors et je vais venir te voir ! J’ai des tas de choses à discuter avec toi… »

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant