Fin de la chasse

Je regarde Naubod avec un semblant de sourire sur les lèvres. C’est vraiment à ça que je me résume ? Un « Bleu » ? Je m’allonge sur le sol quelques instants en retirant ma capuche et le bout d’écharpe qui recouvrait le bas de mon visage en me disant que c’est finalement terminé.

Je ne sais pas ce qui vient de se produire et ce que je dois penser de la mort de Léon pour l’instant. Je suis juste exténué par tout ce que j’ai eu à faire jusque là. Pour être franc, je n’ai pas très bien dormi ces derniers jours. Un peu trop de stress causé par ma peur de mourir et de ne pas réussir à atteindre Léon.
C’est la potion collante qui m’aura sauvé finalement et les somnifères aussi. Pour être sûr de l’efficacité j’ai du utiliser beaucoup d’argent là dedans. Que ce soit pour l’arbalète comme pour la potion de brume. Il me reste encore de quoi me débrouiller, mais il ne me reste que dans la vingtaine de pièces sur les cent que j’avais à ma disposition. J’avais acheté un enchantement de silence dans la tour des magiciens au cas où ils auraient tenté de crier à l’aide pendant un moment, mais j’imagine qu’il servira une autre fois.
Passons. Je regarde Naubod qui marche dans ma direction.

  • Et maintenant ?
  • Tu peux t’en aller je m’occupe du corps, des autres et des preuves
  • Qu’est ce qui va arriver ?
  • Tu l’as assassiné, il ne pourra plus être réanimé de toute façon, pour les deux autres j’ai ma petite idée.
  • Qu’est ce que tu comptes faire d’eux ?
  • Les enfants de la tour prennent l’argent là où on le trouve. Tu n’as pas à savoir, à moins que tu le veuilles ?
  • Dis moi d’abord si je peux avoir des problèmes s’ils disparaissent.
  • Hmpf. Tu en auras plus si tu les laisses partir. Je ne compte pas les tuer si tu veux savoir. En tant normal ça baisserait ta paye à la fin de la mission si ils ne sont pas compris dedans, mais c’est pas comme si tu gagnais de l’argent pour ce que tu as fais ce soir, pas vrai ?

Je regarde Naubod en me demandant comment il a fait pour être au courant que ce n’était pas un contrat régulier. Pour l’instant je m’abstiendrai de lui demander. Cet enfant est une « oreille » après tout. C’est son rôle de savoir, enfin si le nom est bien en rapport avec ce qu’il fait.

  • Qu’est ce que tu comptes faire d’eux ?
  • Franchement… Je vais te le dire et tu vas commencer à me dire que tu n’as pas envie de ça et je vais perdre de l’argent…
  • Je t’ai posé une question.
  • Ok, ok. Il y a un marché aux esclaves. J’ai un contact qui prend ce que je lui ramène.
  • Qu…
  • Je dirais pas plus alors laisse tomber. Je vais pas faire le difficile alors c’est oui ou non ? Je te préviens ils te poursuivront si jamais tu les laisses partir comme ça. Ce genre de guilde reste accroché à toi comme de la merd…
  • J’ai compris. J’ai compris. Prends le corps, tu pourras le décoller avec de l’antidote, tiens. Pour les deux autres, prends tout leur équipement et laisse les ici.
  • Rah. Tu as des remords alors que tu viens de tuer quelqu’un c’est ridicule. Comme tu veux, mais qu’est ce que tu feras quand ils viendront pour te tuer une fois réveillés ?
  • J’ai ma petite idée. J’avais prévu le coup.

Je sors une autre potion de mon inventaire que je montre à Naubod. En la voyant il comprend tout de suite ce que je veux faire.

  • T’aime vraiment pas l’argent faut croire. C’est le genre de potion qui coûte trop cher pour des gars comme ça.
  • Problème résolu donc ? Prends ça pour les soigner aussi.
  • Ça n’empêchera pas les autres de te poursuivre à mon avis, mais c’est pas mes affaires. Tu peux y aller, je m’occupe du reste.
  • J’ai le droit à une commission sur la revente de ce qu’ils portent ?
  • Pas du tout. C’est ce que je gagne à faire disparaître les preuves, barre toi d’accord ?
  • Hm.

Je lui donne la potion d’oubli que je tiens et me relève. Malgré la potion de vitalité, j’ai perdu beaucoup de sang et j’ai un peu les nerfs à vif je dois dire.
La potion d’oubli est une autre de mes trouvailles dans la tour des Druides. Le problème c’est que l’oubli est proportionnel à la qualité de la potion. Cinq minutes, dix minutes et ainsi de suite. Pour faire les choses bien j’ai pris une potion de trente minutes avec effacement complet des souvenirs. Ils se réveilleront nus comme des vers en pensant qu’ils ont trop bu et sans aucune idée de ce qui vient de se passer. La seule véritable preuve c’est la disparition de Léon, mais ils ne devraient pas réussir à remonter jusqu’à moi le chétif dresseur contre qui il avait un duel de prévu.

Je récupère Micha qui est descendue de son point d’observation et décide de repartir discrètement par les ruelles. Je me retourne une dernière fois pour voir dans la brume des silhouettes d’enfants s’activer à l’endroit où je me suis battu. J’imagine que vu son physique Naubod n’a pas trop le choix et doit avoir besoin d’autres enfants pour déplacer le corps et faire disparaître les preuves rapidement. Je ne sais même pas si je le reverrai un jour, mais c’est peut-être une bonne chose de se dire que c’est mon premier et mon dernier assassinat.

C’est impossible pour moi de revenir au Prophétie directement. Ce serait trop suspect avec la disparition de Léon, même chose pour retourner dans la classe des assassins ou des dresseurs. Je me change, me soigne et me contente d’attendre dans une ruelle jusqu’au matin.
Micha est fatiguée et je peux le comprendre le partage de vision est difficile pour moi comme pour elle. Juliette ne sait pas encore ce que c’est, mais ça viendra sans doute dans peu de temps.
Du côté de mon serpent préféré, la nuit aura été calme. A travers le lien je peux sentir qu’elle aurait aimé en faire plus, mais elle reste satisfaite du résultat final. Peut être que c’est à cause d’elle si je n’arrive pas à penser grand-chose de mon premier meurtre, mais quelque chose me dit que s’il y a un lien entre nous deux c’est aussi parce que nous nous ressemblons. J’ai du mal à vraiment cerner l’idée, mais je ne pense pas me tromper là dessus. Ce qui signifie que si je n’éprouve pas grand-chose après avoir tué Léon c’est que je suis sans doute fait pour être un assassin comme le pense Nerys puisque sinon elle ne m’entraînerait pas.
Je ne sais pas ce que je dois en penser, mais j’ai besoin de dormir.

*

Une fois le matin venu je me dirige vers la tour des Voleurs, je ne sais pas comment ça se passe dans ce genre de cas, mais j’imagine que je ferais mieux de faire un rapport à Nerys.
Mes blessures sont soit guéries soit camouflées par mes vêtements et Micha comme Juliette sont à leur place habituelle et plus en forme que moi qui n’ai pas réussi à dormir de la nuit au final.
En tout cas, même si faire mon rapport est important j’ai autre chose que je dois demander. J’y ai pensé toute la nuit et je pense que ce qui s’est produit quand j’ai tué Léon est forcement en rapport avec la classe des Assassins. La sensation que j’ai ressentie au niveau du cœur à cause de l’espèce de nuage qui a même traversé le lien pour atteindre Micha et Juliette est sans doute liée à quelque chose que l’on a pas pris le temps de m’expliquer.
Je passe la porte de la classe et me retrouve devant la secrétaire qui hausse un sourcil en me regardant quelques instants avant de retourner à sa paperasse.

« Je pense que je n’ai plus à t’indiquer ton chemin maintenant. »

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant