La chasse a commencé 3

L’échange de regards avec le duelliste ne prendra pas plus de temps. La lame à côté de mon visage se tourne sur 90 degrés avant de reprendre sa course en direction de ma tête.
Aussitôt j’appuie sur la gâchette pour relâcher le carreau tout en utilisant mon boost à pleine puissance pour fuir.

La lame me griffe, mais n’ira pas plus loin puisqu’il esquive d’un bond le carreau. Je recule à pleine vitesse, mais mon adversaire ne veut pas me lâcher. Il continue de me poursuivre en multipliant les attaques. La première je peux l’esquiver, la deuxième et la troisième aussi, mais il ne semble pas vouloir s’arrêter.
Même si j’esquive, certaines attaques me touchent puisqu’il semble se servir de son onde de choc aléatoirement. Son rythme est très difficile à suivre et je me retrouve assez vite à devoir lâcher mon arbalète à cause de ses attaques visant mes mains.

Il enchaîne les attaques et ne me laisse aucune chance de fuir. Ça n’est même plus d’actualité de toute façon. Je dois absolument le coller le plus possible pour l’empêcher de se servir du sabre efficacement. Si j’arrive à m’approcher à une distance suffisante alors je n’aurai plus rien à craindre, mais c’est plus facile à dire qu’à faire vu le nombre d’attaques qu’il envoie dans ma direction.

J’esquive quelques attaques de plus et je l’observe, il est bien plus rapide qu’Emy, mais moins que Nerys ce qui me rassure. Vu que je commence à avoir l’habitude de m’en servir à présent j’active de temps à autre mon boost pour le surprendre et le déstabiliser. Jusque là pas de soucis, des égratignures et même si mes esquives ne sont pas parfaites, je m’en sors.
D’un mouvement je me jette vers l’avant avec mon boost d’activé. Il recule son sabre et tente de prendre de la distance, mais n’y arrive pas. Mon visage est à une vingtaine de centimètres du sien.
Il réagit aussitôt. Son autre bras s’avance dans ma direction pour me frapper, mais bien trop lentement pour moi. J’attrape son poing avec mon gantelet de félin et j’y plante mes griffes. Le coup reste cependant trop fort et j’ai du mal à l’arrêter et à l’immobiliser. Le duelliste en profite aussitôt pour retirer son poing et enchaîne avec un coup de genou dans le ventre. Je recule sous le choc et il en profite aussitôt puisque je suis à la bonne distance pour qu’il puisse m’attaquer avec son sabre.

C’est la pire situation possible pour moi et je me jette en avant dans l’espoir d’échapper à son attaque. Je tente de bloquer la lame de son sabre avec mon stylet, mais le coup est trop fort pour moi et sa lame m’entaille violemment l’épaule. Un œil pour un œil je lui griffe le visage avec mon gantelet ce qui le force à reculer, mais ce n’est pas suffisant pour me laisser le temps de fuir. Il continue de m’attaquer tandis que son visage est déformé par la colère d’avoir été touché et je reprends mes esquives. J’aimerais tellement avoir le temps d’attraper une potion ou une bombe dans ma besace, mais il n’a pas l’air de vouloir me laisser faire.

A chacun de mes mouvements, il me suit et quand j’essaye d’attaquer, il pare le coup sans soucis avant de me marteler de plus belle. La situation commence à dégénérer en sa faveur et si je n’avais pas eu à esquiver des carreaux d’arbalète pendant tous mes entraînements je serais sans doute déjà mort à l’heure qu’il est. Ça ne m’empêche pas de recevoir quelques coups et maintenant il ne me reste plus qu’à attendre ma chance si jamais elle vient en espérant que ce soit avant qu’il ne me tue.
Il ne me laissera plus m’avancer puisqu’il a compris que ça le mettait dans une position dangereuse.

Une minute, puis deux. Mes bras sont salement amochés par ses coups et je peux à peine lever mon bras droit. Le gauche… ne parlons pas du bras gauche, ni du reste. A force de frapper aux mêmes endroits, il m’a entaillé profondément la chair et c’est impossible d’ignorer la douleur. Entre la lame et les ondes de chocs, mon buste est dans un sale état. Je ne parle même pas de l’état de mes muscles après m’être autant servi du boost d’agilité que je suis obligé d’activer à chaque coup maintenant.

Au début le but était de me tuer, mais il a beaucoup plus de mal maintenant. Même si je ne peux rien faire, il me suffit d’attendre. Sur les griffes du gantelet se trouve la même substance qui m’a permis de mettre hors service l’archer et deux de mes attaques l’ont blessé.
Il s’en est déjà rendu compte et c’est pour ça qu’il ne s’est pas arrêté puisqu’il cherche à m’achever avant qu’il ne soit trop tard.
Malheureusement pour lui, puisque je sais que j’ai encore une chance de gagner, je ne compte pas me rendre et le supplier. Vu ce que je sais de lui ce serait sans doute la chose la plus stupide à faire. C’est le dernier à pouvoir m’empêcher d’atteindre mon objectif et si je ne peux pas faire autrement que de l’affronter je vais attendre qu’il s’épuise.

Pendant quelques secondes il semble ralentir à un point où le boost d’agilité ne m’est plus utile pour esquiver ses attaques. Vu mon état physique et la qualité de mon esquive avec, cela signifie beaucoup.
Il semble essoufflé et à la limite de l’inconscience. En profitant d’un instant où il attaque en faisant un mouvement trop large je m’approche de lui pour l’attaquer et renverser la situation. Je parle de m’approcher, mais dans mon cas c’est plus faire un seul pas en avant avec mon stylet en avant en espérant que je ne vais pas le lâcher ou m’effondrer avant.

Il esquive l’attaque et tente un contre, mais au moment où son sabre est sur le point de m’atteindre il a un moment de faiblesse et son épée perd sa vitesse, suffisamment pour que je mise tout le reste sur ma prochaine attaque.
En me servant du boost pour la dernière fois je brandis mon stylet et vise la jointure de son armure au niveau de l’épaule. A cause de son état il ne peut plus esquiver et il prépare une attaque en misant le tout pour le tout. Le timing est très juste. Vraiment très juste.
Mon stylet transperce son épaule et je place tout mon poids derrière mon attaque dans le but de le déséquilibrer. De son côté, il ne fera que frapper ma tête avec son avant bras, ce qui est douloureux, mais pas insurmontable. Je continue à appuyer et je finis par le déséquilibrer en me laissant tomber vers l’avant.
Ses dernières forces finissent par disparaître et il tombe en arrière sous mon poids en lâchant son sabre. Sa tête frappe le sol et je me sers du poids de mon corps pour l’immobiliser.
Je peux voir sur son visage qu’il est à présent totalement en train de perdre connaissance. Il semble perdu d’après ses yeux qu’il a du mal à garder ouverts et qui donne l’impression qu’il ne sait plus où il est. Pendant plusieurs secondes j’attends la main toujours figée sur le manche de mon stylet. Je le fixe du regard jusqu’à ce qu’il finisse par fermer les yeux un peu moins d’une minute après être tombé au sol. Pour m’assurer que c’est bien le cas je finis par lâcher mon stylet une minute plus tard et sors une fiole de mon inventaire. De ma main encore fonctionnelle, j’en retire le bouchon et verse le contenu sur son visage. Pas de réaction de sa part et le produit l’empêchera d’en avoir une. J’en ai fini avec lui.

Je lâche la fiole vide par terre et tends à nouveau le bras pour attraper une potion de vitalité dans mon inventaire. Je suis moi-même à deux doigts de perdre connaissance et je vais avoir besoin d’un petit boost pour m’en remettre. Le liquide coule dans ma gorge et aussitôt je peux sentir la fatigue disparaître. Le manque de sang, la fatigue musculaire, mes blessures. Certaines sont d’ailleurs trop sérieuses pour que la potion suffise, mais je vais devoir l’ignorer pour l’instant. La brume ne durera pas éternellement. Micha m’indique que Léon n’a pas bougé depuis que je l’ai collé et je me redresse en m’étirant. J’attrape le sabre qui traîne par terre et le place dans mon inventaire. J’appelle Juliette et lui dis de sortir de la besace dans mon dos.

Pendant toute la durée du combat elle était restée à l’intérieur pour ne pas me gêner après lui avoir expliqué qu’être à l’intérieur de l’écharpe n’était pas une bonne idée. Le principal problème était qu’elle révèle mon identité en plus d’être une faiblesse si jamais elle venait à être blessée. De plus je ne me sentais pas encore à l’aise de la faire participer ouvertement à un vrai combat, je pense encore avoir besoin d’un peu d’entraînement pour ça. Elle retourne à sa place sur mon bras en sachant très bien que c’est le moment où je dois finir ma mission.

Léon est resté silencieux pendant le combat alors qu’il aurait pu crier pour appeler à l’aide et ça m’étonne un peu. C’est sans doute au cas où le duelliste me tue et qu’ils doivent camoufler la vérité ou quelque chose comme ça. Il n’a pas vraiment tort en tout cas, mes chances de victoires étaient presque nulles et sans le boost je serais déjà mort.

« Tu l’as eu ?! »

Malheureusement pour lui, oui, mais ce n’était pas à moi de répondre.
Je m’approche en marchant et il finit par me voir. Pendant quelques secondes je peux voir une lueur d’incompréhension dans ses yeux puisqu’il sait qu’il a perdu, mais sa deuxième révélation sera bien pire que la première quand il finit par comprendre que c’est le petit dresseur au serpent et à la souris qui se tient devant lui quand il finit par voir Juliette sur mon avant bras.

Il s’apprête à crier à l’aide, mais je le frappe au visage avec le pied. Toujours englué au sol il ne peut pas réagir. Depuis la dernière fois que je l’ai vu il a lâché son bouclier qui est collé au sol et pris un poignard dans son inventaire pour tenter de se libérer. Malheureusement vu que sa main est collée à son autre main j’ai l’impression qu’il a échoué.

Il commence à saigner du nez et me défie du regard comme si ce n’était pas terminé jusqu’à ce que je tende la main en direction de son cou et que je demande à Juliette de faire son office. Une fois puis deux et ainsi de suite. Juliette le mord sans ménagement tandis que je la regarde faire.
A partir de là, il paniqua complètement en me proposant toutes sortes de choses comme de me laisser gagner le duel, qu’il soit mon esclave ou encore qu’il me donne tout ce qu’il a de valeur pour que je l’épargne en me disant que la Tour me condamnera si je fais ça. Je le refrappe au visage du poing pour qu’il se taise et je ne réussi qu’à me faire mal au poignet. Il se met alors à crier et je n’ai plus le choix. Je ne peux pas juste le laisser crier comme ça.
D’un mouvement j’attrape mon troisième stylet que j’avais préparé pour lui et je le frappe dans le dos avec. La lame transperce l’armure et le corps. A travers le lien je peux sentir Juliette jubiler de me voir faire et sentir Micha avec horreur détourner le regard.
J’imagine que cette fois ci j’ai fini par le faire, je suis devenu un meurtrier.

Léon tente de parler mais il ne fait que balbutier et petit à petit sa voix s’éteint alors que du sang coule à travers de son armure sur le sol. Il ne bouge plus et ne parle plus. Sa respiration devient plus légère puis finit par s’éteindre à son tour. Ma main reste figée sur le manche du stylet et semble ne pas vouloir s’en détacher. J’attends encore quelques instants pour m’assurer que c’est bien terminé. Tout est figé autour de moi, il n’y a plus que le rideau blanc de la brume et le silence. Il ne reste plus que moi, debout, muscles tendus et dents qui grincent à cause de ce que je viens de faire, mais je n’ai pas le temps d’y penser.

C’est fini et je dois me débarrasser du corps, ensuite…
Soudainement une sorte de nuage noir et rouge commence à sortir de la blessure dans le dos de Léon et remonte la lame de mon stylet à toute vitesse pour « entrer » dans ma main. La sensation est douloureuse comme si de l’électricité était en train de me remonter le bras lentement pour finir par arriver à mon cœur avant de disparaître. Sous le choc un bruit de jouet cassé sort de ma bouche et je n’arrive pas à lâcher le stylet pour échapper à cette sensation. Je ne peux rien faire d’autre à part endurer.

Juliette et Micha me demandent ce qu’il se passe à travers le lien, mais je n’en ai absolument aucune idée et je finis par comprendre qu’elles sont elles aussi touchées par le phénomène à travers le lien. Je n’avais jamais vu dans son dossier qu’il relâcherait un truc pareil à sa mort. Juliette finit par paniquer très rapidement et se jette sur mon bras pour me mordre comme si ça pouvait changer la situation, mais ça ne s’arrête pas.
A travers le lien je peux sentir Juliette et Micha souffrir autant que moi et alors que je suis sur le point de tomber inconscient, tout s’arrête et je tombe en arrière. Je prends une grande bouffé d’air à plusieurs reprises et je tousse. Juliette et Micha semblent être choquées de leur côté et restent silencieuses, mais je pense que comme moi, elles ont besoin de quelques instants pour encaisser ce qui vient de se produire.

Je me redresse pour voir apparaître devant moi dans la brume la silhouette de Naubod, les bras croisés qui me regarde en souriant.

« Bien joué le bleu. »

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant