La chasse est ouverte

J’escalade un toit pour rejoindre Naubod. Celui-ci m’attend en mangeant une pomme sans vraiment trop se préoccuper de mon arrivée qu’il regarde du coin de l’œil.

  • Tu en as mis du temps pour venir. ‘Fin c’est pas comme s’il allait bouger.
  • Je devais régler quelques affaires.

Sur mon dos se trouve l’arbalète que je suis allé chercher avant-hier et que j’ai pris le temps d’essayer. Je n’ai plus beaucoup de temps devant moi pour l’assassiner en tout cas. Peut-être que ce soir sera la bonne, peut être que non.

« Pour l’instant il est dans la maison de sa guilde, mais dans une heure il devrait sortir de là pour aller dans un bar du quartier des voleurs. »

Ce qui veut dire qu’en somme je suis venu jusqu’ici pour rien. L’endroit où se trouve sa maison de guilde se situe du côté de la tour des Guerriers. Vu le nombre de fenêtres allumées celle-ci est loin d’être vide, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. Je m’installe à côté de lui en attendant que Léon sorte de sa tanière. Bien sûr, j’ai déjà pensé à y entrer pour aller le chercher dans son sommeil, mais c’est une mauvaise idée. Trop de monde et trop de risques.
J’en profite pour poser quelques questions sur ce qu’il a fait d’en la journée, mais Naubod n’a rien à me dire de particulier.

Une demi heure se passe en suite et je réajuste ma tenue. J’ai troqué ma chemise blanche trop ample et mon pantalon pour un débardeur noir et une sorte de sarouel pourpre. Niveau pratique je pense avoir fait le bon choix et le seul souci est de camoufler Juliette, mais temporairement celle-ci sera enroulée autour de mon cou en dessous de l’écharpe. J’ai aussi fait en sorte de pouvoir accrocher l’arbalète dans mon dos avec un anneau et une lanière en cuir.
Enfin passons. L’attente fut plus longue que prévue, mais ma cible finit par sortir de la maison, malheureusement avec deux autres personnes.
J’ai bien réfléchi à la situation et ça serait plus simple s’ils n’étaient pas là. Le tuer à l’arbalète pourrait s’avérer difficile, mais le pire serait qu’il soit réanimé par un prêtre à cause de ses compagnons. Pour ça je dois aussi faire disparaître le corps. Je n’ai pas spécialement envie de le découper suffisamment pour que ce soit impossible de le ressusciter, mais je n’aurai sans doute pas d’autre choix. Un sort de résurrection coûte cher, mais vu que sa guilde a les moyens de s’offrir une maison, je ne veux pas prendre de risque.
Naubod se met alors en route et décide de descendre du toit et de suivre le groupe dans les rues à une distance raisonnable. Vu ma tenue et même s’il n’y a pas grand monde dans les parages je pense éviter de me déplacer ailleurs que sur les toits. Ce serait sans doute un peu trop suspicieux. Je décide d’envoyer Micha avec Naubod pour pouvoir les suivre sans trop de problème tout en passant par d’autres chemins. Je sais vers où il se dirige vu que pratiquement tous les soirs il va au même endroit.

Je dois dire que cette situation me rappelle beaucoup le test d’entrée pour la classe des assassins, mais j’ai plus d’expérience qu’avant. Nerys ne serait probablement pas d’accord puisqu’en un peu plus d’une semaine je n’ai pas du faire trop de progrès de son point de vue. Cependant vu ce que j’ai réussi à accomplir, ça reste un pas de géant pour moi, mais est ce qu’il sera suffisant pour pouvoir le tuer ?

Je continue de suivre de loin le groupe qui finit par arriver au bar du quartier des voleurs. C’est impensable que j’y rentre alors après avoir récupéré Micha, j’escalade une bâtisse et je décide de ne pas bouger pour l’instant. Juliette descend sur mon bras pendant que je patiente en caressant la tête de ma souris. Les deux semblent prêtes à me soutenir quoi qu’il arrive, mais je ne souhaite pas les mettre en danger. Elles ont bien compris et ne feront pas les difficiles.

Je dois à nouveau attendre en tout cas et les derniers jours je n’ai fait qu’observer Léon de loin, peut-être que ce soir sera le bon. Naubod lui est parti sur un autre toit d’où il pense voir l’intérieur du bar.

*

Je m’allonge sur les tuiles et je regarde les étoiles en laissant Micha et Juliette libres de guetter chacune leur tour l’entrée du bar. C’est toujours un plaisir de pouvoir se détendre comme ça. Même s’il n’y parait pas trop, la pression se fait sentir. Je ne sais pas comment prendre l’idée de devoir tuer quelqu’un. J’essaye d’éviter d’y penser, mais inévitablement je vais devoir y réfléchir, maintenant ou après… sans doute beaucoup après.
A moins que tout se passe bien, mais si c’est le cas j’aurai l’impression d’avoir un problème. Est-ce que ça va voudra vraiment dire que je suis fait pour ça ? Sur terre il y a toujours eu des histoires de personnes pour qui tuer son prochain ne faisait rien.
Je ne compte pas me lancer dans une grande réflexion philosophique, mais j’imagine que ce côté prédateur que la civilisation a retiré à l’homme est toujours là, caché au fond.
Et si j’ai besoin de cet instinct de prédateur alors je n’ai pas à m’inquiéter, j’ai Juliette pour ça. Même si ça fait longtemps qu’elle ne l’a pas fait, je sais qu’elle n’hésitera pas à utiliser le lien pour me pousser à en devenir un. Il suffira juste qu’elle me guide un peu.
Je la regarde quelques instants et j’ai l’impression à la lueur dans son regard qu’elle comprend et qu’elle sait exactement à quoi je pense. A travers le lien je peux sentir une forme de contentement de sa part comme si elle savait que son heure approche.

Du coin de l’œil je peux voir Micha qui frissonne comme s’il elle avait senti quelque chose de déplaisant. Ce n’est pas le genre de chose que j’aurais remarqué d’habitude dans la pénombre, mais je pense que c’est cette nouvelle compétence qui fait son effet. Je n’ai pas eu le temps de voir le changement. Les compétences ont l’air d’être obtenues en fonction de ce que je fais durant mes entraînements.
J’ai aussi cru comprendre que plus la situation me pousse à aller dans mes retranchements et plus j’ai de chances d’en obtenir une dans un domaine avec lequel j’ai une affinité.
J’imagine qu’un grand livre avec toutes les compétences et les façons de les obtenir doit exister et me permettrait de me donner une direction pour faire de moi un grimpeur hors du commun. Mais je ne sais pas si c’est une bonne chose. Après tout, je crois qu’il existe un dicton qui dit quelque chose du genre « Maître de tout, Roi de rien ».
Cumuler des compétences pourrait être une bonne idée, mais je pense que laisser les choses se faire…
D’ailleurs c’est mon corps, mon esprit ou la tour qui décide des compétences ? Le plus simple est probablement de m’implanter directement le « truc » qui me permet d’utiliser les compétences, mais j’imagine que je demanderai ça à Cyrus une autre fois. C’est probablement implanté en moi, mais ce serait bon de savoir s’il y a des limites au système etc.

*

Le ciel est vraiment magnifique ce soir, il n’y a pas de lune et pas de nuages sur lesquels peuvent se refléter les quelques lumières provenant des torches au pied de la tour. En somme je suis invisible. Je sais bien que ce n’est pas tout à fait le cas puisque de temps à autre je peux entendre des gens qui se déplacent sur des tuiles et certains peuvent probablement me voir. On est dans le quartier des voleurs et ça ne m’étonne pas vraiment qu’à cette heure là des gens puissent s’entraîner ou se préparer à un vol ou encore autre chose à laquelle je n’ai pas pensé. Tant qu’ils ne s’approchent pas je n’ai rien à dire.

J’attends encore quelques temps et il finit par sortir après au moins trois quatre heures, Il n’est pas seul bien entendu mais j’ai bien lu mes fiches. Je sais qui ils sont ainsi que leurs classes, mais ce n’est pas ce qui importe ici. Si je veux le tuer lui, alors je dois me débarrasser des autres. Un bon plan fait toute la différence entre nos niveaux et puisqu’il semble vouloir rentrer à la maison de guilde, je sais exactement quoi faire et je pars en avant en faisant un signe à Naubod que je vais bientôt commencer et qu’il devrait partir. La décision est facile à prendre, ils ne sont pas aussi nombreux que d’habitude et je n’ai plus beaucoup de temps devant moi avant le duel.
Naubod hoche simplement la tête et me fait un signe de loin en souriant, ce que je définirais venant de lui comme « Amuse toi bien ».

Je me mets alors en marche en passant de toit en toit. Devançant en contre bas le groupe ivre où le chevalier se trouve. Je ne sais pas pourquoi, mais à cette instant je me rappelle d’une chose que j’ai entendu il y a très longtemps et que je ne comprends pas vraiment aujourd’hui encore. Sans doute pas au sens qui est censé être donné à cette phrase quand je l’ai entendue. Pourtant elle me vient en tête et je n’arrive pas à l’effacer de là.
En tout cas, il est sans doute temps pour moi de devenir le prédateur.
Je peux sentir cette sensation venant de Juliette et je commence à ouvrir le lien avec elle pour que ce sentiment m’emplisse à mon tour, afin qu’il n’y ait plus de toute ni d’hésitation quand le moment viendra. Micha peut le sentir et même si elle ne semble pas heureuse de partager ça, elle semble le comprendre et elle me fait sentir qu’elle aussi est prête.

Alors ce soir j’imagine que je peux le dire, la chasse est ouverte.
Et comme l’avait dit Orion la première fois que je suis entré dans la tour des Rangers, la chasse est éternelle.

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant