Cage à souris

A l’intérieur je ne vois pas Fae et ça m’étonne un peu. C’est bien la première fois qu’elle n’est pas là pour m’accueillir. Ce qui veut dire qu’il y a un autre élève ? Vraiment ? Finalement je ne suis pas tout seul dans cette classe ? Je me dirige vers la salle habituelle où se passent les cours et à l’intérieur je peux entendre la voix d’une personne qui parle toute seule. Une voix d’homme en colère. Soudainement une main se pose sur mon épaule. Je me retourne et découvre Fae.

  • Ça faisait un moment. J’espère que tu n’as pas négligé ton entraînement avec Juliette depuis la dernière fois.
  • Désolé d’avoir disparu aussi longtemps, c’est juste que l’entraînement d’Assassin m’a empêché de me déplacer et j’ai du rester là bas toute la semaine.
  • Je vois. Ne t’attends cependant pas à ce que je m’attendrisse avec toi à cause de ça. Tu es un Dresseur avant tout non ?
  • Oui…

A l’intérieur de la pièce je peux entendre des meubles se renverser et des cris de colère. Je m’apprête à entrer, mais Fae pose sa main sur la mienne et me le déconseille en soupirant. C’est d’après ce qu’elle me dit un nouvel arrivant, mais il doit passer l’épreuve des souris par lui-même pour prouver qu’il souhaite vraiment être Dresseur. Je comprends mieux la situation, mais en même temps je m’inquiète un peu puisque dresser des souris ne devrait pas être aussi « violent ».
Fae retire sa main de la mienne quand elle comprend que je veux voir ce qu’il se passe dans la pièce malgré tout.

« Ne le regrette pas plus tard. Ce n’est pas le premier dans son genre. »

Ma main se fige quelques instants sur la poignée. A cause de Fae je commence à m’inquiéter. Ce n’est pas le « premier » d’accord, mais pourquoi ? Elle me donne la clé que je tourne doucement à l’intérieur de la serrure pour déverrouiller la porte, puis j’ouvre doucement pour voir ce qu’il se passe à l’intérieur en lui murmurant de ne pas s’en faire.
J’aurais du l’écouter.
A l’intérieur, la pièce est dévastée. Les meubles sont retournés, des papiers sont répandus sur le sol et en plein milieu semble se tenir une sorte de chevalier avec son épée à la main qui frappe à répétition sur quelque chose à ses pieds. Par terre se trouve la cage à souris complètement broyée. Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé et pourquoi la pièce est dans cet état.

« Qu.. »

Le chevalier se retourne dans ma direction en m’entendant et marche vers moi. Il ouvre la porte en grand alors que je suis encore en train d’essayer de comprendre la situation. Il m’attrape par le harnais et me jette à l’intérieur de la pièce sans ménagement.

  • Oy, la Gardienne. J’en ai marre de jouer avec des souris, j’ai déjà dit ce que je voulais alors contente toi de me l’apporter. Je n’ai pas de temps à perdre avec des broutilles.
  • Ce n’est pas comme ça que ça marche. Tu ne pourras pas avoir de loup, de tigre ou quoi que ce soit avec ton attitude.
  • Oui oui, c’est ça. Apporte moi ce que je te demande au lieu de m’enfermer dans cette pièce. Ne me mets pas dans la même case que le reste des débutants que tu vois venir ici.

Pendant que le chevalier discute avec Fae, je me redresse. Micha et Juliette n’ont rien. J’ai eu du mal à retenir Juliette qui était sur le point de le mordre, mais tant qu’il s’agit de me bousculer et pas de m’attaquer, je n’ai aucune raison de le faire. Je soupire en me relevant. Autant je suis prêt à accepter que Nerys me jette par terre, autant je n’aime pas l’attitude de ce gars. Je regarde à l’intérieur de la pièce. J’aurais probablement pu l’esquiver avec le boost, mais j’étais un peu trop stupéfait de voir la pièce saccagée comme ça.
Micha descend de ma poche et semble se diriger vers un petit tas par terre que je n’avais pas remarqué. J’essaye de comprendre qu’est ce que c’est et quand je finis par comprendre…
Je déglutis et je regarde le reste de la pièce et que j’en remarque d’autres. L’épée du chevalier est teintée de quelques marques rouges et même si je ne doutais pas que c’était lui qui avait fait ça, c’est maintenant sûr et certain.

Après avoir passé autant de temps avec Micha. Après être passé par la case dressage de souris en arrivant dans la classe de Dresseur. Ce que je vois est impensable. Toutes les souris qui étaient dans la cage sont mortes. Elles ne sont pas juste mortes et c’est ça le pire. Le corps de celle où se trouve Micha est sans doute le plus entier du groupe. Coupé en deux, démembré, décapité, écrasé. La dizaine de souris qui était dans la cage sont mortes et je ne sais pas quoi dire ni quoi penser.
Quelque soit celle que je regarde, elles ont toutes eu droit à une mort violente et je n’arrive pas à penser autre chose qu’au fait qu’elles ressemblent toutes à Micha. Du dégoût et de la tristesse m’arrivent du lien avec Micha, de mon côté, je ne comprends pas pourquoi il a fait ça et me contente d’observer la scène sans savoir comment réagir. Est-ce qu’il était irrité à ce point de devoir dresser des souris qu’il n’a rien trouvé de mieux à faire que de ravager l’endroit et les massacrer pour « passer le temps » ?

« Oh ? J’en ai raté une ? »

Le simple son de sa voix me dégoûte. Je me tourne en direction de la porte et voit le chevalier qui s’avance en brandissant son épée en direction de Micha. Ma Micha. La souris avec laquelle je partage ma vie à présent. Par réflexe j’active mon boost d’agilité et sors mes stylets des fourreaux dans mon dos. D’un bond je me place entre lui et Micha alors qu’il se jette en avant. Je ne saurais dire quoi, mais sur son visage je peux voir une forme de sadisme que je n’arrive pas à supporter.
Je bloque son épée et il semble se moquer de moi tandis que je résiste du mieux que je peux à la pression de son épée.

  • C’est la tienne c’est ça ? Laisse moi te débarrasser d’un truc aussi inutile. Tu me remercieras plus tard.
  • Ghh. Pourquoi massacrer des souris ?
  • Oh ? Tu tiens à ce point à ces petites choses ? Pourtant sur Terre ce ne sont que des saletés bonnes à chier partout.
  • On… est plus sur Terre.
  • Pff. Une souris est une souris. Tu penses vraiment avoir une chance de survie avec un animal pareil ? Aller. Rien qu’un petit coup de pied et tu seras débarrassé. Tu pourras t’intéresser à une vraie classe comme Barde qui sera à ton niveau de dresseur de souris…

Soudainement l’air dans la pièce semble se refroidir et la lumière vacille. Ce n’est ni lui ni moi qui en sommes la cause. Derrière lui je peux apercevoir Fae, mais pas la même Fae que je connais. Une Fae beaucoup plus impressionnante qui juste avec son regard me remplit d’effroi.

« Maintenant ça suffit. Que tu tues des souris, très bien. Que tu me cries dessus et me manques de respect, je l’accepte encore. Mais que tu t’en prennes à l’animal d’un dresseur devant moi était la dernière erreur à ne pas commettre. »

Le chevalier se contente de ricaner en entendant ça. D’un mouvement de son épée il me fait reculer comme si je n’avais jamais posé problème et se tourne en direction de Fae. Je suis prêt à faire attaquer Juliette qui est cachée dans ma manche si besoin, mais vu la réaction de Fae je pense que je n’aurais pas besoin de faire ça. C’est une Gardienne et aujourd’hui je le vois clairement. Quelqu’un aurait pu avoir un doute sans la voir dans cet état, mais maintenant c’est très clair qu’il ne faut pas l’énerver et je ne comprends pas pourquoi il insiste. Je recule de quelques pas et demande à Micha de remonter rapidement.

En un instant sans que je puisse dire si elle s’est jetée en avant ou téléportée, Fae se retrouve avec la main autour du cou du chevalier qui se contente de s’exclamer sous la surprise tandis qu’elle appuie fermement sur sa gorge et serre de plus en plus. Quelques secondes plus tard elle le jette à l’extérieur de la pièce et il frappe lourdement le mur avant de tomber par terre.
La surprise se lit sur son visage tandis qu’il regarde Fae.

« Tu as une minute pour disparaître et ne t’avise pas de revenir ici. »

Le chevalier semble alors avoir un rictus de colère et se redresse pour partir. Mais avant de s’en aller celui-ci dira juste une phrase à l’attention de Fae.

« Ce n’est pas fini. »

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant