Administrateur

Corps : J’ai retiré les écailles !
Bien joué.
Maggy : Cela mérite des félicitations.
Maggy 2 : Bon, c’est pas trop mal, je crois.
Corps : Pourquoi est ce que vous réagissez comme si je ne faisais rien d’important ?

Corps a finalement terminé d’écailler le Dragon de feu.
Je vais finalement pouvoir manger.
Je me demande quel goût il a ?

Quelque chose se passe à côté de moi.
Une distorsion de l’espace ?
Même si c’est la première fois que je ressens ça, j’ai l’impression que c’est ça.
C’est ce qui s’appelle un « Transfert ».
Quelque chose est en train d’être téléporté ici.

Je ne peux rien faire contre.
Vu le niveau de ma « Magie Spatiale » je ne pourrais rien faire contre quelqu’un qui utilise la fonction avancée de Transfert.
Il est apparemment capable de l’utiliser parfaitement vu la qualité du Transfert d’après ce que je ressens.

Le plus gros problème c’est que la personne qui se transfère ici utilise la magie.
En d’autres mots, il a l’intelligence de le faire.
Jusqu’à présent, je n’ai rencontré aucun monstre se servant de magie.
Le Dragon de feu ne s’en servait pas même s’il en avait la compétence.
Ou plutôt il ne s’en ai jamais servi de son existence.

Quand on y pense, l’utilisation de magie n’est pas naturelle.
On doit d’abord passer par la construction du sort pour pouvoir s’en servir.
C’est nécessaire d’en avoir conscience pour pouvoir le faire.
Dans le cas du Dragon de feu, c’était bien plus efficace de faire une boule de feu que de la construire en se servant de magie.
Il y a sans doute des espèces qui se servent de magie chez les monstres, mais il y a aussi des compétences très simples qui sont plus faciles d’utilisation que la magie.

Mais la personne qui se téléporte ici peut utiliser un sort compliqué. Ce qui veut dire que la personne qui vient est déterminée à venir rapidement pile poil où je me trouve.
Et pourquoi ?
Il n’y a que moi ici.
Si c’est bien ce que je pense, alors il ou elle vient pour moi.
Se téléporter ici par accident est impensable.
J’en conclus cela en me servant de « Pensée accélérée » et me prépare à me battre.

L’espace se fissure et un homme apparaît.

C’est un homme noir. C’est son trait le plus marquant, le noir.

Une armure souple qui donne l’impression d’avoir fusionnée avec son corps.
La peau du visage qui est la seule peau apparente est elle aussi noire. Les cheveux aussi.
Par contre, les yeux sont étrangement rouges.

Je m’en rends compte au moment où je vois son visage.
Je ne pourrais pas gagner.
Il est à un niveau totalement différent de moi.
Et ce qui le prouve …

[Analyse Impossible]

… sont ces mots.

Mais pour autant je ne me sens pas en danger.
J’ai même l’impression qu’il y a une sorte de lien entre nous.
D’une façon étrangement irritante.
Pourquoi ?
Ça devrait être ma première rencontre avec lui pourtant.
Quand quelque chose comme ça apparaît soudainement, je ne devrais pas ressentir ce genre de chose.
Alors quel est ce sentiment ?

[ ******************** ?]

L’homme dit quelque chose.
Mais c’est une langue que je n’arrive pas à comprendre
Je penche ma tête sur le côté sans faire exprès.

[+++++++++++++++++ ?]

L’homme dit autre chose.
Non, en japonais si possible.
Sinon je n’arriverais pas à comprendre.
Je ne parle pas la langue de ce monde.

L’homme fronce les sourcils.

Hmm.
Pour l’instant, il n’a pas l’air de vouloir se battre. Qu’est ce que je devrais faire ?
Pour être honnête, je ne comprends pas ce qu’il dit et même si c’était le cas, je ne peux pas parler. Même si c’est possible de communiquer en écrivant, je ne connais pas l’écriture de ce monde.
En tout cas, c’est impossible de se comprendre.

Je suis perplexe. Il semble être dans la même situation que moi.

Quelque chose tombe alors entre moi et l’homme alors que nous sommes dans une impasse.

C’est un smartphone.

Huh ?
Non, non.
Je ne sais pas pourquoi c’est un smartphone, mais comment est il apparu comme ça devant moi ?
Il est apparu soudainement sans que Détection ne remarque quoi que ce soit.

« Bonjour. C’est l’administrateur, D »

Une voix soudainement retentit depuis le téléphone.
Elle est en plus en double.
L’une est en japonais et l’autre dans une langue que je n’ai jamais entendu avant.
Ah, non, ce ne serait pas la langue qu’utilisait l’homme tout à l’heure ?

[***** !? ]

Ah, l’homme dit quelque chose tout en étant surpris.
Ce qui veut dire que l’autre langue est bien celle qu’il parlait tout à l’heure.

« Oui. Je suis D. Kumo-san, s’il te plait attend un instant. »

Ah, ok.
J’attends puisqu’on m’a dit d’attendre.
La voix dans le smartphone parle à l’homme dans l’autre langue.

La voix dans le smartphone est celle d’une femme.
Même si elle a l’air incroyablement douce, je me sens mal à l’aise quand je l’entends.
Une voix pareille.
C’est effrayant puisque la voix a toujours le même ton.
Attendez ?
Le visage de l’homme change à mesure que la discussion avance.
Même si ce n’est pas une réaction hors norme. Le milieu de son front se ride et il ouvre en grand ses yeux.

Ensuite, l’homme laisse échapper un grand soupir et se retourne soudainement. Il utilise ensuite la magie spatiale et disparait comme ça.

Il ne reste plus que moi et le mystérieux téléphone.

« Je suis désolée de t’avoir fais attendre. Mais puisque je viens de lui parler, il ne cherchera pas à te rencontrer à l’avenir. »

Ah, vraiment ?
Mais avant ça, qui es tu ?

« Je suis D »

Ah, oui.
!?
Une seconde !?
Tu lis dans mon esprit ?!

« Oui, c’est ce que je fais »

C’est une violation de mon intimité !

« Puisque tu ne peux pas parler, c’est une mesure temporaire. Normalement je ne vais pas jusque là avec toi. »

Avec toi… Cela veut dire que l’on me surveille ?

« Je préfère appeler ça observer. Dire que je suis un spectateur convient sans doute mieux. »

C’est pareil.
Pour faire court tu es un stalker

(note : Stalker = quelqu’un qui est obsédé par vous et qui agit en conséquences)

« C’est cela. Après tout je ne me lasse pas de te regarder. »

D, je m’en souviens maintenant. C’est le nom que j’ai entendu quand j’ai obtenu « Savoir ».

« Oui. C’est une récompense pour toi qui travaille si dur. Je suis contente de voir que tu t’en sers aussi bien. »

Quel est ton but ?

« C’est juste du divertissement. »

Huh ?

« Juste du divertissement. Tu n’as pas besoin d’y voir une autre raison. »

Tu es sérieuse ?

« Oui. Après tout je suis le pire Dieu Diabolique de ce monde. »

….Cette personne ne me dit rien de bon.
Elle est sérieusement dangereuse.
Ce n’était pas juste mon imagination quand j’ai ressenti de la peur tout à l’heure en écoutant leur conversation.
Cette personne est très clairement un Dieu du mal.
Elle n’a l’air de voir ma vie que comme un divertissement qui prendra fin quand je mourrai.

« Même si tu le dis d’une façon très négative, tu n’as pas tort. »
Est-ce que ce monde a été fait uniquement pour que tu te divertisses ?

« Non. Pour ce monde je ne suis qu’une étrangère, quelqu’un d’ailleurs. »

Qu’est ce que tu veux dire ?

« Je ne dirai rien de plus. Si je le faisais, je m’ennuierais après. »

Pour ne pas perdre ton jouet.

« Oui. Du coup, continue à te battre contre tous et continue de me divertir. Il y aura peut-être une réponse à tes questions à la fin de ta route. »

Dire des choses pareilles sans même me demander mon opinion.

« A la prochaine »

Le téléphone disparaît sans que je puisse ressentir de changement dans l’espace.

Ceci conclua ma rencontre avec l’Administrateur D et l’Administrateur nommé Kuro.

(Correction Kasaya)

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant