Dresseur de Serpent 4

Ahem. J’accuse le coup et manque de tomber dans les pommes. C’est extrêmement violent pour moi et totalement différent de ce que j’ai pu vivre avec Micha. Je mobilise tout ce qu’il me reste de force pour rester conscient et j’échoue lamentablement pendant une dizaine de secondes avant de me redresser en me forçant à me réveiller.
J’arrive cependant à ne pas tomber par terre et arrive à rester assis.

Plusieurs minutes passent et je me rends compte que je vais avoir besoin d’antidote. Je ne peux plus bouger mon bras gauche et mon bras droit répond à peine sans parler de l’état du reste de mon corps. J’attrape l’antidote que j’avais posé judicieusement par terre et soulève difficilement le récipient jusqu’à mes lèvres.
Je finis par absorber la première gorgée et l’effet est pratiquement immédiat. Je commence à me sentir mieux à chaque nouvelle gorgée jusqu’à ce que je finisse par avoir l’impression d’avoir chassé le venin de mon corps. Il ne me reste que le mal de crâne causé par la création du lien.

Parlons du lien justement. Venant du serpent je peux sentir une sorte de contentement, pas spécialement à l’idée d’être « dressé », mais plutôt parce qu’il a l’air d’avoir trouvé sa position favorite. Apparemment mon bras gauche lui convient parfaitement et il n’a pas bougé d’un centimètre depuis la formation du lien. Je le salue en me servant du lien et il semble m’ignorer et ne pas vouloir me répondre ce qui est un peu vexant. Je veux bien croire que ce serpent soit différent de Micha, mais il pourrait au moins essayer de communiquer avec moi d’une quelconque façon. Je me doute que ce sera d’une façon un peu plus brouillon que celle de Micha puisque j’ai déjà atteint le niveau deux du lien avec elle, mais j’attends quand même un peu plus de notre relation que de savoir qu’il est bien installé sur mon bras. D’ailleurs je dis « il », mais je ne connais même pas son sexe. Je décide d’ouvrir ma fenêtre personnelle et d’appuyer sur le mot Serpent qui vient d’y apparaître. A l’intérieur je peux voir que le sexe est féminin. Bon, ce sera une deuxième fille. Une fille avec une expression extrêmement sérieuse… C’est la deuxième fois que j’y pense, mais ça va rendre toutes les communications ironiquement drôles avec elle. Dès qu’elle voudra me dire quelque chose se sera forcément avec beaucoup de gravité.
C’est un des traits physiques de la race avec cette couleur sombre d’après ce qu’elle partage avec les autres serpents qui étaient dans son vivarium. Je décide de me lever en lui disant de bien s’accrocher, mais elle ne répond même pas et se contente de soupirer de plaisir en répétant encore qu’elle a trouvé la position parfaite avec son air toujours aussi sérieux. Ça me gène de voir qu’elle puisse m’ignorer autant, mais j’imagine que ça finira par se calmer sous peu. Je dois encore établir le contrat avant de pouvoir sortir de là. Il faut déjà que je lui trouve un prénom. Si j’en crois la logique que j’ai tenue jusque là… Elle devrait s’appeler soit Golf, soit Hotel, soit India. Tout ça n’est pas très féminin. Donc faisons une entorse à ma règle et appelons la avec la lettre suivante « J » puisque d’après mes connaissances le « J » est là pour « Juliette ».

Je lui demande à travers le lien si cela lui convient et j’obtiens une petite réponse neutre, mais presque positive. Ce que je pense pouvoir prendre pour un oui de sa part pour le moment. Je me dirige vers la sortie de la cage centrale où je laisse les deux autres serpents tranquilles.

Je n’ai pas spécialement envie de les approcher vu le nombre de morsures que j’ai subies depuis que je suis là et franchement je me sens trop groggy pour les remettre dans le vivarium. Si possible j’aimerais bien ne plus jamais me faire mordre, mais je pense que j’en demande trop en étant propriétaire d’un serpent.

J’emmène Juliette avec moi et vais m’installer sur le sofa. Le mouvement me rend légèrement malade puisque Juliette se retrouve la tête en bas et que je peux ressentir toutes les sensations à travers le lien. Bon, ça ne la dérange pas trop et j’imagine que je vais devoir m’y faire puisqu’elle n’a pas l’air de vouloir bouger de là. C’est sans doute parce que le lien n’est pas encore stable que j’ai cette sensation de vertige. Elle avait commencé à s’effacer avec le temps.

Je sors le repas que Falco m’a fait ce matin de mon inventaire et commence à manger en me servant uniquement de ma main droite. Juliette reste immobile et se contente de serrer et desserrer sa prise sur mon avant bras. Au moins je n’ai pas à m’inquiéter qu’elle ne le serre trop fort jusqu’à ce que le sang ne circule plus. Je bouge légèrement le bras gauche pour voir, mais son poids n’est pas trop dérangeant. Vu la manière dont elle s’est enroulée je n’ai pas non plus de problème au niveau du coude pour le plier. J’ai l’impression que Micha a sa poche en cuir et que Juliette aura sa place sur mon avant bras, mais ça c’est uniquement quand le contrat sera établi.

Je mange mon repas en tendant périodiquement dans sa direction de la nourriture pour voir ce qu’elle souhaite manger, mais elle ne semble pas intéressée, même par les œufs que j’avais gardés dans ma besace.
J’espère qu’elle fait juste la difficile parce que je ne sais pas comment je vais faire. Le lien ne me donne pas trop d’informations sur elle pour l‘instant et j’aimerais vraiment qu’elle se concentre sur moi un peu plus. J’ai presque l’impression qu’elle voulait créer un lien avec mon avant bras et pas avec moi…
J’essaye de communiquer à travers le lien et elle finit par me répondre après plusieurs minutes. En tournant sa tête dans ma direction et en me regardant avec son air sérieux.
Bien. Je me présente auprès d’elle. Maintenant que j’ai vraiment son attention je dois la conserver et mettre les choses au clair. Si je dois faire connaissance avec pour pouvoir créer un contrat alors autant commencer tout de suite.

J’ai déjà un lien ce qui veut dire qu’elle a reconnu mon existence suffisamment pour que l’on partage nos sentiments, nos sensations et nos pensées. Ce n’est sans doute pas très agréable pour elle vu ce que je reçois à travers le lien et elle prend ça comme une agression.

*

Pourquoi est ce que le lien existe ? Sérieusement ? Quoi que je fasse elle ne m’aime pas, elle n’a pas faim, ne veux pas communiquer avec moi et me fait subir ses informations sans me donner l’impression d’écouter les miennes.
J’ai l’impression que je vais devoir être plus méchant avec elle si ça continue comme ça.

Pour le moment j’essaye de lui expliquer qui je suis et ce que je compte faire dans la tour et avec elle en la considérant comme une membre de ma famille, mais elle fait preuve d’une indifférence animale et c’est comme si j’essayais de parler à un poisson rouge qui se contente de faire des tours d‘aquarium. Je sais pertinemment que ce n’est que de là provocation à cause du lien, mais elle ne doit pas encore comprendre comment celui-ci fonctionne sinon elle le cacherait, ou alors elle fait juste ça pour m’énerver.
Sans doute un peu des deux.
Pour le moment je sais qu’elle apprécie l’endroit ou elle s’est installée et je devrais peut être jouer là-dessus pour la faire réagir.

Premièrement, je lui fais comprendre à travers le lien que si elle ne coopère pas avec moi elle ne pourra pas rester là où elle est et que je devrais me séparer d’elle et qu’elle n’aura qu’à retourner dans son vivarium avec les autres serpents. Je peux voir un mouvement de son œil droit en direction de mon visage et un soupçon de surprise à travers le lien. J’ai l’impression que je vais pouvoir la faire chanter avec ça, mais je préfère quand même qu’elle décide d’elle-même de me rejoindre.
Je continue quelques minutes en reprenant depuis le début et en expliquant le plus clairement possible ce que je veux d’elle et de notre lien.
La communication est compliquée, le lien entre Juliette et moi n’est pas du tout le même que celui que j’ai avec Micha, sans parler du fait qu’elle y met beaucoup de mauvaise volonté et qu’elle fait la sourde oreille pour m’énerver.
Après plusieurs minutes à tenter de dialoguer avec elle je ressens quelque chose à travers le lien qui ressemble à un « Meh » avant qu’elle ne se désintéresse de moi et pose sa tête sur mon avant bras comme pour dormir.

La journée risque d’être longue.

Chapitre précédent | Index Chapitre Suivant