La grande guerre Homme-Démon 4

[Héros Julius]

Je brandis mon épée sur les Démons qui m’attaquent.
Nous avons attaqué l’armée des Démons qui attaque le fort de flanc en tant qu’unité indépendante de la défense principale.
Au début, nous nous sommes contentés d’un combat défensif depuis l’intérieur du fort, mais puisque la situation ne cesse d’empirer, nous avons changé de stratégie et commencé à attaquer.
Même si nous pouvons encore nous battre ce n’est pas le cas des autres détachements qui ne tiennent pas longtemps en défense.

Du coup, nous avons décidé de tenter une percée dans l’armée ennemie.
Si elle se passe bien, nous arriverons à traverser les lignes ennemies et atteindre le général des Démons.
Si nous arrivons à tuer le général alors c’est possible de retourner la situation en notre faveur.

Un démon s’avance vers moi en criant dans la langue des Démons. Même si je ne sais pas ce qu’il dit ça ne m’empêche pas de le couper en deux.
Je continue à avancer. Les démons devant moi brandissent leurs boucliers dans ma direction rapidement. J’envoie un coup d’épée à l’horizontale en direction des boucliers sans ralentir.
Les démons sont coupés en deux avec les boucliers.
J’anéantis tous les démons qui m’attaquent en un coup et éventuellement les Démons finissent par ne plus m’approcher.

« Laissez place ! Je ne poursuivrai pas ceux qui s’enfuiront ! »

Je crie, mais sans attendre de véritable effet et bien entendu aucun Démon ne semble vouloir s’enfuir.

« Et bien, Julius. Je ne pense pas qu’ils te comprendront si tu te sers de la langue des hommes. »

Je me sens un peu honteux suite à la réponse de Hyrinth même si nous nous trouvons en plein milieu d’un champ de bataille.

« C’est quand même menaçant pour eux de te mettre à crier comme ça. »

J’observe les démons autour de moi et je me rends compte qu’ils hésitent à m’attaquer maintenant.

« Ils sont effrayés par la force de Julius. »
« S’ils s’enfuient juste à cause de ça, alors ça ne prendra pas longtemps. »

L’hésitation des démons s’achève rapidement et un démon s’approche de moi.

« Le Héros c’est ça ? »
« Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un me demande ça en langue humaine. C’est bien ça. Je suis le Héros, Julius Zagan Anareich. »

L’homme démon acquiesce et sort son épée de son fourreau lentement.

« Je suis le commandant de la septième armée, Blow. Héros. A présent affrontons nous en duel ! »
« Je l’accepte ! »

Nous nous dévisageons l’un l’autre.
Les démons dans les alentours ainsi que mes camarades retiennent leur souffle et observent le duel entre moi et le commandant des démons.

C’est le commandant nommé Blow qui fit le premier geste avec un coup d’épée en diagonale depuis l’épaule.
Je réponds à son attaque en la bloquant avec mon épée et nos deux armes se croisent.
Bien que j’aie attaqué sérieusement je n’ai pas été capable de couper l’épée de Blow.

« Oi. Ce démon a arrêté l’épée de Julius. »
« Ce démon est sans doute assez fort pour que l’on puisse le considérer comme un monstre lui aussi. »

Je poursuis Blow qui a accusé le coup.
Blow esquive mon attaque à l’épée en jugeant sans doute que c’est une mauvaise idée de recevoir ne serait-ce qu’un seul coup d’épée venant de moi.
Seulement il ne peut pas l’esquiver aussi facilement.

Je relâche la lumière divine liée à mon épée.
La lumière divine est une attaque coupante accompagnée d’une onde de choc qui attaque Blow qui a esquivé mon attaque.
Etrangement, il arrive à se défendre en se servant de son épée comme d’un bouclier.

Il reprend ensuite sa posture.
Je recouvre une nouvelle fois mon épée de lumière divine et je prépare dix sphères de lumière divine en même temps.

« Julius est devenu sérieux. »
« Ça veut dire que son adversaire est extrêmement fort. »

Je donne des instructions à chacune des sphères de lumière divine qui flottent autour de moi et ensuite je les lance en direction de Blow.
Chacune des sphères bouge selon ma volonté et elles poursuivront la cible même si celle-ci esquive.

Blow semble vouloir attaquer les sphères de lumière divine.
La première sphère frappe l’épée de Blow.
La lumière divine dans la sphère se répand en un flash destructeur.

Blow prend le coup directement et se retrouve projeté en arrière.
Après ça les autres sphères explosent de la même façon sans pitié.
Je regarde les alentours tout en brandissant mon épée. Les démons semblent perdus.
Mes camarades restent calmes comme si le résultat était évident depuis le début.

« C-Ce n’est pas terminé. »

Je tourne mon regard en direction de la voix.
Blow se tient toujours debout étrangement, même si son corps est recouvert de sang.
Ses blessures guérissent en un instant.
Puisqu’il ne semble pas se servir de magie, ça ne peut pas être de la magie de soin.
Il se sert peut-être de « Traitement magique » ou encore de « Traitement Vitalisant » pour pouvoir guérir ses blessures.

« Tu ne devrais pas trop en faire. Tu devrais déjà avoir compris la différence qu’il existe entre nous. »
« Je n’ai toujours pas perdu ! Si je reviens en étant battu honteusement comme ça, je ne pourrai pas regarder Aniki dans les yeux ! »

Je vois, cet homme à un grand frère.
J’ai moi aussi un grand frère.
Mais je dirais au choix que j’ai plus la sensation d’être le grand frère de Shun que d’être le petit frère.
En étant moi-même grand frère je suis sûr qu’il préférerait voir son petit frère rentrer sans en avoir trop fait.
Je suis sûr que c’est ce qu’il penserait.

« Si tu as un frère, alors je suis sûr que tu ne peux pas te permettre de mourir ici, n’est ce pas ? Replie toi avec ton armée. Je ne vous poursuivrai pas. »
« Je ne peux pas fuir ! »

Blow charge.
Je le fais tomber par terre en un mouvement de mon épée et le pouvoir de la lumière divine détruit le corps de Blow sans pitié.

Mais, Blow se relève encore.
Encore et encore, jusqu’à ce que finalement cela s’arrête et que les blessures de Blow ne guérissent plus.

« C’est fini »
« P-Pas encore »
« C’est fini. Je t’ai prévenu et tu continues de croire que tu as encore une chance. »

J’approche Blow lentement.
Je lève mon épée doucement et l’abaisse d’un coup.

« An..ik..i.. »

Les mots étaient en langue des démons, mais je réussis à en comprendre le sens.
Cette victoire ne me laisse que de l’amertume.
Mais ressentir de la sympathie n’est pas nécessaire pour un ennemi.

Les Démons restent silencieux.
Une personne semble s’approcher de cet endroit.
Une personne blanche.
C’est la seule façon de la décrire, une fille blanche.
Et ses yeux fermés s’ouvrent lentement.

 

(Correction Kasaya)

 

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant