Le boss

La voix retentit dans le ciel et je me fige quelques instants. Bon j’ai officiellement atteint la finale. J’espère juste que la personne restante est blessée ou qu’elle va perdre à cause de l’incendie, moi, de mon côté je préfère sortir de là. Je continue à m’éloigner et d’un seul coup je m’arrête d’avancer. Littéralement, je ne peux plus avancer du tout. Je peux toujours bouger, aucun soucis, poser mon pied devant moi, pareil. Mais mon corps ne fait pas un centimètre de plus dans la direction que je veux prendre.

Ah. Cette histoire de zone qui rétrécit. J’avais oublié. C’est pour ça que j’ai l’impression de courir contre un mur dans un jeu vidéo.
J’arrête après une trentaine de secondes. C’est juste ridicule.
Non seulement je ne peux pas faire un pas de plus, mais il faut que ça soit au pire endroit possible : en lisière de l’incendie que j’ai lancé et là où se trouve le dernier candidat. Je ne sais pas combien de temps il me reste, mais je n’ai apparemment plus le choix. Je vais devoir aller l’affronter. Je fais demi tour avec un stylet en main.

J’ai sans doute l’air détendu comme ça, mais pas du tout. C’est la fin de l’exercice et je ne contrôle plus rien. Micha est fatiguée. L’incendie a largement démarré et je suis enfermé avec un candidat capable de se battre à armes égales avec un autre candidat pendant une longue période de temps ce qui veut sans doute dire qu’il est cent fois plus entraîné que moi au combat. Je ne suis pas allé voir personnellement le combat puisque je suis allé démarrer l’incendie, donc ce n’est qu’une supposition, mais je ne suis pas rassuré…
Bref je me dirige vers le centre de l’incendie une nouvelle fois. Il y a quelques ruelles qui sont encore accessibles, mais ce serait une mauvaise idée de les emprunter puisque la situation se détériore rapidement. Je n’ai plus qu’à faire face de front pour un duel final au milieu de la rue. Je me reverse de l’eau sur le crâne au cas où et réajuste le bout de chemise sur mon visage. Je ramasse ensuite quelques cailloux par terre de bonne taille avant d’avancer au centre de la rue.

0 : 33

Je regarde à droite et à gauche mais je ne vois que des flammes. Les maisons les plus proches n’ont pas l’air trop atteintes pour l’instant, cependant l’air et devenu plus lourd et plus chaud qu’avant. Le craquement du bois qui brûle se fait entendre et ça a presque quelque chose de rassurant comme changement après avoir passé autant de temps dans le silence et le calme de la zone. Enfin assez discuté.
Je continue d’avancer et demande à Micha de se mettre sur mon épaule pour surveiller mes arrières. Je ne peux pas être sûr de quoi que ce soit dans cette situation et je préférerais ne pas perdre à cause d’une attaque surprise. Je continue d’avancer jusqu’à ce que Micha me dise que je me tiens à l’endroit exact où le combat a eu lieu.

Je lui en demande vraiment trop aujourd’hui et à travers le lien je peux sentir qu’elle est à bout de force, mais qu’elle souhaite toujours m’aider. J’imagine qu’elle apprécie de se sentir utile, mais une fois que ce sera fini je la laisserais se reposer pour la journée.

Je me fige au milieu de la rue et guette un signe quelconque pendants quelques instants. Je joue avec mon épée d’une main et garde une pierre dans l’autre. Je dois en avoir environ six dans ma besace. Après plusieurs minutes à attendre, je me mets à crier un grand « Hey » qui retentit dans la rue. Je pourrais très bien attendre plus longtemps ou demander à Micha de partir en reconnaissance, mais vu que la température augmente de plus en plus et que l’air commence à me brûler les poumons c’est mieux de ne pas lui en demander plus. Je garde en tête l’idée que je ne lui ferais rien faire que je ne ferais pas moi-même et honnêtement partir explorer un incendie n’en fait pas partie.

Après quelques minutes à attendre une silhouette s’approche de moi depuis l’autre côté de la rue. Je dis à Micha de retourner dans sa poche et de ne plus en bouger quoi qu’il arrive. A mesure qu’elle approche je vois que c’est un homme aux cheveux courts et en armure avec une épée à deux mains. Il fait une vingtaine de centimètres de plus que moi et a l’air plutôt costaud, mais je me trompe peut être à cause de l’armure.
Il ne semble pas se presser et avance à son rythme dans ma direction. Grâce aux flammes de plus en plus proches je peux voir que sa cape est déchirée par endroits et qu’il a des blessures récentes sur le visage qui doivent témoigner de son combat contre l’autre candidat. Son visage est inexpressif, ou plutôt fatigué. C’est difficile à dire vu la situation.

Je suis en très mauvaise posture, entre l’armure et l’épée ça va être difficile de gagner ce combat. Je lance directement une pierre dans sa direction et celle-ci rebondit sur l’armure sans qu’il ne réagisse. Je prends une deuxième pierre, la lance vers lui et la même chose se produit. Toujours pas de réaction, il continue de s’avancer vers moi en marchant et il y a une sorte de fatalité là dedans que je ne pourrais pas expliquer et qui commence à m’inquiéter. J’aimerais tellement avoir une véritable arme à distance dans ce genre de circonstance, mais je dois me contenter de jeter des pierres.
Mon stock continue de rapetisser, mais à mesure qu’il s’avance c’est plus facile de viser pour moi. Je lance ma cinquième ou sixième pierre et celle-ci le touche à la tête. Toujours pas de réaction alors qu’une dizaine de mètres nous sépare et que je peux voir du sang couler de l’entaille que je viens de faire avec ma pierre.

Je décide de sortir mon deuxième stylet de son fourreau et me prépare à foncer vers lui. Il me regarde soudainement avec ses yeux grand ouverts injectés de sang comme s’il comprenait que j’allais lui foncer dessus. Il attrape son épée à deux mains et la brandit dans ma direction, prêt à charger. Une aura sanguinaire émane de lui qui me fait frissonner. C’est la deuxième fois que je ressens ça. La première fois était avec Emy, mais cette fois ci, c’est beaucoup plus fort. Pour décrire la sensation, c’est comme être une souris en face d’un lion.
Il a clairement beaucoup plus d’expérience que moi et je n’ai clairement aucune chance de gagner. Il n’a pas non plus l’air d’avoir toute sa tête vu son expression et c’est sans doute à cause du précédent combat.

Changement de plan. La fuite me semble être une meilleure idée. Aucune chance que je gagne dans un affrontement direct donc mieux vaut ne pas prendre le risque de perdre comme ça juste parce que je ne me suis pas entraîné autant que lui après avoir passé autant de temps dans la zone. Je décide donc de faire un repli stratégique en direction d’une maison pas encore trop en feu, je me retourne et me rends compte qu’il me court après. Le boss de fin va être difficile à battre.

Je suis plus rapide que lui et donc il n’arrive pas à me rattraper. Je rentre dans la maison en fermant la porte derrière moi d’un mouvement du bras. A l’intérieur je peux voir quelques meubles rustiques par ici et par là à cause des flammes, mais rien de vraiment utile. Il y a surtout de la fumée et j’ai du mal à voir grand-chose. Je décide de renverser la table sur le côté et alors que je le fais, la porte se fait enfoncer d’un coup de pied par le boss qui rentre ensuite en marchant épée en avant. Si je veux gagner je dois me servir de l’incendie c’est le mieux que je puisse faire vu la situation, mais je ne suis pas sûr que les choses se déroulent comme je l’entends. Avant d’entrer j’ai demandé à Micha de retenir son souffle à trois reprises et je n’ai pas pu confirmer si elle avait bien comprit. De mon côté je respire tant bien que mal à travers ma protection sur le visage, mais lui n’a rien pour se protéger de la fumée présente dans la maison. Bon je n’irais pas jusqu’à dire que c’est impossible de respirer, mais c’est compliqué et il n’échappera pas à la règle. Ça se voit déjà sur son visage après deux respirations difficiles. Bien sûr, ça ne l’empêche pas de continuer à avancer vers moi. Il envoie ensuite un coup de son épée dans ma direction et je l’esquive en me baissant en étant à un cheveux de perdre une partie de mon crâne.
Son épée s’arrête dans le bois du pilier central de la maison qu’il entame aux trois quarts. La maison grince et semble prête à s’effondrer, malheureusement ce ne sera pas suffisant et je vais devoir changer de plan. Lui faire tomber la maison sur la tête me sembler suffisant pour gagner, mais vu que je n’ai aucun moyen de sortir d’ici puisqu’il est devant l’unique sortie et qu’il n’a pas cassé le pilier du premier coup, le plan n’a plus vraiment de sens à moins que je fasse une attaque suicide. Il se prépare à envoyer un deuxième coup d’épée dans ma direction et cette fois ci du haut vers le bas.

C’est là que je bouge. Je ne pourrais probablement pas esquiver son coup une deuxième fois pas avec la vitesse à laquelle il agite son épée. Je fonce vers lui tout en me préparant avec mes deux stylets à l’attaquer. Il abaisse son épée vers moi et j’esquive tant bien que mal en plantant mes deux lames dans son armure en la transperçant.
Pendant une seconde j’aurais pu être content du résultat, mais je ne peux pas tout ça parce que sa lame vient de me trancher le pied et que je tombe par terre sous la douleur et déséquilibré.

Cependant il y a quelque chose bien pire que moi par terre en train d’essayer de rester conscient alors que je réalise à peine que je n’ai plus de pied gauche. Le boss final aurait du disparaître avec ce coup « mortel », mais il est toujours là debout devant moi, sans expression, le souffle lourd et prêt à m’achever.

Chapitre précédent | Index Chapitre Suivant