Maliel

« Bon écoute, nous sommes partis du mauvais pied tous les deux. Mon nom c’est Maliel. »

Elle me regarde en s’attendant à ce que je me présente à mon tour, mais je ne le fais pas. Si elle est là c’est probablement pour faire un marché avec moi et je n’ai pas envie.

« Ecoute, j’ai juste besoin de commencer ma formation de Survivaliste. C’est déjà la troisième fois que je viens et que je fais la queue comme ça.
– Mon professeur m’a dit de venir le soir lorsqu’il y avait moins de monde.
– Ca oui, il y a moins de monde qui fait la queue. Mais les entraînements sont plus longs et l’attente aussi.
– …
– J’ai juste besoin de passer la porte et d’avoir mon propre professeur, une fois que l’on fait partie de la classe, le système fluidifie l’entrée. Si tu fais ça pour moi, j’aurai une dette envers toi. »

Je regarde Maliel et soupire. J’aurais dû être plus clair sur mon refus et maintenant je me fais avoir. Je regarde Micha et lui caresse la tête. Elle me regarde en retour et acquiesce en comprenant ce que je veux.

  • Tu es dans la tour depuis combien de temps ?
  • Quelque chose comme deux semaines.
  • Et tu as vraiment besoin de la classe de survivaliste maintenant ?
  • Je n’ai pas le choix si je souhaite rattraper un ami à moi, mais toi tu es pareil que moi, non ? Depuis combien de temps tu es dans la tour ?
  • Oh, quatre jours au total.

Maliel me regarde à présent comme si cette conversation pouvait lui permettre d’avoir ce qu’elle désire et c’est probablement le cas. Je ne compte pas lui refuser mon aide, mais j’aimerais lui parler un peu avant.

  • Quelle classe tu as dans la tour des voleurs ? Je compte y rentrer, et j’hésite sur la classe à prendre entre voleur et assassin.
  • Toi ?

Maliel se met ensuite à me dévisager de haut en bas avec un énorme sourire moqueur sur le visage. C’est aussi pour ça que je ne souhaitais pas avoir cette conversation. Elle me dénigre totalement. Je me frotte le visage en espérant que cette conversation se termine rapidement. Plus je l’entends me parler et plus je me rends compte que j’apprécie Micha.
Maliel est une fille très jolie, si on considère les traits fins de son visage, ses cheveux noirs bouclés en dessous de la capuche de sa cape qui tombent le long de son cou et passent sur son visage. Ou encore ses yeux gris que j’avais rapidement pu voir dans la ruelle quand je l’avais plaquée au sol.
Mais sa personnalité…. Je ne peux pas m’empêcher de la regarder en n’éprouvant rien d’autre pour elle que de l’indifférence. Même si nous avons l’air d’avoir le même âge, Maliel se sent supérieure à moi sur de nombreux points et ça se sent dans la façon dont elle me regarde. Ça ne m’avait pas dérangé dans la ruelle, mais pendant une conversation c’est beaucoup plus gênant. Elle reprend ensuite la parole.

« Je suis une voleuse depuis mon arrivée et si tu veux mon avis, tu n’as pas l’air fait pour la tour des voleurs, mais si tu t’entêtes, je te dirais au moins de ne pas choisir la classe des voleurs. C’est beaucoup plus compliqué que d’être assassin. Un voleur doit absolument savoir jouer avec les sens de son adversaire et être méthodique, puisque une technique de vol peut fonctionner sur une personne, mais pas sur une autre. Le plus important reste la finesse et la discrétion et tu n’as pas l’air d’être fait pour ça. Un assassin lui n’a qu’à tuer la personne et puis s’enfuir, c’est beaucoup plus simple. »

Je la regarde en soupirant intérieurement, elle n’arrive même pas à être objective. J’ai l’impression qu’elle défend son équipe sportive préférée sans vraiment réfléchir. Je lui dis ensuite que la première leçon des survivalistes consiste à faire du feu et que je vais l’aider à rentrer. Je récupère ma pierre de feu dans ma besace et lui montre en lui disant que ça lui sera probablement utile si elle n’en a pas déjà une. Je la range ensuite dans ma besace en aidant Micha à y rentrer après qu’elle ait réalisé sont forfait. Mission réussie d’après le lien.

« Bon, je veux bien t’aider à rentrer.»

Je n’ai pas de raisons de continuer à parler avec elle plus longtemps. Vu la qualité des informations qu’elle me donne je ferais mieux d’y aller par moi-même, mais j’avais déjà prévu de le faire un peu plus tard.
Je me lève du banc et décide de l’accompagner jusqu’à la porte des survivalistes. Nous passons devant la queue et le garde en me voyant arriver accompagné ne dit rien et se contente d’ouvrir la porte. Je la laisse passer devant moi et lui souhaite bon cours. Elle se retourne ensuite vers moi avec un sourire sadique, le même que j’avais vu dans la ruelle.

« Merci pour ton geste et ne t’en fais pas pour les pièces je te les laisse sans soucis. On se reverra. »

Je la regarde avec surprise. Comment à t-elle …? Le garde referme la porte devant moi et m’indique du regard de ne pas rester ici si je ne souhaite pas rentrer. Je retourne au banc et m’y assoie. Je récupère Micha qui est toujours dans ma besace et la remets dans sa poche en cuir. Ensuite je me penche en dessous du banc et récupère le collier couvert de pièces.

Pendant la conversation, j’ai demandé à Micha d’essayer de lui voler des pièces le plus discrètement possible ce qu’elle a réussit à faire sans problème, du moins je le croyais puisque Maliel l’a remarqué et n’a rien dit. Elle a préféré se moquer de moi en me parlant de discrétion et de finesse qui sont nécessaires aux voleurs. Son seul objectif était de ne pas faire la queue et elle a réussi à passer.

Il y a une dizaine de pièces sur le collier et je m’attendais à ce que cela soit une belle somme puisque il n’y en a apparemment qu’une par personne et que ça représente dix vols réussi.
Si j’en crois Cyrus, elles servent à récupérer des prix dans la tour des voleurs. C’est aussi le seul objet que les voleurs peuvent voler en dehors du quartier de leur tour et il est impossible de le ranger dans son inventaire.

Je pensais lui jouer un tour, mais finalement elle m’a juste laissé faire. Elle avait déjà prévu d’atteindre son objectif et cela peu importe le prix. Je me suis fait avoir une deuxième fois.
Je caresse la tête de Micha en souriant nerveusement. Je me suis vraiment fait avoir, mais bon, au moins j’ai récupéré le collier et je n’ai pas fait ça par charité. Finalement cette fille me semble beaucoup plus intéressante que je ne le croyais quand je l’ai revue dans la queue.

Je range les pièces dans ma besace et décide de me diriger dans la direction de l’aile des dresseurs. Je passe la porte et vu que Fae n’est pas là, je décide d’aller dans la salle de classe. A l’intérieur, Fae qui était allongée sur le sofa en train de dormir se redresse en s’étirant et me dit de m’installer au bureau pour commencer le cours.
Elle finit par se lever en me disant ce que nous allons faire aujourd’hui.

« Aujourd’hui, on va commencer par travailler ta gestion du lien avec Micha pour que tu arrêtes de t’évanouir. Toi tu vas rester installé au bureau et j’irai dans la pièce à côté pour jouer un peu avec elle. De ton côté, essaye de ne pas t’effondrer et de marquer tout ce que tu ressens sur cette feuille avec le plus de détails possible. Ça va te prendre du temps, mais le but pour toi est de finir par savoir ce que je fais dans la pièce à côté sans avoir besoin d’y être. Si tu y arrives tu devrais pouvoir atteindre le niveau supérieur. »

Elle me donne ensuite une feuille et un crayon puis tend la main et récupère Micha avant de partir dans la pièce d’à côté.

Chapitre précédent | Index Chapitre Suivant