Chap 23

Irritation.

Je demande à l’accueil et on m’indique le quatrième étage. Je grimpe les marches en direction de la porte des survivalistes. Etrangement il y a une sorte de queue devant la porte qui s’étend depuis la porte que l’on m’a indiquée. J’étais à deux doigts de me dire que j’allais repartir au lieu de faire la queue, quand un garde s’avance vers moi.

« Si tu as déjà une classe de la tour des rangers, tu n’as pas besoin de faire la queue, passe devant. »

Je le regarde et il me fait signe de le suivre. Je me rends compte que toutes les personnes qui attendent ne font effectivement pas partie de la tour des rangers vu leurs vêtements. Il y a de tout, des magiciens, prêtres, des guerriers, des bardes. De tout.
Je commence à remonter le long de la queue d’une trentaine de mètre quand soudainement quelqu’un m’attrape par la manche et me fait m’arrêter. Je me retourne et vois une femme encapuchonnée que je reconnais vaguement.

« …Je te connais toi… ! Tu peux m’aider à passer devant ? »

Elle retire sa capuche et me montre son visage. Effectivement je la connais, c’est la personne qui m’a volé mon médaillon dans la ruelle. Micha de son côté m’envoie directement un signal agressif pour me faire comprendre qu’elle est prête à en découdre. Je la calme tout de suite en soupirant. Nous ne sommes pas dans la tour des voleurs et ce n’est certainement pas le moment de nous battre. Soudainement la voleuse semble comprendre à qui elle parle.

« Ah. »

Elle semble finalement comprendre pourquoi elle se rappelle de moi et se fige silencieusement. Cependant, elle reste accrochée à ma manche et ne semble pas vouloir me lâcher. Le garde à côté de moi s’arrête et me regarde et la voleuse semble se rendre compte qu’elle a peu de temps pour choisir la marche à suivre.

« Je….Je m’excuse pour ce que j’ai fait, mais me laisse pas là par pitié, j’en peux plus de faire la queue. Je te rendrai ton médaillon et je ferai ce que tu veux…. Mais ne me laisse pas là. »

Je la regarde et me frotte le visage, je ne suis même pas déconcerté. Honnêtement je suis déçu. Elle avait l’air beaucoup plus sûre d’elle dans la ruelle où elle m’a fait mordre la poussière, et là, je me retrouve en face d’une personne totalement à ma mercie. Et ça juste parce qu’elle ne veut pas faire la queue. Je regarde Micha, je regarde ensuite le garde qui ne comprend pas bien la situation et je la regarde à nouveau.
Elle se met alors à fouiller ses poches sous sa cape et en sort un médaillon sur une chaîne qu’elle me tend en me disant de le prendre. Je l’attrape et me rends compte que c’est le même genre de pièce que celle qu’elle m’a volée. Je le garde à la main en esquissant un sourire amusé. Micha à travers le lien comprend où je veux en venir. La voleuse en face de moi me regarde sans comprendre. Je suis à deux doigts de l’abandonner là en gardant le collier. A deux doigts. Mais je n’y arrive pas. Je ne sais pas ce qui me retient, mais du coup je lui rends le collier en lui disant que ce n’est pas la peine.

« Qu… »

Elle me regarde partir sans savoir quoi dire. Un regard vers l’arrière et je peux voir qu’elle est vraiment furieuse contre moi de la laisser là. Je ne sais pas trop comment j’aurais dû réagir. Elle m’a volé quand même. Je n’ai aucune raison d’être gentil ou de lui faire la charité. Micha semble contente et se réinstalle dans sa poche comme si de rien n’était. Je continue de suivre le garde et passe la double porte, seul. Au dessus de celle-ci se trouve une autre gravure dans la pierre. Celle-ci montre un homme encapuchonné avec une peau de bête devant un feu et une tente.
Il y a moins de monde à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je reste là à attendre dans le petit hall jusqu’à ce qu’un homme d’environ la quarantaine arrive en baillant.

« Suis moi. On va commencer le premier cours. »

Il me fait un signe de la main et me dit de le suivre dans les couloirs.

« Bon, j’imagine que tu es là pour apprendre les bases de la classe de survivaliste, comme tout le monde donc pas besoin de traîner. Tu es dresseur c’est ça ? Ca change de d’habitude. »

L’homme baille une deuxième fois et finit par ouvrir une des portes du couloir. Celle-ci donne directement sur une forêt et me rappelle un peu la zone où Fae m’avait emmené pour son test. Juste à côté de la porte se trouve une tente et un feu de camp éteint. L’homme va s’installer par terre à côté du feu de camp et me demande d’approcher une fois que j’aurai fermé la porte.

« La première leçon est de faire un feu, viens t’asseoir à côté pendant que je t’explique les bases. Je m’appelle Zem et je serai ton professeur de classe. »

Je me présente à mon tour et il se contente de hocher la tête. Je vais ensuite m’installer à côté de lui et Zem me répète de faire un feu. Il baille une nouvelle fois et semble attendre que je commence. Je décide de sortir ma pierre de feu et m’en sert avec mon poignard pour faire des étincelles sur la sorte de paille qui est à proximité. Celle-ci finit par prendre feu après quelques minutes.

« Bon, tu aurais pu te servir d’autres méthodes, mais l’important c’est que tu as réussi. J’imagine qu’on peut finir là-dessus pour aujourd’hui. La prochaine fois on verra une autre façon de faire du feu. Ah et félicitation tu viens de rentrer dans la classe des survivalistes »

Zem baille encore et me regarde sans comprendre mon manque de réaction.

« Tu peux y aller maintenant tu sais ? »

  • Aussi vite ? Je suis là depuis moins d’un quart d’heure.
  • Il y en a d’autres qui attendent dehors et puisque tu as réussi l’exercice c’est fini pour le moment.

Je le regarde sans comprendre. C’est vraiment ça l’entraînement de survivaliste ? Et si je n’avais pas fais partie de la tour des rangers, j’aurais du attendre depuis ce matin pour passer aussi peu de temps à l’intérieur ?

« Bon écoute, il y a trop de monde dans cette classe d’accord ? Si tu veux que je passe plus de temps avec toi à t’apprendre des choses, viens tard le soir c’est les heures où j’ai le moins de monde, mais tant qu’il y a une foule pareille dehors ce n’est pas la peine. Je te conseille d’aller t’acheter des bouquins sur les bases des survivalistes. Ça nous fera gagner du temps à tous les deux. Les cours ne peuvent pas durer plus longtemps à cause de notre effectif. Ne pense pas que ce soit le fonctionnement normal de la classe. Il y a juste trop de monde dans cette aile de la tour et nous devons nous adapter. »

Zem insiste ensuite sur le fait qu’il soit sérieux et m’indique la porte du doigt. Au début j’étais surpris, mais maintenant je suis énervé. Ça me sert à quoi de venir si je reste moins de cinq minutes avant que l’on me remercie et m’indique la sortie ? Je ressors de là en claquant la porte et finis par quitter l’aile par la grande porte. Je passe devant la queue et commence à relativiser. J’aurais pu attendre toutes la journée pour “ça”.

« Oy, déjà de retour ? »

La voleuse me regarde les bras croisés passés devant elle avec un petit sourire au visage. Je préfère ne rien répondre et continue ma route.
Je m’éloigne de l’aile des survivalistes et décide de m’installer sur un banc pour réfléchir un étage en dessous. C’était le cours le plus stupide que j’ai fait de ma vie et je me demande si j’ai vraiment besoin de cette classe pour m’en sortir. S’il y a des livres je devrais peut-être tout simplement apprendre par moi même. Je soupire en réfléchissant et me rend compte que la voleuse m’a suivi et elle s’installe à côté de moi. Je la regarde sans comprendre puisqu’elle vient de perdre sa place dans la queue juste pour venir me parler.

« Hey. »

Chapitre précédent | Index Chapitre Suivant