Célébration

La soirée fut longue. Fae fut intransigeante sur son cours et ne m’a laissé partir qu’une fois sûre que j’avais bien retenu toutes les informations nécessaires sur ce qu’était un lien. En somme c’est vraiment juste ce que le nom indique : un lien…
Il me permet de savoir à tout instant beaucoup d’informations sur mes animaux leur état d’esprit, leurs sensations et sentiments, mais il peut aussi me permettre de faire passer des idées selon la qualité du lien. Les idées étant bien entendu des consignes claires à suivre la plupart du temps. Plus la tâche est compliquée et plus le lien doit être fluide où l’animal intelligent. Bien entendu cela va dans les deux sens, mais à part me dire qu’elle a faim où qu’elle est fatiguée je n’ai pas reçu d’autres idées venant de la souris.
Par contre Fae ne s’est pas arrêtée à ça elle a commencé son cours en me faisant faire un exercice « simple » d’après elle pour que je m’habitue au lien. Elle m’a fait m’asseoir par terre et a commencé à jouer avec ma souris tandis que moi je devais m’habituer aux informations venant du lien. J’ai dû lui demander à plusieurs reprises de s’arrêter pour ne pas faire un malaise. C’est seulement après une demi heure extrêmement douloureuse qu’elle a commencé son cours.

Sa dernière consigne avant de me laisser partir est de trouver un nom pour la souris afin de pouvoir signer le contrat. Bien entendu je ne sais rien sur le contrat et Fae ne me laissa aucune information dessus. Du coup je suis reparti de là avec un sac contenant de la nourriture pour souris et quelques autres affaires du même genre. C’est facile à deviner que je l’emmène chez moi, je crois ? Fae m’a expliqué qu’il fallait renforcer notre relation en la gardant avec moi et que maintenant que je devais la garder près de moi. Elle est donc installée sur mon épaule gauche accrochée à la fabrique de mes vêtements de terrien.

Je sors de l’aile en faisant un signe d’au revoir à Fae et retourne dans le hall de la tour. Il est beaucoup plus calme que quand je l’ai quitté tout à l’heure. Il y a toujours des gardes et des rangers qui passent dans les différents étages mais la tour est étrangement calme.
Si j’en crois mon horloge interne, il est environ 1h ou 2h du matin et je décide de me diriger vers la sortie. Là dehors, les embruns maritimes passent sur mon visage et à cause de ça ou du vent froid, ma souris décide de se réfugier à l’intérieur d’une des poches de mon sweat.
Je ne parlerai pas des quelques instants dont j’ai besoin pour réussir à stabiliser la sensation de vertige. Il faut vraiment que je me trouve un vêtement avec un emplacement dont elle ne bougera pas. J’espère juste que le lien se stabilisera rapidement.

C’est là que bien entendu je retrouve Cyrus qui m’attend dans la même position que quand je suis rentré dans la tour. Je vais à son encontre. Il se tourne et commence à regarder les arbres alentours.

  • Je suis là pour m’assurer que tu rentres sans soucis vu que tu n’es pas habitué à ton lien.
  • Je croyais que tu ne connaissais pas grand-chose des dresseurs ?
  • Soit je t’ai menti, soit j’ai eu le temps de me renseigner dans la journée, à toi de voir. La nuit sera fraîche mettons nous en route, d’accord ?

Etrangement, Cyrus semble beaucoup moins… maternel ce soir. Les arbres défilent tandis que nous faisons la route en silence. Je n’ai pas grand-chose à lui demander sur la tour. Oh, maintenant que j’y pense.

  • J’ai vu une femme dans la tour des rangers, elle est venue accueillir un groupe, vous savez de qui il s’agit ?
  • Bien sûr. Elle en est la gardienne. C’est elle qui décide des règles à suivre et du bon fonctionnement des choses. Elle fait partie des gens qui contrôlent les tours secondaires. Elle a été appelée comme le reste du peuple de la tour.
  • Et vous connaissez le groupe de rangers que j’ai vu ?
  • Non, ils font probablement partie d’une guilde, mais je peux te trouver les noms demain si tu le souhaites.

Plus ça va et moins j’ai l’impression que Cyrus m’écoute. Il semble perdu dans ses pensées et puisque je ne souhaite pas le déranger je ne dis rien sur le reste du trajet jusqu’à ce que nous arrivions devant le manoir.

« Je suis désolé de ne pas être très causant mais j’ai besoin de réfléchir. Je te revois demain. »

Sur ces mots il s’en va en direction de la tour des mondes en me laissant seul devant la porte. C’est très étrange de le voir comme ça. Même ma souris semble d’accord avec moi et le regarde partir.
Je ne compte pas le suivre et décide de rentrer et de me diriger vers le réfectoire. Emy est installée à une table apparemment en train d’attendre son repas et elle me fait un signe de tête pour que je vienne. Maintenant que j’y pense mon dernier repas remonte à très longtemps.

« Alors cette journée ? Tu es dresseur ? »

Sans prononcer de mot j’utilise le lien pour faire sortir la souris de la poche de mon sweat et l’installe sur la table. Elle arrive vraiment a écouter mes consignes, c’est assez étrange comme sensation. Maintenant j’aimerais vraiment faire des progrès sur la nausée due à ma gestion du lien. Je pense que je vais juste lui donner des croquettes et espérer qu’elle s’endorme rapidement pour me laisser tranquille mais je ne pense pas que ça arrive. De son côté Emy sort une bouteille d’alcool de son sac et la pose violement sur la table.

  • C’est ta fête de bienvenu donc ce soir tu bois.
  • Je, avec le lien que j’ai avec la souris ça pourrait causer des problèmes…
  • Tu viens d’arriver et tu vas déjà te débiner ? Falco ramène de quoi manger et viens aussi. Et depuis quand les dresseurs comme les autres classes ne boivent pas d’alcool ?
  • J’arrive, j’arrive. Tu fêtes quoi ce soir ?
  • L’arrivée du petit nouveau et SURTOUT la rouste que j’ai mise aujourd’hui à mon instructeur.
  • Ah… Bon laisse moi finir de faire à manger et j’arrive. Je te ramène quelque chose le nouveau, ne t’inquiète pas.

Tandis que Falco ramène de quoi manger, Emy sert trois grands verres d’un alcool blanc et m’en tend un. Je le pose et ma souris s’en approche quelques secondes pour sentir avant de reculer et de se réfugier derrière les quelques croquettes que j’ai déposé sur la table.
Sachant qu’il n’y a que nous trois dans la salle à manger, je me demande si les autres sont déjà partis se coucher et s’ils ont déjà eu à faire ce genre de célébration, mais puisque Falco a l’air habitué j’imagine que oui.

  • Oh, d’ailleurs, c’est Cyrus qui t’a ramené tu sais où il est parti ? Je comptais le faire boire aussi.
  • Il n’avait pas l’air d’aller bien et il s’est dirigé vers la tour.
  • Ah. J’imagine qu’un autre membre du manoir est mort à l’intérieur d’un étage. Ça lui met toujours le moral à zéro.
  • Ça arrive souvent ?
  • De temps à autre. Mais aujourd’hui nous avons d’autres choses à penser, tu es devenu dresseur, je suis en passe de devenir une vraie paladin et des rangers ont passé le quinzième étage.
  • C’est si important que ça ? Je veux dire depuis le temps que la tour est là je me serais attendu à ce qu’il y ait plus d’étages de conquis…
  • Je t’en ai parlé ce matin, mais tu te souviens des « Dragons » ? Ils ont tous disparu un par un et personne ne sait où ils sont. Pour autant qu’on sache ils peuvent très bien être au premier étage comme au soixantième. En tout cas il y a peu de chance qu’ils soient morts. Et puisque personne n’a l’obligation de dire sa position dans la tour à part les rangers, c’est la seule vraie référence que l’on a concernant les étages de la tour. Maintenant, cul sec !

Les verres se vident et la soirée commence.

Chapitre précédent | Index Chapitre Suivant