Bifurcation, routes ?

J’ai continué à avancer dans le tunnel jusqu’à ce que finalement je l’atteigne ! Une bifurcation ! Un.
Une zone vide et stupidement grande s’étend devant moi. La route bifurque à partir de là, où plutôt elle s’étend, ou elle disparaît. Si vous me demandez à quel point elle est grande, je n’arrive même pas à en voir l’autre côté même avec « Vision nocturne ». Err, où est ce que je devrais aller ? Depuis que je suis dans cette galerie, je n’ai pas eu à me préoccuper de la direction mais maintenant, face à ce grand espace vide, je suis perdue. C’est comme si je venais d’entrer dans un désert. C’est plutôt stressant de ne pas savoir où je dois aller.

Si je ne me trompe pas quand quelqu’un marche longtemps sans qu’il n’y ait de changement de paysage, il va naturellement avancer en faisant un arc de cercle et va retourner à l’endroit d’où il vient. Cependant je ne pense pas que cela m’arrive avec mon corps d’araignée, mais je ne sais pas du tout dans quelle direction je dois aller. En parlant du paysage, il n’y a que des piliers de pierre ça et là. Ils se ressemblent tous, donc aucun d’entre eux ne peut servir pour se repérer et puisqu’il y a des escargots un peu partout, je ne mourrai pas de faim dans le pire des cas. Ce qui m’inquiète, c’est que je ne sais pas si je pourrai me rendre compte que je suis perdue quand je le serai vraiment. Bon utilisons les fondamentaux d’un labyrinthe en longeant le mur et je vais choisir celui de droite.

C’est vraiment grand. Le paysage s’étend extrêmement loin. De plus, c’est aussi très haut. Le plafond qui semble être supporté par les piliers de pierre a l’air d’être à une centaine de mètres. Grâce à ça, je n’ai vraiment pas l’impression d’être cloîtrée à l’intérieur d’un donjon. Comment est ce que je peux l’expliquer, bien que ce ne soit que de la roche, cette zone garde une certaine noblesse dans sa nature. Ici, j’ai vraiment l’impression de comprendre à quel point mon existence est minuscule.
Dans ma vie précédente, il y avait un programme télé qui montrait les zones inexplorées du monde et pour être honnête ça ne m’impressionnait pas vraiment. Pour moi, les magnifiques paysages qui étaient montrés sur l’écran venaient d’une histoire et d’un monde différent. Je n’ai jamais ressenti de l’excitation en le regardant, juste de l’indifférence. La raison pour laquelle je regardais cette émission est un mystère.
Mais regardez où je me trouve maintenant. C’est le monde dans lequel je vis. Ce n’est plus sans rapport avec moi, je ne peux pas rester indifférente. Etre impressionnée par l’endroit dans lequel je me trouve quand j’étais humaine était impensable. En plus, je ne pense pas que j’aurais été capable d’apprécier cet endroit si j’étais restée enfermée dans uns des nids que j’appelle maison. A cause de toutes les implications différentes, je devrais peut-être remercier l’humain pyromane qui m’a obligé à découvrir le monde.

Ah, ça m’irrite d’y repenser. Non, ce n’est pas normal, comme si je pouvais remercier un gars pareil. La prochaine fois que je le vois, je vais l’emprisonner dans mes fils, le ramener dans le donjon et l’achever en utilisant mes « Crocs empoisonnés ».

Fuu. Maintenant que j’y pense, je devrais me servir de cet endroit pour guérir cette blessure mentale.

{Bugragratch LV14 Analyse Impossible}

Un grand monstre apparaît doucement. Bien que l’atmosphère générale donne l’impression que c’est une sorte de paresseux que l’on a jeté dans le donjon, sa bouche retire tout de suite cette idée. Des crocs irréguliers jaillissent de ce qui ressemble à une sorte de mâchoire de crocodile. Avec une bouche pareille attachée à un corps de singe, ça rend son physique mal dosé et monstrueux.

Oh, bon, je ne pourrai pas me guérir finalement. Je suis dans un donjon, pas dans la nature. C’est dangereux, OK ? Oui, bien compris.

Je commence donc à m’en aller tout en effaçant ma présence.

*

Ça c’est terminé sans que je ne sois trouvée finalement. J’ai même fini par imaginer quelque chose de déplaisant en pensant que j’étais peut-être dans la couche finale du donjon vu sa taille.

Bien que je ne connaisse pas toutes les différences entres les couches, ce n’est pas impossible de croire que la couche à changé même si je n’ai fait que marcher tout droit et que j’ai fini dans un endroit excessivement grand. La seule route allait tout droit et je n’ai pas eu l’impression de descendre mais peut être que la pente est tellement faible que je ne m’en suis pas rendue compte, mais est ce que c’est vraiment le cas ?
Non, non. C’est sûrement différent non ? Je viens juste de rentrer dans un grand espace. Un. Ou alors je viens peut être de remonter jusqu’à la couche du milieu et je peux enfin me dire que j’ai échappé à la dangereuse couche inférieure.

{Bugragratch LV8 Analyse Impossible}
{Bugragratch LV4 Analyse Impossible}
{Bugragratch LV11 Analyse Impossible}

Est-ce qu’il y a une raison pour qu’il y ait des monstres pareils dans la couche du milieu ? Je suis invisible, je suis une araignée. Pour le moment j’efface ma présence et je m’échappe discrètement. Une fois que c’est fait je me rends compte que je n’ai pas encore analysé ce nouveau type de monstre.

{Bugragratch : Un monstre difforme possédant une large mâchoire. Agit en groupe comme une horde et attaque ses proies en grand nombre}

Ah haaa, ils restent en groupe alors qu’ils ont l’air extrêmement forts. Je ne pourrais pas gagner.

Un. Oublions la théorie comme quoi je suis dans la couche du milieu, le niveau de difficulté est trop important pour ça ! Haa, prions pour que ce ne soit pas la couche finale.

(Correction par Kasaya)

 

 

Chapitre précédent | Sommaire | Chapitre suivant